module inscription newsletter haut de page forum mobile

Rejeter la notice

Atelier Etalonnage DaVinci Resolve avec Forest
Session spéciale RED users - 29 au 31 Juillet 2020 avec Forest Finbow, chef opérateur et étalonneur fiction. 15% de réduction jusqu'au 10 juillet ! Et 20% de réduction si vous êtes Repairenaute contributeur !
>> Toutes les infos <<

Rejeter la notice

L'atelier perfectionnement EDIUS : Nouvelle date !
François revient pour vous le 24&25 septembre. Inscrivez-vous avant le 31 juillet pour bénéficier de 50 euros de réduction ! Et 25% de réduction si vous êtes Repairenaute contributeur ;)

>> Toutes les infos <<

Hybrides Full Frame - Guide / Comparatif

Les informations nécessaires rassemblées dans un seul document pour faire son choix parmi les hybrides full frame taillés pour la vidéo

Publié par Repaire le 10 Juin 2020 dans News
► Commentaires 6
    Recos : 3
    Vues : 1 724
  1. Repaire
    PhotoFbMIrrorless.png

    Les appareils photo et plus récemment les hybrides ou “mirrorless” ont rendu accessibles au plus grand nombre des performances en vidéo qui étaient jusqu'à il y a peu réservées aux caméras professionnelles de fiction. Les hybrides ont ajouté la compacité aux performances, avec la disparition du miroir présent dans les appareils reflex.

    Depuis les premiers modèles sortis à la fin des années 2000, le marché des appareils photo, est en accroissement constant avec l’intégration de capteurs de plus en plus grands, et notamment full frame, et l’arrivée de fonctionnalités avancées en vidéo, telles que l’autofocus performant, les modes Log ou encore l’enregistrement RAW.

    Aujourd’hui, tous les fabricants d’appareils photo/vidéo ou presque proposent leur(s) références hybrides à capteur full frame, rendant désormais le choix d’un boîtier relativement complexe.

    D’autant que choisir un hybride c’est choisir une monture, et ce choix n’est pas sans conséquences : les optiques des nouvelles montures coûtent cher, certains fabricants ont pensé à faciliter cette transition, d’autres non, et s’embarquer dans une voie est très engageant et doit donc être mûrement réfléchi.

    Nous avons donc décidé de rassembler dans un document unique les caractéristiques importantes et notre analyse des principaux boîtiers mirrorless full frame taillés pour la vidéo.

    Le choix d’un boîtier, c'est aussi, au delà des caractéristiques, une affaire de goût (subjectif) et d'utilisation (confort, adaptabilité).

    On doit tenir compte par exemple de l'utilisation systématique ou non d'un enregistreur externe (pour son écran, ses codecs, stockage fichiers, Lut...) car les avantages de l'un peuvent être balayés par cet apport externe que l'on adoptera la plupart du temps.

    Enfin, le diable se cache dans les détails, et seul les retours d'utilisateurs et la location permettront réellement de comprendre ce que l'on peut espérer d'un boîtier.

    Pour rendre ce guide/comparatif réellement complet et apporter une vue d’ensemble de chaque boîtier, en particulier sur l’ergonomie, le confort d’utilisation, les menus, etc, nous avons donc besoin de vos retours d’expérience.

    Si vous utilisez ces boîtiers, donnez votre avis sur les fiches produits ! Nous pourrons ainsi ajouter la synthèse de vos avis à ce comparatif .

    Enfin, en fin d’article, retrouvez notre tableau récapitulatif pour une vue d’ensemble des mirrorless full frame…

    Un document rédigé par @Lucas.janiszewski et @Marina, avec l'aide de @FloraM. Merci à @GRG et @AQW333 pour leurs relectures ;-)

    A suivre très bientôt : un document similaire pour les mirrorless APS-C et micro 4/3.

    Le Raw accessible : Le Nikon Z6



    NikonZ6.png
    Le Nikon Z6 est le boîtier hybride milieu de gamme de la série Nikon Z. Embarquant un capteur full frame stabilisé dans un corps pesant 585 grammes il sera votre allié idéal pour vos configurations run and gun.

    Il est équipé d’une monture monture Z, pour laquelle ne sont disponibles pour le moment que 13 optiques dont les prix varient de 359€, pour le 16-50mm f/3.5-5.6, 800€ pour le 35 mm f/1.8, à près de 9000€ pour le 58mm Noct. Pour les possesseurs d’objectifs en monture FTZ, désireux d’utiliser leurs optiques sur le Z6, il sera nécessaire d’acquérir, à part, une bague d’adaptation Z-FTZ (285€).

    Il propose un enregistrement en UHD 4.2.2 8 bits, en interne, sur cartes XQD ou CFexpress; ou 10 bits 4.2.2 (externe avec un Atomos Ninja V) jusqu’à 30 i/s, et jusqu’à 120 i/s en full HD.

