module inscription newsletter haut de page forum mobile

Rejeter la notice

logo repaire

Le Repaire recherche un ou une Stagiaire, en renfort sur l'éditorial et l'organisation des ateliers.
Poste à pourvoir dès maintenant

Questionnement choix micro pour prise son fiction

Discussion dans 'Matériel de prise de son et de mixage' créé par Floki, 16 Novembre 2022.

  1. Floki

    Points Repaire:
    100
    Recos reçues:
    0
    Messages:
    2
    Appréciations:
    +0 / 0 / -0
    Bonjour à tous,

    Je suis actuellement responsable de la prise de son d'un film étudiant, je viens vers vous avec quelques questions précises. En effet le film que l'on doit tourner ne comporte aucun dialogue, il s'agit d'un projet de film centré sur l'intimité d'un couple, et qui se repose donc principalement sur son ambiance. (Principalement pour mettre en avant la sensualité)

    La première séquence se situe dans un bar et tout le reste du film dans un appartement.

    De par la nature du film, j'ai pensé à capter le son directement en stéréo. En l'état, je partirais sur un couple de micro cardio sur pied pour l'ambiance + une capsule cardio montée sur perche (Config plus bas)

    C'est peut-être une question idiote, mais un couple de micros cardio monté sur perche peut-il être pertinent ?

    L'avantage que j'ai, c'est une grande liberté par rapport au cadre, pour m'approcher le + possible

    Matos :

    - Oktava MK012 (x4)
    - MixPre3
    - Perche
    - Pied à micro

    Question bonus : Une musique diégétique est jouée dans une séquence sortant d'un poste de radio (directement jouée sur le plateau principalement pour le confort des comédien), est-ce que j'aurais quelque chose de satisfaisant en récupérant le son via mon couple stéréo ?

    Voilà, ça fait beaucoup de questions, j'espère ne pas trop en demander, mais je tiens vraiment à donner le meilleur résultat possible.

    Merci d'avance, bonne journée
     
  2. giroudf

    So

    Points Repaire:
    15 400
    Recos reçues:
    383
    Messages:
    16 609
    Appréciations:
    +629 / 2 571 / -26
    quand on fait une fiction, on peut se permettre de refaire entierement la bande son.
    pour ton film, on s'approche passablement de l'ASMR et de ce cas c'est quasi incontournable.

    Il est donc preferrable de refaire tout le film en bruitage (ce qui peut se faire de prefererence durant le tournage (la cuilliere qui tourne le cafe, les bruits de pas, la porte du frigo).

    A la rigeur, tu peux le faire pendant le tournage avec un micro a large menbrane, mais certainement la presence de l'equipe de tournage et de tout son matos creera trop bruit parasite,

    Ce qui fait le force de ce genre de film c'est souvent la quasi absence de bruit de fond et l'utilisation de tous les bruit "visible" a l'image pour augmenter cette "intimite" avec le spectateur.
     
    #2 giroudf, 16 Novembre 2022
    Dernière édition: 16 Novembre 2022
  3. nestaphe

    So

    Points Repaire:
    11 325
    Recos reçues:
    189
    Messages:
    1 561
    Appréciations:
    +137 / 934 / -1
    +1

    Effectivement, déjà, on se limiterait beaucoup à vouloir tout faire en direct. En matière de fiction, le son réel a pratiquement toujours un potentiel artistique bien plus faible que le son composé en post-prod. Il y a la magie du bruitage, il y a les impressions auditives, et le réalisme n'est pas forcément la forme la plus souhaitable pour le propos.

    Il faut encore ajouter que nombre des sons présents dans la scène durant une prise s'apparentent davantage à des bruits parasites qu'à de l'ambiance à proprement parler. Exemple : durant un repas, les tintements de couverts trop forts et/ou trop envahissants en terme de fréquences, ensuite, comment fais-tu pour travailler en post-prod les fréquences et le volume des tintements sans impacter tout le reste ?
    On essaye aussi en général de prendre le moins possible l'ambiance du plateau parce qu'il peut y avoir des bruits de fond indésirables tel que celui d'un bon gros camion qui passe dans la rue au mauvais moment, etc., et encore parce que l'acoustique de la pièce laisse à désirer, elle est bien souvent trop réverbérante et pas d'une réverbération gracieuse.

    Il y a encore les raccords de plans qui peuvent souffrir d'une ambiance qui a évolué. C'est pourquoi l'on essaye de diminuer sa présence et c'est la raison pour laquelle on fait des sons seuls afin de pouvoir colmater.

    Si l'on perche en mono, c'est pour suivre du micro le son capté, et s'accorder aussi avec un éventuel mouvement de caméra. Sur le mouvement de perche, la stéréo va accentuer des problèmes liés à l'acoustique de la pièce et au déplacement de l'onde sonore dans celle-ci (problèmes de changement de timbre, de phase, de réverbération accentuée et évolutive, etc.).

    Si tu tiens vraiment à faire une prise stéréo durant la prise, alors utilise un couple sur pied et à la fois perche la scène en mono. Après, pour la phase, cela risque d'être un beau bordel, mais au moins, tu pourras mixer. (Et jeter ou sous-mixer l'ambiance, si c'est la cata...)
     
    #3 nestaphe, 16 Novembre 2022
    Dernière édition: 16 Novembre 2022
    • J'aime J'aime x 1
  4. mosaic

    So

    Points Repaire:
    8 195
    Recos reçues:
    19
    Messages:
    241
    Appréciations:
    +18 / 98 / -0
    Cas intéressant dans lequel j'essayerais carrément une prise de son "binaurale" afin de restituer l'ambiance globale et la proximité des acteurs , l'intimité . Dans ce cas on entendra même les respirations, les frottements de vêtement de cheveux, le bruit des mains sur la table..

    Voir les articles qui correspondent au terme "binaural" sur internet et sur Repaire.net
     
  5. Video 92

    So So

    Points Repaire:
    7 300
    Recos reçues:
    82
    Messages:
    5 008
    Appréciations:
    +230 / 930 / -5
    Qui dit binaural en prise de son dit restitution au casque.
    Pour un tel film, je ferai une prise de son témoin en stéréo et j'irai chercher des sons au fil des scènes en synchro.
    Puis en son seul les différents bruits typiques.
    Pour la radio, puisque c'est du son diffusé il sera facile de le recaler et de la "truquer" en fonction de la scène.
    Ne pas oublier de faire des "fonds d'air" pour avoir une matière pour "lisser" les différents plans.
    Gros boulot en post-prod son pour reconstituer un son "réaliste" !
    Long, mais passionnant.
     
    • J'aime J'aime x 1
  6. nicolas poisson

    Points Repaire:
    4 930
    Recos reçues:
    51
    Messages:
    2 014
    Appréciations:
    +48 / 218 / -2
    Il me semble que la prise de son binaurale n'a vraiment d'intérêt que si la restitution se fait avec un casque.

    Refaire entièrement la bande son donne le meilleur résultat (on maîtrise tout), mais ça représente un travail considérable. Pour que ça soit crédible, il faut notamment reproduire tous les sons de frottements, de craquements, etc. Une solution intermédiaire consiste à prendre un son direct le plus propre possible en perchant à proximité des acteurs (ça peut demander plusieurs perches, mais chacune en mono), et à enrichir ensuite avec des bruits qui font sens: on peut ajouter les craquements d'une maison hantée, les pas lourds à l'étage du dessus, les grincements de porte, les respirations, les battements de cœur, etc.

    Edit: ah, doublon avec Vidéo92.
     
    • J'aime J'aime x 1
  7. nestaphe

    So

    Points Repaire:
    11 325
    Recos reçues:
    189
    Messages:
    1 561
    Appréciations:
    +137 / 934 / -1
    +1 J'avais oublié ça...

    Un son de radio pris sur plateau va occuper une plage fréquentielle assez large et couvrir un peu tous les sons que tu imagines et qui doivent constituer ta "belle ambiance emprunte d'intimité". Pour le fondre sans surcharge et couverture de reste, il convient de pouvoir le mixer, c'est-à-dire diminuer précisément certaines fréquences ou plages de fréquences afin de "laisser de la place" à certains autres sons. Ainsi, le tout peut être perçu de manière distinct et aérée. On pratique cela en mixage musique comme en mixage pour l'image, c'est comme cela qu'on obtient un résultat qui respire et qu'on évite un effet de bourdonnement à certaines fréquences, voire une cacophonie globale.

    Et en plus, le son de radio souffrira de l'acoustique de la pièce en plus de n'être pas forcément très qualitatif au départ. Comme suggéré par Vidéo 92, le travailler en post-prod, c'est le mettre exactement là où on le souhaite, et j'ajouterais même de le rendre d'apparence plus réaliste qu'un son qui serait pris sur plateau et qui se serait fait défoncer par l'acoustique de la pièce, le mauvais placement des micros (on ne peut pas tout prendre bien avec seul couple, et la multiplication des micros avec une énorme repisse engendre des problèmes de phases que seul les personnes très expérimentées arrivent à gérer), etc...
     
    • J'aime J'aime x 1
  8. Video 92

    So So

    Points Repaire:
    7 300
    Recos reçues:
    82
    Messages:
    5 008
    Appréciations:
    +230 / 930 / -5
    Et encore, les phases, on voit souvent cela à la post-prod, plus simple à gérer.
     
  9. giroudf

    So

    Points Repaire:
    15 400
    Recos reçues:
    383
    Messages:
    16 609
    Appréciations:
    +629 / 2 571 / -26
    donc la strategie pour faire "au mieux" c'est.

    1) enregistrer le bruit de fond sur une periode assez longue quand le plateau est vide (pour avoir l'ambiance)
    2) tourner le film avec un son temoin pour faciliter l'analyse ulterieur.
    3) analyser le film et noter tous les sons a refaire. Grosso modo , la strategie c'est que tout mouvement/action donne lieu a un son, meme si il n'est pas audible.
    On peut aussi volontairement supprimer de la liste des sons qui ont eu lieu lors du tournage, mais qui n'apportent rien. Ou ajouter des sons qui n'ont pas eu lieu mais qui servent l'ambiance (un glissement de tiroir, un grincement de porte, un interrupteur, un bourdonnement ou un tic-tac pour meubler un silence). On peut aussi utiliser un plan de coupe (la mouche contre la fenetre, le robinet qui goutte , la vue par la fenetre avec les enfants qui jouent ) et reutiliser le bruit plus tard sans l'image)
    4) enregistrer les sons retenus.
    5)monter le film (l'image), puis, replacer les sons au bon endroit avec les niveaux qui vont bien

    on voit qu'a part l'enregistrement des sons supplementaires, ca demande pas tant de boulot que ca, mais que le storyboard doit integrer ca dès le debut.
     
    #9 giroudf, 17 Novembre 2022
    Dernière édition: 17 Novembre 2022
  10. Video 92

    So So

    Points Repaire:
    7 300
    Recos reçues:
    82
    Messages:
    5 008
    Appréciations:
    +230 / 930 / -5
    Tout a été dit !
     
  11. nicolas poisson

    Points Repaire:
    4 930
    Recos reçues:
    51
    Messages:
    2 014
    Appréciations:
    +48 / 218 / -2
    Mouaif. C'est comme pour mettre un éléphant dans un frigo: tu ouvres le frigo, tu y cases l'éléphant, et tu refermes. Simple quoi. Mais je pense que c'est en fait un gros boulot.

    Un bon exercice quand on apprend le sound-design, est de se poser pendant quelques minutes, et de lister au moins 25 sons qu'on entend. Au début c'est facile: la circulation, un gamin qui pleure, la chasse-d'eau des WC du voisin, le frigo... puis ça devient de plus en plus difficile. On n'atteint pas forcément les 25, mais cela montre à quel point notre environnement est riche de petits sons qu'on ne remarque pas. Ca entraîne aussi à chasser les sons parasites sur le tournage.

    Refaire une bande son riche demande un travail énorme: chaque frottement de vêtement (il y en a en permanence), chaque respiration, l'acteur qui se gratte le front, la main qui se pose sur l'accoudoir (ainsi que le frottement du bras lors du mouvement), etc. On n'est pas obligé de tout reproduire (on se passera des WCs), mais il en faut pas mal si on vise un certain réalisme.

    Si on parvient à capter correctement ces sons-là en direct, on s'économise une grosse part de boulot de post-prod. Ca interdit de diffuser réellement la musique sur la radio lors du tournage (ça couvrirait tout). Il faut définir à l'avance ce qu'on va enregistrer en direct et ce qu'on fera en post-prod. Ca demande des essais: dans le bar, le simple choc d'un verre posé sur une table risque d'être trop fort par rapport aux frottements de tissus. Il faudra peut-être interdire les mouvements de verre, ou utiliser des sous-bock en carton pour amortir. Il faudra demander aux figurants de faire semblant de parler et de rire, puis enregistrer séparément le brouhaha du bar (avec les mêmes gens). Il faudra peut-être traiter un peu l'acoustique de la pièce. Si le tournage a lieu alors que le bar est ouvert avec de vrais clients, ça ne sera probablement pas possible d'avoir un son direct exploitable et puis c'est tout.

    S'il y a dans l'équipe des apprentis bruiteurs / mixeurs / créateurs sonores qui kiffent de refaire la bande-son intégralement, alors c'est une excellente opportunité de s'entraîner. C'est aussi ce qui donne le résultat le plus maîtrisé, et c'est comme ça qu'on fait sur une vraie grosse prod. Mais même pour un petit court-métrage, c'est plusieurs jours de boulot pour enregistrer les sons, plusieurs jours aussi pour le montage sonore. Il faut être conscient de l'ampleur de la tâche.

    Quelle que soit la solution retenue, une difficulté va être d'imposer ton importance dans un milieu qui ne pense souvent que par l'image. Si tu as avec toi l'équipe typique d'étudiants qui veulent tous être au cadre et pour qui percher est une punition, que tu te retrouves tout seul pour gérer la totalité du son, c'est chaud.
     
    • Je recommande ! Je recommande ! x 2
  12. nestaphe

    So

    Points Repaire:
    11 325
    Recos reçues:
    189
    Messages:
    1 561
    Appréciations:
    +137 / 934 / -1
    Ben oui, bien sûr qu'il faut faire une prise mono perchée, et non pour son témoin... Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de dialogue que le son venant directement des comédiens n'est pas intéressant à prendre (bruits de vêtements, de gestuelle et de manipulation, pas, etc.). Après on renforce en post-prod, on coupe ce qui dérange, on colmate les trous en repiquant des instants de silence.

    Finalement, tout ça, c'est la procédure habituelle qui a de très bonnes raisons d'être telle qu'elle est.

    Si de percher était une punition pour tous les étudiants de son école, alors ce serait l'école qui a un sérieux problème...
     
    • J'aime J'aime x 1
  13. bcauchy

    So

    Points Repaire:
    16 000
    Recos reçues:
    312
    Messages:
    23 130
    Appréciations:
    +527 / 1 856 / -38
    :good: Nicolas Poisson ...hé Wouiiii il y en a (presque) toujours pour l'image...le son ?
    1) pas réussi :D
    2) surtout, surtout le casque sur les oreilles ... ! les micros sont plus "sensibles" que nos oreilles
    3) ..presque 50/50 ! versus les images
    ET ? ..là on cause fiction ...quid du reportage? ..ou l'on ne peut rien anticiper..:cry2:
    l'hélico ..la moto..ça tousse...il pleure le bébé ...les couverts/verres qui tintent ..chuchotements..les smartphones ....etc...

    Dans ce cadre, ils valent de l'or ces outils genre iZotope RX10 et associés
    Bertrand
     
  14. nestaphe

    So

    Points Repaire:
    11 325
    Recos reçues:
    189
    Messages:
    1 561
    Appréciations:
    +137 / 934 / -1
    Tu mets un groupe de 5-6 étudiants sur un film de fiction, au moment du montage, s'il n'y avait pas la post-prod audio, alors ce serait 1 ou 2 qui bossent et 4 qui glandent attendent, et/ou qui compliquent les prises de décision en permanence, etc., un montage galérien en perspective... Heureusement, durant le montage, ils ont largement le temps d'aller prendre des sons, de faire des assemblages d'ambiance et des couches de bruitages, de préparer des dialogues d'environnement, etc.

    Un process qui fonctionne dans ce contexte étudiant et pour un film qui n'a que 5 à 6 semaines maxi de post-prod (tout compris) à raison d'environ 10 à 14 heures par semaine (un peu plus si gros bosseurs, car ceux avec qui je travaille ont quand même les semaines remplies au taquet) :
    • Le groupe qui s'occupe de l'audio rapporte régulièrement des bruitages et ambiances au(x) monteur(s), sur leur demande et aussi sur une liste qu'ils pré établissent. Les monteurs placent grossièrement les bruitages et ambiances indispensables et quelques autres, sans perdre de temps. Pendant ce temps, certains travaillent aussi éventuellement sur la musique ou le sound design.
    • En fin de montage, un ou deux d'entre eux, comprenant généralement celui qui a fait la prise de son sur le tournage, s'occupent du mixage. Généralement, il ne reste pas la part du temps que l'on souhaiterait pour le mixage mais pour un film d'étudiants, suffisamment pour faire le job (enfin, ça dépend aussi de qui il y a derrière...). Les autres peuvent travailler sur le générique et simultanément sur l'étalonnage.
    Bref, c'était pour dire que parallèlement à l'apport artistique considérable et indispensable qu'occupe le son dans un film, sa post-prod est aussi salvatrice dans la gestion d'un groupe d'étudiants au moment du montage du film...
     
    #14 nestaphe, 17 Novembre 2022
    Dernière édition: 17 Novembre 2022
    • J'aime J'aime x 1
  15. Floki

    Points Repaire:
    100
    Recos reçues:
    0
    Messages:
    2
    Appréciations:
    +0 / 0 / -0
    Ouah merci à tous pour vos réponses ça me fait plaisir ! Lire vos réponses m'a permis de conforter mes choix et de mieux appréhender cette situation.

    On peut dire que de base j'ai ce côté "anti on verra ça en post-prod" et j'ai cette crainte de pas avoir assez de matière une fois arrivé en post-prod.

    Je compte carrément partir là-dessus, ce sera également plus simple pour mon perchman !
    Pour la phase, ça va me permettre d'apprendre en me confrontant au problème.

    Très intéressant merci pour les conseils !

    J'imagine bien, la question me venait en partie du fait qu'elle était nécessaire pour le confort des comédiens. Merci pour la précision !

    Merci pour les conseils je prends ! Effectivement le son témoin me parait primordial. J'espère récupérer le maximum d'informations, surtout si je laisse mon couple stéréo au même placement pour garder la cohérence entre les plans.

    Au delà de la prise de son, le montage son m'intéresse énormément, je retiens le conseil ! Un exercice que j'aime bien faire, c'est prendre un tableau et d'essayer de retranscrire l'ambiance sonore de la scène.

    Je vois, c'est ce qui risque de se passer sur la séquence de la musique, où les comédiens font une petite danse dans le salon. Si il faut y passer du temps, j'y passerai du temps ahah

    Pour la musique c'est certain. J'imaginais une prise de cette séquence en son seul sans la musique pour capter un maximum de ces détails.

    J'y ai pensé, d'autant que bien qu'on ait quelques figurants, le bar n'est pas privatisé. Donc c'est potentiellement imprévisible. On tourne à 17h, peut-être que ce sera plus calme, on verra bien.

    C'est exactement mon cas ! J'aime le côté défi que ça apporte. Le truc c'est qu'on a une deadline très énervée pour rendre le projet et que je suis sensiblement seul à m'occuper de la post-prod sonore.
    Ca ne m'empêchera pas de continuer à travailler dessus après cette date. (Surtout que le réal aimerait l'envoyer en festival si le film lui plaît.)

    J'avoue le ressentir déjà à mon humble échelle ahah. C'est exactement ça, d'autant que j'ai pas forcément la personne la plus motivée du monde à la perche. C'est un peu la globalité, la plupart ne jurent que par la cam...

    Effectivement, c'est beaucoup plus sain quand ça se passe comme ça. Mais ça risque d'être compliqué dans mon cas. D'autant qu'on est que 2 au son et que mon perchman risque de ne pas être très investi une fois le tournage passé.

    Mais j'ai à coeur de réussir à rendre le meilleur son possible pour ce projet. Même si je dois y passer du temps !

    Merci encore à vous pour vos remarques/réponses ! Je repasserai une fois le projet terminé pour faire un retour.

    Bonne journée à vous

    Modération:
    Merci de ne pas citer l'intégralité des posts.il faut penser aux lecteurs !
     
    #15 Floki, 19 Novembre 2022
    Dernière édition par un modérateur: 19 Novembre 2022
Chargement...

Partager cette page

Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous