module inscription newsletter haut de page forum mobile

Rejeter la notice

NOUVEAU : Atelier Fairlight les 11&12 Octobre avec Damien Favreau
Exploitez les outils puissants de mixage et de correction de Fairlight, et optimisez la qualité audio de vos projets !
Rejeter la notice

ateliers live resolve avec forest

NOUVEAU : Ateliers Live Resolve - Formez-vous en ligne tous les mois avec Forest !
Progressez rapidement avec ces ateliers mensuels de 3 heures. Première session le 14 septembre de 17h à 20h

Testbox LUMIX GH6 : Comparatif LUMIX GH5, BMPCC4K & LUMIX GH4

Nous vous présentons notre test "Testbox" du Panasonic Lumix GH6 dans lequel nous évaluons et comparons sa définition, sa sensibilité, sa dynamique.

Publié par Repaire le 29 Avril 2022 dans Tests
► Commentaires 10
    Recos : 5
    Vues : 2 618
  1. Repaire

    INTRODUCTION :



    A la suite de la sortie du LUMIX GH6, nous avons pu passer le nouveau boîtier Panasonic à la Testbox.

    Vous ne connaissez pas notre protocole "Testbox” ? Plus d’infos sur nos tests et notre méthodologie dans cet article.


    Le GH6 est un nouvel appareil Micro 4/3, se situant au prix relativement abordable de 2199,90 €, boîtier nu.

    La caméra au capteur Live MOS 17,3 x 13 mm (MFT), détient des spécificités techniques intéressantes avec notamment une résolution maximum supérieure aux autres boîtiers de la gamme GH.
    La technologie Live MOS est présente sur l’intégralité de la gamme. Elle a été créée pour obtenir une qualité d'image comparable à celle des capteurs CCD tout en maintenant une consommation d'énergie équivalente aux CMOS. Les puce Live MOS comprennent une technologie de réduction du bruit.

    Avec le LUMIX GH6, Panasonic nous promet un saut qualitatif important. Le nouveau boîtier permet d’enregistrer en 5,7K jusqu’à 59,94p, et peut atteindre une cadence d’image de 119,88p en 4K et de 239,79p en FHD. Panasonic annonce également une dynamique accrue, avec 12+ diaphs en V-Log, et même 13+ diaphs grâce à l’option nommée "Dynamic Range Boost”.

    Rappel de ses caractéristiques techniques :
    • Capteur Live MOS Micro 4/3 de 25,21 Mégapixels effectifs
    • Résolution max : 5,7K en 59,94p
    • Cadence d’image max : 239,79 fps en Full HD
    • Enregistrement en 4:2:2 10bit en interne
    • Enregistrement en Apple ProRes en 5,7K
    • Monture Micro 4/3 (MFT)
    • Enregistrement sur cartes SD ou CFexpress Type B
    • Alimentation par batteries DMW-BLK22E
    • Contrôle à distance via Wi-fi ou bluetooth (Application LUMIX Sync)
    • Sortie vidéo : HDMI type A
    • Audio en 48KHz 24 bits avec micro interne et externe
    • Dimensions (L x H x P) : Environ 138,4 x 100,3 x 99,6 mm pour un poids d’environ 739g, boîtier nu.
    • Prix de lancement : 2199,90 €

    Toutes les informations sur la news GH6 du Repaire.


    Nous présentons ci-dessous notre analyse des rushes du LUMIX GH6 sur :
    • La définition
    • La fidélité des couleurs
    • La sensibilité
    • La dynamique

    Nous avons comparé l’appareil avec trois autres boîtiers au capteur Micro 4/3 :
    • Le LUMIX GH5 : Prédécesseur du GH6, actuellement disponible à environ 1299,90 €.
    • La Blackmagic Pocket 4K : Caméra Micro 4/3 d’entrée de gamme qui a connu un très grand succès auprès des filmmakers fictions, pubs, etc… La caméra coûte environ 1269,90 €.
    • Le LUMIX GH4 : Révolutionnaire en 2014, le GH4 est le premier boîtier à avoir proposé de la 4K. Bien qu’il ne se vende plus neuf, on le trouve d’occasion entre 400 et 800 €.

    Les gammas et Luts utilisés sont les suivants :
    • LUMIX GH6 : V-Log + LUT V-Log to V709
    • LUMIX GH5 : V-LogL + LUT V-Log to V709
    • Blackmagic Pocket 4K Pro : Pocket Film + LUT Blackmagic Gen5 Film to Extended Video
    • LUMIX GH4 : V-LogL + LUT V-Log to V709

    FONCTIONNEMENT DES ISO :



    Panasonic ne partageant que peu d’informations sur le fonctionnement des ISO du GH6, nous avons commencé par une montée d’ISO compensée sur notre scène de dynamique (qui permet de bien matérialiser le seuil de bruit), pour identifier l’ISO natif du capteur et analyser le comportement du boîtier aux différents niveaux d’amplification.

    L’ISO natif du Log est bien souvent le plus faible ISO disponible, proposant par conséquent un seuil de bruit moins important avec la plus grande dynamique disponible. C’est le cas ici à ISO 250. Toutefois, nous avons observé quelque chose d'étonnant à 2000 ISO.


    GH6 ISO 250_5.2.1.jpg GH6 ISO 320_5.3.1.jpg GH6 ISO 400_5.4.1.jpg GH6 ISO 500_5.5.1.jpg GH6 ISO 800_5.7.1.jpg GH6 ISO 1000_5.8.1.jpg
    GH6 ISO 2000_5.11.1.jpg
    GH6 ISO 1250_5.9.1.jpg GH6 ISO 1600_5.10.1.jpg GH6 ISO 2500_5.12.1.jpg GH6 ISO 3200_5.13.1.jpg GH6 ISO 4000_5.14.1.jpg GH6 ISO 5000_5.15.1.jpg GH6 ISO 6400_5.16.1.jpg GH6 ISO 8000_5.17.1.jpg GH6 ISO 10000_5.18.1.jpg GH6 ISO 12800_5.19.1.jpg

    250 ISO Vs 2000 ISO_5.20.1.jpg

    Après denoising :
    250 ISO Vs 2000 ISO DENOISE_5.21.1.jpg

    A 2000 ISO en V-Log, le GH6 délivre un seuil de bruit moins important qu’à 250 ISO, que ce soit avant ou après denoising, engendrant ainsi une meilleure dynamique (on y revient dans le chapitre Dynamique). Notons tout de même que le denoising ne s'applique pas de façon uniforme sur l'ensemble du signal. Seul les très basses lumière sont impactées. Les tons moyens en revanche ne semble pas en bénéficier.
    Bien q
    ue l’ISO natif soit de 250 en V-Log, il sera préférable dans certaines situations de tourner à 2000 ISO. Nous basculerons donc entre ces deux ISO, aux cours de nos tests, afin d’en tirer le meilleur.

    Au passage, on constate à l’occasion de cette montée compensée, que les ISO du GH6 sont des ISO “analogiques”, à l’instar de la plupart des boîtiers photo : la répartition de la dynamique entre les hautes et basses lumières reste constante. Pour plus d’infos sur les ISO (analogiques, EI, Dual ISO, etc) et leur fonctionnement, vous pouvez consulter le guide de Greg et Forest “Les ISO en vidéo”.


    DÉFINITION :



    ISO natif ou ISO optimisé ?


    Pour commencer, nous avons cherché à savoir à quel ISO, 250 ou 2000, le GH6 délivre les meilleures performances en matière de définition.

    Mires 250 ISO Vs 2000 ISO_3.3.1.jpg

    Zoom x3 :
    Mires 250 ISO Vs 2000 ISO X3_3.4.1.jpg

    Nous avons vu plus haut, que le seuil de bruit est moins important à 250 ISO qu’à 2000 ISO. Toutefois, sur une scène correctement éclairée comme celle-ci, les tons moyens sont plus bruités à 2000 qu’à 250 ISO. L’amplification du signal entraîne une perte de contraste, et donc une légère perte de définition. Nous allons donc réaliser le comparatif plein feu avec l’ISO 250, ce qui est cohérent pour ce type de scène.


    Définition du GH6 :


    Parmi les quatre boîtiers Micro4/3, le LUMIX GH6 est le seul à proposer un enregistrement dans une résolution supérieure à la 4K. En effet, le nouveau Panasonic est capable d’enregistrer de la 5,7K dans plusieurs codecs. Vous pouvez enregistrer en Apple ProRes HQ (1,6Gbps) qui délivre de meilleurs résultats mais qui demande un stockage très important ainsi qu’un support de médias performants. L'Apple ProRes 422 propose un débit légèrement inférieur (1,1 Gbps) mais qui reste conséquent. Heureusement, il est possible d’enregistrer de la 5,7K en MOV LongGOP avec un débit de seulement 200Mbps.

    Comparons ces 3 codecs en 5,7K avec la meilleure 4K proposée par le GH6 (MOV ALL-I 400Mbps) :

    Comparatif def GH6_4.3.1.jpg

    Zoom x3 :
    Comparatif def GH6 X3_4.4.1.jpg

    Textures :
    Comparatif def GH6 Texture 1_4.5.1.jpg Comparatif def GH6 Texture 2_4.6.1.jpg

    Comparatif def GH6 Texture 3_4.7.1.jpg

    Zoom x3 :
    Comparatif def GH6 Texture 3 Zoom x3 Montre_4.8.1.jpg

    La 4K se défend bien par rapport à la 5,7K ce qui atteste d’un sur-échantillonnage qualitatif. Les performances ne sont cependant pas équivalentes sur les mires. La 4K est légèrement moins définie mais cette différence ne se fait pas sentir sur les textures.

    Entre les différents codecs de la 5,7K, les écarts de qualité sont bien moins importants que les écarts de débits. Le ProRes HQ est le codec le plus qualitatif proposé par le boîtier. Il permet un enregistrement en 4:2:2 10bit en All-Intra, avec un débit très conséquent de 1,6 Gbps. Il ne servira qu'aux utilisateurs ayant besoin d’un codec hautement performant dans leur workflow, et pour éventuellement effectuer divers effets spéciaux, etc. Nous ne voyons aucune différence de qualité avec l’Apple ProRes 422, un codec aux mêmes caractéristiques techniques que le ProRes HQ mais qui est compressé de manière à enregistrer un débit équivalent à 66% du ProRes HQ, soit 1,1 Gbps. Cette compression est donc efficace. Elle ne semble pas dégrader la qualité d’image mais permet de gagner grandement en capacité de stockage.

    Enfin, le MOV LongGOP à 200 Mbps constitue une réelle solution qualitative pour les filmmakers souhaitant bénéficier d’une haute résolution sans subir un stockage trop important. A noter toutefois que ce codec n’enregistre qu’en 4:2:0 10bit ce qui aura un impact sur la restitution de couleurs et la latitude de travail en post-production.


    COMPARATIF 4K :



    Comme nous l’avons dit plus haut, le GH6 est le seul des quatre appareils Micro 4/3 à proposer une résolution supérieure à la 4K. Nous avons vu que la 4K délivrée par le nouveau LUMIX était de bonne qualité. Comparons-la à présent avec celle des autres boîtiers :

    Comparatif 4K mires_4.9.1.jpg

    Zoom x3 :
    Comparatif 4K mires x3_4.10.1.jpg
    Paramètres d'exposition écran “plein feu” :
    Lumix GH6 : f/3.5 ISO 250 1/50
    Lumix GH5 : f/5 ISO 400 1/50
    Pocket 4K : f/4.8 ISO 400 1/50
    Lumix GH4 : f/7.1 ISO 800 1/50
    Vue 4K en crop 1:1 (redimensionné au 4K si résolution supérieure) dans une timeline FullHD


    Textures :
    Comparatif 4K Texture 1_4.11.2.jpg
    Comparatif 4K Texture 2_4.12.1.jpg
    Comparatif 4K Texture 3_4.13.1.jpg

    Zoom x3 :
    Comparatif 4K Texture 3 Zoom x3 Montre_4.14.1.jpg

    Les résultats des quatre 4K sont très différents.
    C’est le GH6 qui s’en sort le mieux avec une très bonne définition sur les mires et les textures, tout en proposant un rendu assez naturel.

    Le GH4 et le GH5 semblent subir un traitement servant à renforcer l’impression d'un meilleur rendu des détails, probablement une correction de contour (rappelons que les boîtiers sont réinitialisés avant de les passer sur le banc de test).
    Ce rendu plutôt désagréable se traduit également par un moins bon rendu des textures, où tout paraît faussement piqué.

    Avec le GH6, Panasonic semble avoir drastiquement changé de formule par rapport à ses précédents boîtiers GH.

    De son côté, la Pocket 4K présente un moiré marqué et coloré sur les mires. Ces défauts sont si présents qu’il en devient difficile d’évaluer la définition. Toutefois, le rendu des détails sur les textures est globalement bon et bien plus naturel que celui du GH4 et du GH5. Les résultats sur les textures s’approchent de ceux du GH6 mais la colorisation des micro-contrastes vient légèrement entacher la restitution des détails.


    Sur notre scène “plein feu”, le LUMIX GH6 présente de loin les meilleures performances en matière de définition. Les détails suraccentués des LUMIX GH5 et GH4 et le moiré très coloré de la BMPCC4K ne leur permettent pas d’atteindre les performances du nouveau Panasonic.


    SCIENCE COULEUR :



    Pour rappel, le Delta E est un écart calculé entre la couleur restituée et la couleur telle que définie par la Commission internationale de l'éclairage (CIE). Plus l’indice est bas, meilleure est la fidélité des couleurs. Nous utilisons le logiciel 3DLutCreator pour le calculer, en appliquant la norme CIE 2000. La note maximale correspond à la couleur de la charte la moins bien restituée par le boîtier.

    Delta E_4.15.1.jpg

    Encore un point d’amélioration du GH6 par rapport à ses prédécesseurs, avec un très bon Delta E moyen de 10.1. Seule la Pocket 4K parvient à dépasser ce résultat grâce à un excellent Delta E de 9.4 en moyenne, bénéficiant de la nouvelle science couleur GEN5, introduite en décembre 2020 par Blackmagic.

    Le GH4 et le GH5 présentent une fidélité des couleurs relativement similaire avec une moyenne d’environ 12 et un Delta E maximum autour de 32.

    Carnation GH6 Vs BMPCC4K_4.19.1.jpg

    Carnation GH6 Vs GH5_4.20.1.jpg

    Carnation GH6 Vs GH4_4.22.1.jpg

    Carnation GH5 Vs GH4_2.27.1.jpg

    Le rendu des tons chair du GH6 est très similaire à la Pocket 4K avec tout de même des ombres légèrement moins saturées sur le GH6 (voir ombre sous le menton). Le GH4 et le GH5 produisent des carnations plus magenta qui sont, là encore, très comparables.

    On observe donc un réel changement dans le rendu des carnations et des couleurs en général entre le GH6 et les anciens boîtiers GH.

    Delta E Low Light_4.23.1.jpg
    Paramètres d'exposition écran “plein feu” :
    Lumix GH6 : f/1.4 ISO 1000 1/50
    Lumix GH5 : f/1.4 ISO 1600 1/50
    Pocket 4K : f/1.6 ISO 1250 1/50
    Lumix GH4 : f/1.4 ISO 1600 1/50
    Vue 4K en crop 1:1 (redimensionné au 4K si résolution supérieure) dans une timeline FullHD


    En basse lumière, le Lumix GH6 voit son Delta E complètement s’altérer. En effet, avec 27.7 de Delta E moyen et 57.9 au maximum, le nouveau Panasonic délivre le moins bon résultat du comparatif. Cela peut s’expliquer par une image très décontrastée et désaturée en basse lumière. Les trois autres caméras conservent une consistance de leurs shifts colorimétriques entre la scène plein feux et la scène basse lumière. La fidélité des couleurs en condition de faible luminosité ne sera donc pas le point fort du GH6.


    SENSIBILITÉ :



    Textures en basse lumière - Scène Low Light :


    On pose à l’ISO nécessaire pour une exposition du gris moyen à 18% sur la LUT de conversion en Rec.709, à pleine ouverture (F/1.4) et à 1/50. Pour ne pas pénaliser la BMPCC4K, nous l’avons placée à 1250 ISO, à savoir le premier ISO de sa base High, quitte à fermer légèrement le diaphragme à F/1.6. La caméra aurait délivré de moins bonnes performances à 1000 ISO et pleine ouverture.

    LL Texture 1_4.25.1.jpg

    LL Texture 3_4.27.1.jpg
    LL Texture 2_4.26.1.jpg

    Tout d’abord il est intéressant de noter que les boîtiers ne doivent pas tous monter aux mêmes ISO. Les GH4 et GH5 doivent monter à 1600 ISO, tandis que le GH6 ne doit monter qu’à 1000 ISO.

    Les différences entre les quatre appareils se font déjà sentir. Le GH6 présente un bruit assez présent et très vibrant. Il faut dire qu’à 1000 ISO le GH6 ne se situe pas à la sensibilité la plus optimale en termes de rapport signal / bruit. Nous pouvons observer de petits artefacts jaunes et bleus. En outre, l’image décontrasté produite par le GH6 à pour inconvénient de relever le niveau de noir et donc d’accentuer la visibilité du bruit.

    Ces mêmes défauts sont présents sur la Pocket 4K mais à moins forte intensité. En outre, c’est la Blackmagic qui délivre le meilleur niveau de détails, même si elle est suivie de près par le GH6.

    De son côté, le Lumix GH5 délivre un bruit presque incolore mais très net et marqué. Bien qu’il soit moins épais et vibrant que celui du GH6, la gestion du bruit du GH5 le rend très visible.

    Le GH4 est finalement le boîtier le moins bruité mais également le moins détaillé. En effet, on observe une forte baisse des détails par rapport aux autres boîtiers, on soupçonne la présence d’un traitement de réduction de bruit. Les informations dans les très basses lumières sont indistinguables et les fins détails, comme les lignes du livre par exemple, sont illisibles.

    Les GH5 et GH6 produisent une restitution des détails plutôt équivalente malgré une nature du bruit bien différente.


    Montée en ISO compensée :


    Ici, nous montons les ISO des appareils et compensons l’exposition de manière à conserver une image visuellement comparable. Ce test nous permet de visualiser la capacité du boîtier à restituer un rapport signal/bruit plus ou moins qualitatif en fonction de la sensibilité ISO choisie.

    Montée en ISO compensée, GH6 2000 DRB OFF_4.28.1.jpg
    Montée en ISO compensée, GH6 2000 DRB OFF WVF_4.38.1.jpg

    A +1 diaph, les boîtiers continuent à évoluer dans des directions opposées.

    A 2000 ISO, le GH6 délivre un bruit encore plus important et vibrant qu’à 1000 ISO, malgré l’optimisation du signal présente à ce palier de sensibilité.
    Le circuit de denoising a réduit le seuil de bruit mais cette amélioration s'applique essentiellement sur les très basses lumière. Le reste du signal subit cette montée en ISO. Les détails sont également lissés et les rendus des textures en sont donc directement impacté.

    Le GH6 demeure cependant bien plus performant que le GH4 en matière de rendu des détails. En effet, à 3200 ISO, le bruit du LUMIX GH4 qui était plutôt contenu jusqu’ici, devient beaucoup plus épais, réduisant encore sa perception des détails.


    La Pocket 4K reste la plus performante en rendu des textures. Toutefois, à 2500 ISO, la caméra présente un bruit assez prononcé, qui commence à dériver fortement vers le bleu.

    Enfin, le GH5 continue à accroître son bruit incolore mais très visible, empêchant ainsi une bonne restitution des détails.

    Au final, le LUMIX GH6 semble être l’appareil qui subit le moins cette montée d’ISO. De plus, l’option de Dynamic Range Boost (DRB) est disponible à partir de 2000 ISO en V-Log. Activons la et observons si elle présente un intérêt.

    Montée en ISO compensée, GH6 2000 DRB ON_4.29.1.jpg
    Montée en ISO compensée, GH6 2000 DRB ON WVF_4.39.1.jpg

    En activant la fonctionnalité Dynamic Range Boost, le GH6 délivre un seuil de bruit moins important mais surtout moins vibrant. On observe un équilibrage des trois canaux RGB qui permet une meilleure qualité d’image. Ces optimisations engendrent également une meilleure restitution des détails.

    On retiendra donc que l’activation du DRB à 2000 ISO permet d’obtenir de meilleurs résultats en situation de basses lumières.

    Montée en ISO compensée, GH6 4000 DRB OFF_4.30.1.jpg
    Montée en ISO compensée, GH6 4000 DRB OFF WVF_4.40.1.jpg

    A +2 diaphs, les performances des quatre boîtiers s'altèrent fortement. La Pocket 4K est à présent quasiment inexploitable. De nombreux artefacts, épais et bleutés, empêchent une restitution correcte des détails. Des dérives similaires sont présentes à 4000 ISO sur le GH6 mais de façon plus contenue. Le rendu des détails est plutôt médiocre mais il reste meilleur que sur le GH5 et le GH4. A 6400 ISO, le bruit très présent du GH5 commence à dériver vers le jaune tandis que le GH4 se retrouve totalement dépourvu de détails. Les textures sont extrêmement lissées et les informations perdues (la plume, par exemple, n’est presque plus visible sur le GH4).

    Voyons à présent si la fonction DRB permet d’améliorer le signal du GH6 à 4000 ISO, comme à 2000 ISO.

    Montée en ISO compensée, GH6 4000 DRB ON_4.31.1.jpg
    Montée en ISO compensée, GH6 4000 DRB ON WVF_4.41.1.jpg

    Une fois encore, le DRB permet une optimisation du signal, offrant ainsi un seuil de bruit moins important et des canaux plus équilibrés. Le niveau de détails est également légèrement supérieur même si les différences se font moins importantes à 4000 ISO qu’à 2000 ISO.

    Montée en ISO compensée, GH6 8000 DRB OFF_4.32.1.jpg
    Montée en ISO compensée, GH6 8000 DRB OFF WVF_4.42.1.jpg

    A +3 diaphs, le GH5 dérive complètement vers des tons jaunâtres et délivre une image extrêmement bruitée et inexploitable. La BMPCC4K continue à dériver avec d’importants artefacts bleus. Le GH6 parvient à se libérer de cette dérive bleutée qui commençait à apparaître à 4000 ISO. Toutefois, le bruit est vibrant et assez conséquent. A 8000 ISO, l’image ne sera sans doute pas utilisable sans un sérieux travail de denoising. De son côté, le GH4 ne parvient pas à atteindre le niveau de sensibilité ISO nécessaire.

    Voyons à présent si le DRB parvient à optimiser l’image du GH6 à ce dernier palier d’ISO.

    Montée en ISO compensée, GH6 8000 DRB ON_4.35.1.jpg
    Montée en ISO compensée, GH6 8000 DRB ON WVF_4.43.1.jpg


    Contrairement à 2000 et 4000 ISO, activer le DRB ne sera pas une bonne solution à 8000 ISO. Le signal se retrouve davantage bruité. Les dérives colorimétriques bleutées sont ici très marquées et rendent l’image inexploitable. L’image devient alors de moins bonne qualité que celle de la Pocket 4K à 10000 ISO.

    La fonctionnalité Dynamic Range Boost permet donc d’optimiser le signal en situation de basse luminosité. Disponible à partir de 2000 ISO, il semble que l’option soit pertinente à 2000 et 4000 ISO. A 8000 ISO, le DRB augmentera la quantité et la vibrance du bruit. Si l’on utilise le DRB à bon escient, le GH6 sort grand vainqueur de cette montée en ISO compensée. En effet, le nouveau Lumix parvient à restituer un niveau de détails bien supérieur aux GH4 et GH5 sans trop subir les importantes dérives colorimétriques présentent sur la Blackmagic Pocket 4K.

    C’est toutefois la Pocket qui délivre les meilleurs résultats à 1250 ISO, à savoir le premier palier de sensibilité de sa base High. Pour atteindre une exposition équivalente, le GH6 doit se placer à 1000 ISO ce qui entraîne une image plus bruité et moins détaillée que sur la Pocket 4K. Il sera préférable de se placer à 2000 ISO et d’activer le DRB plutôt que de rester à 1000 ISO.


    Très basse lumière :



    DRB : On ou Off ?


    Nous avons voulu évaluer l’intérêt du Dynamic Range Boost en condition de très basse luminosité. Pour ce faire, nous avons comparé deux images enregistrées avec le GH6 à son ISO maximum (12800).

    GH6 12800 ISO, DRB ON Vs DRB OFF_4.44.1_4.64.2.jpg

    Nous pouvons constater que les différences entre les deux images sont très faibles. Le bruit est très légèrement plus faible et le niveau de détails est un peu supérieur une fois le DRB activé. Même si l’impact est limité, nous avons décidé de poursuivre le comparatif en Ultra Low Light avec l’option activée.


    Voyons à présent comment se comportent les trois caméras sur cette scène Ultra Low Light.

    Compratif Expo cible_4.45.1_4.47.1.jpg

    Compratif Expo cible WVF_4.53.1_4.69.1.jpg
    Scène Ultra Low Light - Point chaud exposé à 90%

    On constate que pour atteindre l’exposition ciblée (point chaud sur le dos du premier bonhomme autour de 90%), les boîtiers doivent monter à 12800 ISO. La sensibilité maximum du GH4 se situant à 6400 ISO, l’appareil ne parvient pas à atteindre l’exposition cible et n’est donc pas comparable avec les trois autres boîtiers.

    Le LUMIX GH6 délivre les performances les plus convenables. A 12800 ISO avec le DRB activé, le bruit de GH6 se rapproche de celui de la Pocket 4K tout en étant plus contenu. Toutefois, la Blackmagic présente le meilleur niveau de détail. Le LUMIX GH5 présente de fortes dérives jaunâtres et bleutées, avec un bruit très marqué.


    DYNAMIQUE :



    Panasonic annonce une plage dynamique de 12+ diaphs en V-Log pour le GH6, et 13+ si le DRB est activé. Alors qu’en est-il réellement ? Pour comparer, il faut se placer à 2000 ISO; premier palier de sensibilité disponible avec le mode D-Range Boost On.

    GH6 250 ISO_4.82.1.jpg

    GH6 2000 ISO_4.83.1.jpg
    GH6 2000 ISO+ DRB_4.84.1.jpg

    A son ISO natif, le GH6 restitue une dynamique de 10++ diaphs, le 11ème diaph ne se détachant pas totalement du seuil de bruit. Le résultat est correct mais reste en-deçà de ce que l’on retrouve actuellement sur le marché.

    L’optimisation du signal à 2000 ISO, ne permet pas de gagner en dynamique. Malgré une légère réduction du bruit, on reste à 10++ diaphs. Cependant, il est maintenant possible d’activer la fonction DRB.

    On gagne plus d’un diaph grâce à l’option DRB. On passe maintenant à 12 diaphs de dynamique, avec un diaph gagné dans les hautes lumières et le 12ème diaph qui se décolle dans les basses lumières.

    On gagne donc grandement en dynamique en tournant à 2000 ISO avec le DRB activé, plutôt qu’à 250 ISO, l’ISO natif du boîtier. Il est rare que ce ne soit pas l’ISO natif qui présente la meilleure dynamique, il est donc important de le spécifier. L’utilisation du DRB à 2000 ISO ne pourra être que bénéfique.


    Maintenant, comparons les dynamiques des 4 boîtiers.

    Panasonic promet une dynamique de 12 diaphs de dynamique pour le GH4 à 800 ISO, son ISO natif. Blackmagic annonce 13 diaphs de dynamique en Blackmagic Film.

    Les tests de dynamique sont tournés dans le gamma offrant la plus grande plage dynamique, à l’ISO natif. On expose avec l’ouverture permettant de clipper les deux premiers patchs au même niveau. Dans ce comparatif, les quatre plans sont tournés en 4K. Les captures des waveforms sont effectuées dans une timeline UHD pour que les signaux ne bénéficient pas d’un sur-échantillonnage en post-production.

    GH6 à son ISO natif (250) :
    Compartif GH6 250 ISO_7.1.1.jpg

    GH6 à son ISO optimisé (2000) + D-Range Boost activé :
    Compartif GH6 2000 ISO DRB ON_7.3.1.jpg
    Paramètres d'exposition écran “Dynamique” :
    Lumix GH6 : f/5 ISO natif 250 OU f/10 ISO 2000 1/50, MOV ALL-I 400Mbps 422 10bit
    Lumix GH5 : f/7.1 ISO natif 400 1/50, MOV ALL-I 400Mbps 422 10bit
    Blackmagic Pocket 4K : f/5.2 ISO natif 400 1/50, Apple ProRes HQ
    Lumix GH4 : f/10 ISO natif 800 1/50, MOV 100Mbps 420 8bit
    Vue 4K en crop 1:1 dans une timeline FullHD


    Dans notre comparatif, le GH6 présente la moins bonne dynamique à son ISO natif. En revanche, à 2000 ISO avec le DRB ON, il parvient à obtenir la deuxième place avec ses 12 diaphs de dynamique. Malgré un seuil de bruit plus conséquent, la Pocket 4K délivre un résultat légèrement supérieur avec 12+ diaphs de dynamique. Enfin, nous avons été agréablement surpris par le GH4 qui parvient à délivrer 11+ diaphs de dynamique (notamment grâce à un seuil de bruit particulièrement fin), soit légèrement plus que le GH5 qui présente la moins bonne dynamique du comparatif avec seulement 11 diaphs.

    On observe sur le GH6 un très fort déséquilibre des canaux en fonction du niveau de luminance. Le canal bleu est plus haut sur les quatres boîtiers mais ce décalage est très important sur le GH6 (presque un diaph de décalage). Notez que la température de couleur est réglée à 5600K sur tous les boîtiers.


    Regardons à présent les résultats que l’on peut obtenir après un denoising réalisé à l’aide du plug-in NeatVideo dans Resolve.

    GH6 à son ISO natif (250) :
    Compartif GH6 250 ISO DENOISE_7.5.1.jpg

    GH6 à son ISO optimisé (2000) + D-Range Boost activé :
    Compartif GH6 2000 ISO DRB ON DENOISE_7.7.1.jpg

    Après denoising, le GH6 délivre à son ISO natif une dynamique équivalente aux deux autres Lumix GH. Toutefois, à 2000 ISO et avec le D-Range Boost activé, le GH6 gagne un diaph de dynamique et parvient à atteindre une dynamique très convenable de 13 diaphs.

    Les GH4 et GH5 délivrent donc à présent des dynamiques similaires. La couche de bruit étant plus importante sur le GH5, il y a plus d’informations à récupérer.

    Toutefois, c’est la Pocket qui bénéficie le plus du denoising. En effet, le traitement de NeatVideo permet à la caméra Blackmagic de récupérer plus d’un diaph dans son seuil de bruit, passant ainsi sa dynamique de 12+ à 13++ diaphs. On notera tout de même un déséquilibre, avec une dynamique bien plus importante pour le canal rouge, mais sans doute très peu utile. A noter qu’un enregistrement en BRAW permet de gagner encore un diaph en postproduction dans les spéculaires (très très hautes lumières), grâce à la fonctionnalité Highlight Recovery.


    SYNTHESE DRB :



    Le Dynamic Range Boost est une option qui peut se déclencher à 2000 ISO en V-Log et en HLG et à 800 ISO pour les autres profils d'image, soit toujours 3 diaphs au dessus de l'ISO minimum du gamma utilisé.

    Cette fonctionnalité est complexe est agit différemment en fonction de la sensibilité ISO choisie mais aussi de la scène filmée. Se placer à 2000 ISO pour activer le DRB n’a aucun intérêt pour une scène correctement exposée qui ne présente pas une forte dynamique. Cela pourra même dégrader légèrement la définition de l’image.

    En revanche, l’option sera très utile dans les scènes à fortes dynamiques en apportant un gain d’un diaph dans les hautes lumières.

    Le D-Range Boost est également bénéfique en condition de basse lumière. Au delà du traitement de réduction de bruit présent à 2000 ISO, le DRB équilibre les trois canaux optimisant ainsi le signal. Dès lors, le bruit est moins vibrant et la restitution des détails est légèrement améliorée. A 2000 et 4000 ISO, en tout cas. Au-delà, le signal subit des dérives colorimétriques et une dégradation importante du niveau des détails si l’on active le DRB. Étrangement, à l’ISO maximum du boîtier (12800 ISO), l’activation de la fonctionnalité permet d’accroître légèrement le niveau de détail en très basse lumière.

    Bref, un beau bordel ! :D


    CONCLUSION :



    Capable d’enregistrer en 5,7K, le GH6 délivre d’excellentes performances en termes de définition et de rendu des détails. Le moiré est très peu présents. En revanche, on ne notera pas d’écart de qualité notable entre l’Apple ProRes HQ (1,6 Gbps) et Apple ProRes 422 (1,1 Gbps). La compression MOV LongGOP (200 Mbps) permet d’obtenir une 5,7K à qualité d’image similaire et au débit bien moins conséquent.

    Le nombre important de photosites produit une 4K sur-échantillonnée de grande qualité. La définition et le rendu des détails sont bien supérieurs aux trois autres boîtiers. Contrairement aux anciens GH, le GH6 restitue des textures naturelles et réalistes.

    La fidélité des couleurs est très bonne sur le GH6. De plus, la science couleur semble être un autre élément sur lequel le GH6 se démarque de ses prédécesseurs. Le nouveau Lumix propose des carnations plus chaudes et moins magenta que celles du GH4 et du GH5.

    Les performances du GH6 en basse lumière sont très correctes pour un capteur Micro 4/3. Le nouveau Lumix délivre un bon équilibre avec un rendu de détails supérieurs aux précédents GH, tout en évitant les très fortes dérives et artefacts de la Pocket. Le signal du GH6 reste exploitable jusqu’à 4000 ISO, avec le DRB activé. Au-delà de ce palier d’ISO, le bruit devient trop épais et dérive sérieusement vers les tons bleutés, à l’instar de la BMPCC4K.

    En situation de très basses luminosité, le GH6 se démarque. En effet, il est le seul boîtier capable d’atteindre l’exposition cible tout en gardant une image exploitable.

    On notera que l’activation du Dynamic Range Boost sera bénéfique sur le GH6 à 2000 et 4000 ISO, en réduisant légèrement la quantité de bruit et en équilibrant les trois canaux RVB. En revanche, à 8000 ISO, activer le DRB dégrade davantage le signal. Il faudra donc évaluer l’intérêt du DRB en fonction du palier ISO choisi et de la scène filmée.


    La dynamique du GH6 est de 10++ diaphs à son ISO natif (250) ainsi qu’à l’ISO optimisé (2000). Un résultat moyen qui peut être grandement amélioré à condition d'activer le Dynamic Range Boost. Cette fonctionnalité permet de gagner un diaph dans les hautes lumières ainsi qu’un petit peu de dynamique dans les basses lumières, grâce à une légère réduction du seuil de bruit. On passe ainsi à 12 diaphs de dynamique. Cet écart est non négligeable et permet d'accroître la dynamique du GH6 à un niveau très convenable.

    Après denoising, les trois Lumix délivrent 12 diaphs de dynamique, à leur ISO natif. Le GH6 parvient à atteindre les 13 diaphs avec le DRB activé à 2000 ISO. Au final, c’est la Pocket 4K qui présente la meilleure dynamique avec 13++ diaphs, notamment grâce à un denoising efficace.



    Le GH6 se démarque donc très franchement des Lumix GH4 et GH5. Une meilleure définition, une meilleure science couleur, un meilleur rapport signal / bruit. Sur bien des aspects, les performances du Lumix GH6 se rapprochent davantage de celles de la Pocket 4K.

    Malheureusement, l’optimisation de la dynamique obtenue grâce au DRB n’est pas disponible sur les paliers inférieurs à 2000 ISO. Concrètement, si vous désirez une bonne dynamique, il faudra vous armer de filtres ND. Filtres qui ne sont pas intégrés au boîtier.

    Les multitudes d’options et d’optimisations empêchent une bonne lecture du fonctionnement du nouveau Lumix. D’autant plus que Panasonic ne communique pas beaucoup au sujet de ces fonctionnalités. Pour avoir manipulé et essayé d’optimiser au mieux le boîtier, le GH6 nous donne l’impression d’un appareil qui superpose différentes “bidouilles” techniques et qui sera difficile à apprivoiser. Il faudra donc bien connaître son GH6 pour véritablement en tirer profit.


    nestaphe, mhr, bcauchy et 2 autres Repairenautes ont recommandé ce message.

Partager cette page

► Commentaires 10

Vous ne souhaitez rien louper du Repaire ?

Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous