×

Warning

JLIB_APPLICATION_ERROR_COMPONENT_NOT_LOADING

Session PMW-F3: Compte-rendu du tournage

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Comment mener à bien un court-métrage en un mois ? Découvrez l'enrichissant partage d'expérience du réalisateur, du monteur, et de la productrice de "Smoke", lauréat de la 2nde session du Challenge Création Sony-Le Repaire. Production, autorisations, adaptation du projet au terrain, choix artistiques, direction de l'équipe par le réalisateur, comment le choix de matériel influe-t-il sur les approches créatives et l'organisation du travail ?... entretien !

Extrait et teaser de Smoke


Lauréat de la seconde session du concours Challenge Création Sony-Le Repaire, le court métrage Smoke est désormais sur le banc de montage. Nous pouvons déjà nous en faire une idée précise avec une sélection de plans choisis ainsi que la bande annonce, que partagent avec nous l'équipe du film.





L'entretien Compte-Rendu avec l'équipe de Smoke


 {include_content_item 2489} 

Comme pour le documentaire de Salvo Manzone de la 1ère session, nous avons rencontré une partie de l'équipe du court-métrage Smoke pour qu'elle nous livre ses approches de travail et créatives au fil de ces quatre semaines de défi devant boucler production et tournage. Ces propos viendront très certainement guider ou inspirer des Repairenautes voulant franchir le cap de la réalisation d'une fiction au format court (et pourquoi pas en se portant candidat à une prochaine session du concours Sony-Le Repaire!).

Les regards croisés du réalisateur, du monteur et de l'équipe de prod de Smoke livrent un enrichissant éclairage personnel (parfois engagé et tranché) sur les très nombreuses thématiques et problématiques touchant à la mise en œuvre d'un court métrage.

Autour de la table :

  • Méhdi Salamé, réalisateur
  • Noellie Aillaud, directrice de production (la Chouette Noire)
  • Tristan Fagret, Monteur, régisseur général
  • Michel Rempenaux et Sébastien Gaillard, Le Repaire

Nous avons guidé l'entretien autour de plusieurs thématiques :

 1. Organiser un court métrage en 1 mois - Partage d'expérience
Autorisations, castings, adaptation du projet initial : dans quel contexte l'équipe de production et de réalisation de Smoke a-t-elle relevé le Challenge pour préparer et tourner le film en seulement un mois ? Quels ont été les avantages et les inconvénients de ce contexte différent de ses productions habituelles pour lesquelles un plus grand temps de préparation est possible ? Les coulisses de cette mise en œuvre nous apprennent beaucoup sur l'organisation d'un projet de court-métrage...

 2. La PMW-F3 en plateau : retour des approches de travail et créatives sur Smoke
Rappelons que la caméra PMW-F3 repose sur un grand capteur S35 et l'entoure donc de débats créatifs ou esthétiques où gravitent des sujets comme les DSLR ou la pellicule Super35mm. Comment le réalisateur de Smoke a-t-il organisé son travail et sa création d'image avec cette caméra en plateau...

3. Sensibilité et travail de l'image sur Smoke avec la Sony F3
Rentrons dans le détail sur le retour d'utilisation du réalisateur Méhdi Salamé : ses points de vue sur l'usage de la caméra, la façon dont il a abordé la sensibilité offerte par le capteur S35 et dont il a travaillé l'image aussi bien en plans d'extérieur nuit que d'intérieur. Il s'appuie pour cela sur des comparaisons avec ses expériences de précédents projets, ayant déjà tourné en Super-16, tournant aussi régulièrement des projets institutionnels en EX3, et ayant également tourné son précédent court-métrage avec une PDW-F800 (gamme XDCAM 422). Nous y abordons aussi la question des optiques.

4. Smoke tourné en F3: Usages de la caméra en mode fichier, le codec MPEG-2 4:2:0, du tournage à la post-prod
Quel usage l'équipe de Smoke a-t-elle fait des métadonnées, d'une caméra fiction tournant des fichiers ? Avec quelle méthodologie ont été abordées ces fonctionnalités sur leur projet ? Comment la prise de son a-t-elle été abordée ? Quel est leur retour et sentiment sur le format MPEG-2 4:2:0 exploité par la caméra, et comment ce codec a-t-il été abordé en montage et étalonnage ? Leurs réponses dans cette dernière partie de notre entretien.


Organiser un court métrage en 1 mois - Partage d'expérience

Autorisations, castings, adaptation du projet initial : dans quel contexte l'équipe de production et de réalisation de Smoke a-t-elle relevé le Challenge pour préparer et tourner le film en seulement un mois ? Quels ont été les avantages et les inconvénients de ce contexte différent de ses productions habituelles pour lesquelles un plus grand temps de préparation est possible ? Les coulisses de cette mise en œuvre nous apprennent beaucoup sur l'organisation d'un projet de court-métrage...


Sébastien Gaillard: En étant désigné lauréat du concours vous aviez la contrainte de mener à bien la réalisation de votre court-métrage sur un délai très court puisque la caméra et le moniteur de terrain OLED vous ont été prêtés sur une période d'un mois. Quels ont été les avantages et les inconvénients de ce contexte particulier de production et de réalisation ?


Méhdi Salamé, réalisateur : Les avantages c'est que ça oblige à tenir un cahier des charges très strict. On ne peut donc pas partir dans des plans fous, des prises refaites de multiples fois, et ça oblige à être assez régulier. Du côté de l'équipe ça crée une motivation, un élan, ça a été très intéressant de motiver les gens autour de la deadline qui était forcément très proche entre le début de la préparation du tournage et le tournage lui-même. L'esprit c'était donc « on donne tout maintenant » sans laisser de place au moindre « on verra plus tard... ». C'était bien.

SG :Est-ce que justement ça t'a privé de personnes qui n'étaient pas disponibles pour rejoindre ton équipe dans ce créneau ?

Méhdi Salamé :
Exactement. Par exemple deux amis machinos qui sont bien équipés et travaillent très bien avec une grue, des rails de travelling et cie, n'ont pu se joindre à nous. Donc certains plans du scénario prévus avec ces mouvements n'ont pu se faire mais c'est un petit point noir qui au final va s'envoler très vite car ce n'est pas si grave.

smoke-concours-sony-repaire-club-jazz--saxo-fumee.jpg

Mais sinon c'est surtout le côté « grosses frayeurs » pendant la préparation que je retiendrais comme inconvénients. On avait en fait 3 semaines pour préparer et une semaine pour tourner dans le mois qui nous était imparti. En préparation il fallait donc boucler la recherche de comédiens, de matériel, de décors, bref tout ce qu'on ne peut se permettre de lancer tant qu'on n'a pas l'assurance de débuter un tournage ! Donc dès qu'on a été désigné lauréat nous avons lancé tout cela avec heureusement une équipe de production (NDLR La Chouette Noire) bien habituée à l'univers du court métrage, mais trois semaines pour tout boucler ça a été difficile !

J'ai le souvenir qu'à quelques jours du tournage on n'avait toujours pas le décor pour l'opéra, ni le saxophone et ça paraissait très difficile de les obtenir gratuitement. On a aussi découvert que tourner sur les quais de Paris coûte plus de 1600€ par jour or mon scénario s'y déroulait en bonne partie ! Donc on était un peu en galère mais l'avant-veille deux salles de théâtre se sont libérées, trois saxos sont arrivés et justement on a alors bien senti que comme on avait un planning très serré les gens se donnaient vraiment à fond pour que tous les éléments indispensables à la réalisation du film soient réunis dans les temps !

Produire un court en un mois, pas seulement des inconvénients

SG :Et côté production comment l'avez-vous abordé et vécu ?
 
Noellie Aillaud, directrice de production (la Chouette Noire) : Ca a amené une énorme énergie et un beau défi à relever car il était clair qu'on ne pouvait passer à côté de cette superbe opportunité de profiter de cette caméra pour le tournage. On a appris beaucoup à l'occasion de ce projet, on a aussi dû faire des concessions comme ce que Méhdi évoquait sur le prix exorbitant du tournage sur les quais à Paris.

Ce qui était un peu difficile c'est qu'on ne disposait donc pas du délai nécessaire pour mettre en place des recherches de subventions comme on peut le faire habituellement sur nos productions de cette envergure. Ca a donc été la grosse difficulté et le gros changement par rapport à d'autres courts métrages qu'on a habituellement plus le temps de préparer. Donc il a fallu faire un peu plus avec les moyens du bord, et malgré le gain évident que représentait le prêt de la caméra il fallait aussi réunir les moyens pour les lumières, la machinerie et cie.

Donc tout cela a été relevé comme un beau challenge qui a motivé beaucoup de gens, on avait un mois pour le faire, autant dire « maintenant ou jamais » et tout le monde a ainsi mis la main à la pâte.

L'autre difficulté c'était de tout gérer en même temps : décors, comédiens, figurants (ça pêche un peu sur les plans de l'opéra). Les castings se chevauchaient et donc on s'est énormément vu et on a passé beaucoup de temps ensemble les uns les autres !

smoke-concours-sony-repaire-rue-faible-profondeur-champ.jpg

On a beaucoup appris aussi sur les autorisations de la préfecture de Paris puisqu'on n'était pas dans les délais et qu'il normalement les déposer bien plus tôt avant le tournage, nous sommes donc passés en équipe réduite (temps sur place et nombre de personnes limités) ce qui a permis d'obtenir les autorisations malgré tout, pour les tournages de nuit dans les rues par exemple.

Donc ça aura été une belle expérience et on aura beaucoup appris avec ces inconvénients et ces avantages à la fois !

Adapter le projet au terrain

SG : Pour l'exemple des quais et de leur coût, comment avez-vous alors procédé, d'autant que dans la bande annonce version longue j'ai vu des plans...

Noellie Aillaud : 
Du fait des conditions intangibles on n'a pas fait ou peu ! Pour quelques plans on s'est arrangé en tournant depuis une péniche parce que dans ce cas-là on n'est pas considéré comme sur les quais et c'est alors autorisé. Autant pour ce qui a attrait aux demandes de tournage qui relèvent de la Mairie de Paris ils s'adaptent en fonction du budget de la production, de la structure (associative, société de production), mais pour les quais qui eux dépendent du Port de Paris il y a un prix fixe de 1600€/jour aussi bien pour Woody Allen que pour nous !! Donc ce n'était pas possible, sans compter qu'en plus il aurait fallu faire une demande très tôt en amont pour tourner sur les quais, et qu'ils n'ont aucune dérogation ou procédure simplifiée qui permettrait de filmer dans les jours qui suivent.

smoke-concours-sony-repaire-quais-camera-epaule.jpg

Méhdi Salamé :
 Mes concessions ont été sur l'esthétique, avec ce principe des travellings que je voulais sous les quais et l'on n'a donc pas pu mettre en œuvre. Dans l'écriture j'avais quelques longs travellings qui faisaient presque tous les quais et que je n'ai pas pu du tout réaliser puisqu'au mieux on pouvait seulement essayer les plans en équipe ultra réduite (trois comédien compris) caméra à l'épaule. J'ai donc quelques plans en caméra portée à l'épaule sur du pavé en marchant en arrière, je ne sais pas si vous pouvez imaginer ce que ça donne mais ça bouge donc beaucoup.

smoke-concours-sony-repaire-quais-notre-dame.jpg

SG :Oui on voit un tel plan dans l'extrait, et d'un autre côté c'est une esthétique qui n'est pas choquante.

Méhdi Salamé : Oui tout à fait, en fait c'est juste qu'à l'écriture je l'avais conçu de façon très aérienne et coulée, et donc c'est moi que ça choque le plus parce qu'à chaque fois que je dis que ce plan ne passe pas on me dit « mais c'est bon l''esthétique caméra à l'épaule passe très bien ». Donc ça a été un choix de réalisation de renoncer à cette esthétique aérienne, de ne plus jouer sur la rupture entre les plans caméras épaule qui auraient dû se cantonner à des plans pour un univers vivant et ceux en travelling aérien pour les plans plus oniriques. Donc je n'ai pas pu jouer sur cette rupture-là mais on l'a finalement fait passer autrement : on a pris des plans fixes où on s'attarde plus sur le personnage, ses expressions ; je le filme beaucoup moins de dos que ce que j'avais prévu au départ ce qui a donc été très bien pour l'acteur ;-) et qui finalement n'a pas été dérangeant d'autant que Chet se retrouve être un personnage vraiment exceptionnel incarné de la sorte, on a trouvé une gueule !

 {include_content_item 2489} 
 


Statistiques du Repaire

Discussions:246 129
Messages forum:1 339 083
Repairenautes:132 838

Catégories des articles

Offres et actualités des partenaires

Nouveaux avis produits

Sony FDR-AX100
 
8.5
Babyfoot52
" Tres content du travail realise avec cette camera. Je..."
CLAP VIDEO 7
 
10.0
aubervision
" pour vidéastes passionnés un club associatif pour progresser: formation,..."
Panasonic LX100
 
8.5
reboot
" J'utilise cet appareil depuis 1an en usage "voyages".La qualité..."
Panasonic AG-AC90
 
8.7
" Se fait oublier dans un sac et agréable à..."
ALADDIN - Flexlite 2
 
7.8
jtreves
" J'ai trouvé le montage un peu complexe (surtout sans..."

Discussions les plus recommandées

Nouveaux billets de blog

Création DVD

Bonjour, Je souhaite créer le DVD de mon spectacle de danse. Un film de 2h00 qui est en haute définition et qui fait 16GO. Je l ai donc...

publié le 10/08/16 par Artdance13 dans

Pyramide de Moïse

Bonjour Merci de regarder le clip Pyramide de Moïse sur , il ouvre l'esprit. C'est nouveau littérairement. Arnaud

publié le 07/06/16 par PyramidedeMoise dans