    Le Z6 dispose également d’une option d’enregistrement en ProRes RAW par sa sortie mini HDMI, et d’une courbe log (N-log).

    Le tout accompagné d’un autofocus avec détection de phase et de contraste ainsi qu’une détection des yeux et des visages.

    Pour l’audio, le boîtier dispose d’une sortie jack et d’une prise casque sur son flanc gauche.

    En photo, vous pourrez compter sur 24,5 Mpx et un mode rafale pouvant atteindre 12 vues par seconde.

    Si vous recherchez un hybride avec un rendement de qualité d’image sérieux, pour un usage professionnel ou amateur “averti”, le Z6 vous correspond tout à fait.

    Il est disponible à 1799€, nu, ce qui est un tarif tout à fait accessible vis à vis de ses concurrents.

    Les + :
    • Son prix
    • Poids mesuré
    • Enregistrement ProRes Raw
    Les - :
    • Enregistrement sur XQD
    • Pas de 10 bits en interne
    • Ecran seulement orientable verticalement

    Qu’en pensent les Repairenautes ?


    Vous utilisez le Nikon Z6 ? Donnez votre avis ! nous le reprendrons ici, ensuite, en complément de cette synthèse.

    Consulter la fiche de la caméra pour consulter ses caractéristiques détaillées, articles, discussions, avis des utilisateurs.

    Le poids-lourd : Le Panasonic Lumix S1H



    S1H.png

    Le S1H est à ce jour le mirrorless full frame le plus complet du marché en terme de performances . Il délivre des images 6K jusqu’à 30 i/s sans crop, une image 4K DCI oversamplée à partir du 6K jusqu’à 60 i/s en 10 bit 4.2.2 (4.2.0 en interne) mais aussi 180 i/s en Full HD.

    L’enregistrement se fait via un signal de 400Mbit/s sans limite de durée, sur des supports SDHC et SDXC (UHS-I, II et III).

    Il bénéficie, comme la caméra professionnelle EVA1 du même fabricant, du “Dual ISO”, offrant donc une double sensibilité native à 800 et 4000 Iso, améliorant ses performances en basse lumière.

    Le S1H bénéficie également d’une large plage dynamique, en théorie de 14 diaphs, et mesurée en dynamique “utile” à 12.7 par le labo de Cinema5D, ce qui est un excellent résultat.

    L'enregistrement en V-Log (le vrai pas le "V-Log lite"), V-Gamut et Cinelike sont disponibles.

    Panasonic a de plus annoncé l’arrivée prochaine de l’enregistrement en ProRes RAW via un moniteur-enregistreur Atomos (mise à jour retardée).

    Sa monture L dispose d’une gamme d’une vingtaine d’objectifs à ce jour, dont très peu se situant en dessous de la barre des 700€ ; deux pour être exact : le Sigma Art 70mm f/2.8 ainsi que le Sigma Contemporary 45mm f/2.8.

    En mode photo, à l’instar de son cousin le Lumix S1, il dispose de 24,2 Mpx et atteint en rafale jusqu’à 9 images par seconde grâce à son obturateur mécanique, et 6 images par seconde avec l’obturateur électronique, en Live View.

    Côté stabilisation, le capteur du S1H dispose de la stabilisation Lumix: mécanique en 5 axes, et optique en 2 axes.

    Le point faible du S1H se situe du côté de l’autofocus, qui n’intègre pas la technologie à détection de phase mais seulement la détection de contraste. Panasonic met cependant en avant sa rapidité, d'une vitesse de « 0,8 secondes sur un visage ».

    Son imposant boîtier (1052 grammes pour 15,1cmX11,4cm) abrite notamment un écran tactile de 8cm,une sortie son et HDMI ainsi qu’une prise casque.

    C’est une référence que nous pourrions conseiller à un vidéaste qui chercherait à s‘équiper pour des projets typés fiction, ou à budget conséquent.

    Ces hautes performances, comparables à celles de l’EVA-1 ont ont un prix: 3999 €, ce qui en fait (pour l’instant) le plus cher du marché.

    Les + :
    • La double sensibilité native
    • Débits importants
    • Pas de limite de durée en vidéo
    • Enregistrement ProRes Raw (à venir)
    Les - :
    • Son poids
    • Autofocus
    • Le prix des optiques en monture L

    Qu’en pensent les Repairenautes ?

    Vous utilisez le Lumix S1H ? Donnez votre avis ! nous le reprendrons ici, ensuite, en complément de cette synthèse.

    Consulter la fiche de la caméra pour consulter ses caractéristiques détaillées, articles, discussions, avis des utilisateurs.


    Le plus polyvalent : Le Sony A7 III



    SonyA73.png

    Appareil hybride phare Sony, l’A7 III s’est massivement écoulé et a déjà largement fait ses preuves. Avec son capteur Full Frame de 24,2 Mpx, l’A7 III est un boîtier qui sait s’adapter à un grand nombre de situations, avec ses nombreux formats de prise de vues, sa stabilisation 5 axes, et un autofocus performant..

    Equipé en monture E, ce boîtier dispose désormais d’un grand choix d’optiques, à tous les prix, avec un grand nombre de nouvelles références compatibles proposées par des fabricants tiers d’optiques (Samyang, Sigma etc). Sony a été le premier fabricant à passer au mirrorless plein format, et a pris une longueur d’avance sur le développement d’optiques compatibles.

    Côté profils d’image, le boîtier dispose en effet d’un large choix avec le HLG, les modes Cine, etc et ses courbes log (S-log 2 et 3) pour exploiter les capacités du boîtier en fonction de la situation de tournage et de la finalité de diffusion

    A résolution maximale, en 4K UHD, le mirrorless de Sony propose l’enregistrement en 4.2.0 8 bit en interne, et 4.2.2 8 bit en externe. Côté fréquence d’image, il atteint 120 i/s en FHD et 30 i/s en 4K UHD.

    Pour l’autofocus, l’appareil dispose d’un AF à corrélation de phase renforcé par un système à détection de contraste, qui a remis Sony “dans la course” des mises au point automatiques performantes

    En addition de ses 24,2 Mpx, l’A7 III dispose, en photo donc, d’un mode rafale à 10 vues par seconde.

    Le boitier dispose d’une sortie HDMI en micro-HDMI, ainsi que d’une entrée et sortie audio.

    Il est tout à fait adapté à des tournages qui nécessitent un boîtier robuste et/ou des capacités certaines en termes de sensibilité.

    Le Sony A7 III est commercialisé à 2 299€.

    Les + :
    • Ses deux courbes Log
    • Sa stabilisation mécanique 5 axes du capteur
    • Autofocus performant
    • Performances en basses lumières
    Les - :
    • Log 8 bit
    • pas de 10 bits ni de Raw
    • Ecran seulement orientable verticalement

    Qu’en pensent les Repairenautes ?

    Vous utilisez le Sony Alpha 7 III ? Donnez votre avis ! nous le reprendrons ici, ensuite, en complément de cette synthèse.

    Consulter la fiche de la caméra pour consulter ses caractéristiques détaillées, articles, discussions, avis des utilisateurs.

    Et du côté de Canon? L’EOS R en attendant le prometteur EOS R5


    Canon propose lui aussi désormais un boîtier mirrorless à capteur plein format, l’EOS R, adapté à un usage professionnel en vidéo grâce à sa courbe CLog 1 très intéressante, une stabilisation hybride (optique et électronique) sur 5 axes, et l’autofocus Dual Pixel qui est longtemps resté le plus performant du marché.​

    Cependant Canon a fait le choix de réserver le full frame à la FullHD, en limitant l’image 4K à une portion du capteur équivalente au Super 35. Vous aurez donc avec ce boîtier un appareil photo full frame et une caméra Super35, et ce n’est peut-être pas ce que vous attendez d’un mirrorless full frame.

    Par ailleurs, l’absence de l'enregistrement en 4.2.2 en interne (enregistrement externe possible), ou encore de fréquences d’image élevées (60 i/s en FHD seulement) entament la possibilité d’un usage réellement “expert” polyvalent. A moins d’être déjà bien équipé en optiques EF plein format, car là il faut reconnaître que Canon a bien fait les choses : la bague d’adaptation est fournie avec le boîtier, tous les automatismes sont maintenus, permettant une utilisation complètement transparente de ses anciennes optiques. Encore mieux, il est possible d’opter pour la bague à filtre ND variable et doter son boîtier d’un outil habituellement réservé aux caméras pros.

    Canon (pourtant inventeur du fameux 5D Mark II) doit encore acquérir ses lettres de noblesse pour le marché des hybrides, ce qui arrivera sans doute avec la sortie de l’EOS R5, et la promesse du 8K (et du 4K !) sans crop, de hautes fréquences d’image, ou encore du 4.2.2 10 bit en interne.

    Les + :
    • Dual Pixel AF
    • Débits importants
    • Ecran retournable, adapté à un usage vlog, par exemple.
    Les - :
    • Crop en 4k
    • Rolling shutter
    • Pas de 50P en 4k

    Qu’en pensent les Repairenautes ?

    Vous utilisez le Canon EOS R ? Donnez votre avis ! nous le reprendrons ici, ensuite, en complément de cette synthèse.

    Consulter la fiche de la caméra pour consulter ses caractéristiques détaillées, articles, discussions, avis des utilisateurs.

    L’original : Le Sigma FP



    SigmaFP.png

    Le Sigma FP apparaît comme un boîtier étonnant par les performances qu’il offre dans un si petit gabarit (370 grammes pour 11,2x6,9 cm). Il est équipé d’un capteur 24x36 offrant 24,6 Mpx et 12,5 stops de dynamique,

    Sa monture L, laisse à l’utilisateur le choix d’équiper l’appareil avec une gamme d’une vingtaine d’optiques; A noter cependant que celles-ci sont disponibles à un prix assez prohibitif: le tarif médian se situant aux alentours de 1200€.

    Vous trouverez parmi les options de prise de vues :
    • Le RAW DNG en interne (attention, format RAW à débit d’enregistrement très élevés), en 8, 10 ou 12 bit
    • La 4K UHD jusqu’à 30 i/s, en 8bit
    • Le FHD jusqu’à 120 i/s, en 8 bit
    Avec un autofocus à détection de contrastes censé fonctionner fonctionnant de -5 à +18IL. Le boîtier ne bénéficie pas de stabilisation.

    Côté support le Sigma FP peut enregistrer sur cartes SD, SDHC, SDXC ainsi que, par le biais de sa prise USB-C, un disque SSD portable, particulièrement bien vu pour enregistrer le RAW DNG. Pour les connectiques, vous pourrez trouver une sortie HDMI et une entrée son, l’absence d’une prise casque est cependant à regretter.

    En images fixes, le Sigma FP honore ses performances avec 24,6Mpx de résolution et un mode rafale jusqu’à 18 images par seconde.

    Son ergonomie très particulière, et modulable, offre la possibilité de transformer cet hybride en un chercheur de champ par exemple, ou pour toute autres applications permises par le faible encombrement du boîtier.

    SigmaFP2.png

    Ce boîtier n’est pour le moment pas adapté à un usage professionnel polyvalent mais il tire son épingle du jeu, en attaquant un marché totalement inexploité : la préparation et le repérage en fiction avec un appareil pratique, économique.

    Le Sigma fp permet de réaliser ses essais d’étalonnage, de cadre ou pour des prelights sans avoir à employer une machine encombrante et chère à louer. Pour cet usage, l’absence de prise casque, ou la lourdeur en débit du RAW DNG dans le cas d’une utilisation d’un format non compressé de manière ponctuelle n’est plus un problème.

    Le Sigma fp est disponible, nu, au tarif de 1999€.

    Qu’en pensent les Repairenautes ?

    Vous utilisez le Sigma fp ? Donnez votre avis ! nous le reprendrons ici, ensuite, en complément de cette synthèse.

    Consulter la fiche de la caméra pour consulter ses caractéristiques détaillées, articles, discussions, avis des utilisateurs.

    Tableau comparatif des Hybrides Full Frame



    Capture d’écran 2020-07-11 à 11.03.44.png

    Téléchargez la version PDF de ce récapitulatif.

    Un hybride Full Frame pour débuter?


    Vous débutez en vidéo et êtes attirés par les sirènes du plein format et c’est bien compréhensible.

    Mais nous tenons à attirer l’attention sur le surcoût important des appareil full frame en comparaison d’autres tailles de capteur (APS-C ou M4/3).

    Il n’est ainsi pas forcément judicieux d’acquérir un full frame “bon marché”, alors que pour le même tarif vous pourrez obtenir un mirrorless M4/3 ou APS-C très performant.

    Si on prend l’exemple du Canon EOS RP, pour un investissement presque identique, vous pourrez vous procurer des boîtiers tels que le Sony A6600 (APS-C), le Fujifilm XT-3 (APS-C) ou encore le Lumix GH5 (M4/3), qui font partie des boîtiers les plus performants de leurs catégories.

    Par ailleurs, le capteur Full Frame rend par la faible profondeur de champ qu’il implique, l’utilisation de la mise au point manuelle très compliquée pour un néo-vidéaste et pourra exiger selon l’usage un autofocus performant, ce qui a donc un prix.

    Les boîtiers et les optiques full frame sont par ailleurs plus volumineux et plus lourds que leurs équivalents en APS-C, ce qui doit être pris en compte dans vos critères de choix.

    Attention par contre à préparer l’avenir, et à bien réfléchir à l’achat d’un objectif, si vous prévoyez ensuite un passage au full frame.

    Il est à considérer qu’il existe des différences de qualité d’optiques, pour un budget équivalent, d’un constructeur à un autre, et que ce choix est tout aussi important que celui du boîtier, nous consacrerons donc un futur article à ce thème.
    OPN, AQW333 et bcauchy ont recommandé ce message.

Partager cette page

► Commentaires 6

Vous ne souhaitez rien louper du Repaire ?

Dernières occasions

 

Dernières Occasions

Dernières Formations

 
Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous