Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Découvrez le projet élu par le jury comme lauréat de la première session du Challenge Création Sony-Le Repaire: le documentaire "Le Retour de Calapesce".

Session 1: le mot de Gild, président du Jury

Bonjour,

C'est en tant que président du Jury que j'ai le plaisir de vous annoncer les résultats de notre première session du challenge Sony-Le Repaire.

Les projets proposés pour cette session, tous très différents, ont suscité chacun à leur manière l'intérêt du jury. C'est cependant la proposition de documentaire de Salvo Manzone, "Le retour de Colapesce", qui a su nous séduire particulièrement, par la solidité du projet, l'actualité de son thème (la problématique de la gestion des déchets en Sicile) et son traitement original sous forme de lettre-vidéo.

Félicitation donc à ce réalisateur, et merci à tous pour votre participation.

GiLd



Le Making-of !

Avant de découvrir dans quelques jours (d'ici mi-avril) les détails du tournage du documentaire "Le Retour de Colapesce", voici un making-of réalisé par l'équipe du film. On y retrouve bien l'ambiance que laissait présager le synopsis et la note d'intention du réalisateur.


Premières photos du tournage

Dans le cadre de la première session du concours Sony-Le Repaire, Salvo Manzone a commencé à tourner une partie de son documentaire "Le Retour de Colapesce" (Synopsis ci-dessous ) avec la caméra PMW-320 gagnée pour un mois de tournage. Il nous livrera prochainement ses retours au fil d'un entretien détaillé qui nous permettra de rentrer en détail sur la mise en œuvre de son projet. En attendant il nous permet de nous plonger dans les coulisses de son tournage en Sicile avec cette sélection de photos à Palerme, Trapani, Collesano:

tournage-retour-colapesce-conseil-municipal-01.jpg

Tournage du conseil municipal



tournage-retour-colapesce-conseil-municipal-02.jpg



tournage-retour-colapesce-conseil-municipal-03.jpg


tournage-retour-colapesce-conseil-municipal-04.jpg


tournage-retour-colapesce-conseil-municipal-05.jpg


tournage-retour-colapesce-conseil-municipal-06.jpg


tournage-retour-colapesce-conseil-municipal-07.jpg


tournage-retour-colapesce-decharge01.jpg

Tournage à la décharge


tournage-retour-colapesce-decharge02.jpg


tournage-retour-colapesce-decharge03.jpg


tournage-retour-colapesce-decharge04.jpg


tournage-retour-colapesce-decharge05.jpg


tournage-retour-colapesce-decharge06.jpg


tournage-retour-colapesce-decharge07.jpg


tournage-retour-colapesce-eboueurs-04.jpg

Interview des éboueurs


tournage-retour-colapesce-eboueurs-05.jpg


tournage-retour-colapesce-maison-03.jpg

A la maison, pêche aux déchets !


tournage-retour-colapesce-maison-01.jpg


tournage-retour-colapesce-maison-02.jpg


tournage-retour-colapesce-marche-01.jpg

Tournage au marché


tournage-retour-colapesce-marche-02.jpg


tournage-retour-colapesce-plage-01.jpg

L'une des bouteilles à la mer


tournage-retour-colapesce-plage-02.jpg


Synopsis


Nos objets deviennent des déchets parce que nous décidons de les appeler ainsi. Le point de départ du documentaire est l'Urgence Déchets dénoncée en Sicile ces dernières années. Or à partir de ces images choquantes, on arrive à la thèse paradoxale que les ordures n'existent pas. Le fil conducteur sera le parcours d'un écologiste : moi-même ! Qui suis-je ? Je suis bien sûr un réalisateur de documentaires, mais également un ingénieur avec une formation scientifique. Originaire de Palerme, je vis et je travaille à Paris depuis 1997.
Le film se développe comme mon journal intime en douze chapitres, qui prendront chacun la forme de vidéo-lettres envoyées à « Colapesce » sous la forme de messages en bouteille confiés aux flots de la mer sicilienne. Colapesce est le personnage mythique d'une ancienne légende sicilienne, un garçon mi-homme mi-poisson, qui s'est sacrifié pour sauver la Sicile (1).

En tant qu'habitant de deux villes totalement différentes, Paris et Palerme, je trace un parallèle sur leurs gestions des ordures ménagères. À Paris la collecte fonctionne très bien, mais la "récolte" est destinée majoritairement aux incinérateurs. À Palerme il n'y a pas d'incinérateurs, mais on y trouve l'AMIA. Cette société chargée de la gestion de la collecte des déchets ne fait pas du tout son travail, s'abstient de développer le tri sélectif et semble agir de façon à vouloir remplir rapidement la décharge publique pour pouvoir imposer à l'État, au Conseil Régional et aux citoyens inconscients, la nécessité de la construction d'un gigantesque incinérateur, dont il serait actionnaire, à proximité de la ville.

projet-documentaire-salvo-manzone-concours-sony-le-repaire.jpg
Je vais essayer de comprendre les causes de la gestion criminelle des déchets en Sicile. Je rencontre les éboueurs comme les dirigeants de l'AMIA, je visite la décharge saturée de Bellolampo et j'explore les centres de traitement qui curieusement n'ont jamais fonctionné depuis leur construction. Maintenant déjà, je vois ma belle ville submergée par les ordures qui envahissent les rues ; je me bats contre les décharges sauvages en plein centre historique et notamment celle en face de mon balcon... (photo ci-dessus)

projet-session1-recyclage-plastique-termini.jpgprojet-session1-concours-sony-repaire.jpg
Après cette séquence d'information bien plus critique et réelle que celle des JT, l'étape suivante du parcours d'un écologiste doit être la prise de conscience des causes profondes.

On voit alors que la société de consommation exploite un effet pervers bien caché derrière le cercle vicieux achat-déchet: la métamorphose de biens de consommation individuels en problème collectif. Et puisque tout ce qui est collectif a du mal à fonctionner dans l'Italie du Sud, tout se complique... Revenons à l'effet caché, à ce « tour de magie ». Au nom du droit de propriété individuel, on considère qu'un objet que nous achetons est totalement nôtre. Pourtant, un instant après l'avoir mis à la poubelle, on ne veut plus en entendre parler et il se met à appartenir au domaine public, et nourrit le problème collectif de l'élimination des (biens) déchets au détriment de l'environnement.

dechets-spazzatura.jpgPour reconstruire l'histoire des ordures comme phénomène anthropologique, et pour le replacer dans une problématique linguistique, je rencontre l'anthropologue Franco La Cecla et le linguiste Antonio Lavieri.

Je rencontre aussi Paul Connett, professeur américain spécialiste de la politique du "Zéro Déchet" lors d'une conférence qu'il donne à l'Université de Palerme. Ses idées simples et révolutionnaires sur lesquelles il fonde la philosophie « Zéro Déchet » renforcent mes convictions : "Les ordures sont une erreur du système" et "il est important de responsabiliser les citoyens".

Lors de la dernière étape, l'action, je rejoins différents groupes d'écologistes, notamment le groupe Réseau Zéro Déchet et je rencontre les chiffonniers qui essayent à leur façon, humble et concrète, de combattre l'Urgence Déchets à Palerme.


(1) Nicolas, dit Cola, fils d'un pêcheur de Messine, était célèbre pour sa grande passion pour la mer et les explorations sous-marines. Le Roi de Sicile, Frédéric II, voulut en expérimenter les capacités. Quand le roi le mit à l'épreuve, pour la troisième fois, en jetant une bague dans des eaux très profondes, Colapesce n'émergea plus. Selon la légende, en descendant en profondeur il avait vu que la Sicile reposait sur trois colonnes, dont l'une était rongée. Il avait donc décidé de rester sous l'eau, pour soutenir la colonne afin d'éviter que l'île ne sombrât dans les flots. Modernes Colapesce, fatigués de soutenir l'île et décidés à émerger des eaux, les écologistes siciliens sont aujourd'hui nombreux à vouloir préserver leur ile des problèmes environnementaux en lançant un message de sensibilisation et de responsabilisation collective.

Note d'intention du réalisateur Salvo Manzone

L'Urgence Déchets de Naples cache, ou si l'on veut employer un terme typiquement mafieux, occulte le réel enjeu des déchets. Ce cas éclatant et connu par le monde entier n'est qu'une anomalie, la conséquence d'une mauvaise gestion et de l'action de la criminalité organisée. Puisque les phénomènes exceptionnels captent davantage l'attention des médias que la réflexion sur le comportement individuel, "l'arbre" pourri et radioactif des eco-balles-CDR cache la forêt saine et recyclable des nos ordures quotidiennes.

Derrière l'image « trompeuse » de la catastrophe napolitaine, on peut même imaginer un plan de manipulation médiatique encore plus général et machiavélique: la déformation du problème quotidien des déchets aux yeux des citoyens italiens, qui seront amenés à croire qu'il ne s'agit que d'une question liée à la Camorra sanguinaire, au gouvernement inefficient, aux napolitains inconséquents ou encore aux écologistes « terroristes ». Ils seront persuadés de ne pouvoir rien faire sauf attendre. Attendre que la justice contre la Camorra suive son cours, qu'il y ait un changement de gouvernement, que le napolitains meurent, que les écologistes soient arrêtés, qu'on réouvre les déchèteries saturées et qu'on construise les incinérateurs... pendant ce temps on continue, insouciant, à produire des déchets.

Je veux montrer que derrière l'arbre de l'exception, il y a la forêt qui est composée de nous tous et mettre en évidence les responsabilités de chacun de nous, car elles sont les moins visibles. Je ne veux donc pas me focaliser et m'arrêter sur les effets extrêmes de l'"ecomafia", mais analyser nos contradictions, que les "méchants" (la mafia, le gouvernement corrompu, les trafiquants...) utilisent comme un levier pour nous "vendre" notre propre mort (des déchèteries empoisonnées, les incinérateurs, la gestion « militarisée » des déchets, etc.). Les conséquences de chaque erreur- horreur, en touchant l'environnement, ont des retombées indéterminées dans le temps et dans l'espace.

La situation de Palerme est très intéressante pour de multiples raisons liées à la conjoncture politique et environnementale et parce que la Sicile risque de se transformer en une nouvelle Campanie.

Nouveaux avis produits

Sony PDW-700
 
8.5
imagin
" C'est une excellente caméra très robuste (presque dix ans..."
GUIDE DE LA PRISE DE SON POUR L'IMAGE
 
9.0
cv21
" Je cherchais un livre "technique mais pas trop"..."
GoPro Hero Session
 
8.6
@leeex
" I - Partie technique Elle est légère et s'adapte..."
GSC Smart head
 
10.0
christian-83
" En 2017, j'ai contracté le virus du Slider, après..."
Davinci Resolve 14 de Paul Saccone
 
8.0
" Bonjour, Ayant téléchargé Davinci Resole pour essai, je me..."

Discussions les plus lues

Offres et actualités des partenaires

Offres location

Nouveaux billets de blog

Fenêtre du lecteur

Mesdames Messieurs, tout d'abord une bonne Année a tous Je travail avec studio depuis pas mal d'années (9,14,15,Avid,17,et 19). Vous m'avez souvent...

publié le 16/01/18 par Gérard du 13 dans

Projecteur ELMO GS1200 XENON : panne

Bonjour Je suis propriétaire depuis longtemps d'un projecteur 8.5 mm ELMO GS1200 XENON. A la deuxième mise en route de la journée, la lampe ne...

publié le 07/01/18 par cineal dans

Camescope Thomson VM 50 en panne

bonjour, Je ressors le camescope de mon grenier et celui ne fonctionne plus. Lorsque je l'allume, seule une petite lumière blanche apparaît dans...

publié le 03/11/17 par Segoln dans