Nous suivre

Rejeter la notice
Formation Raw C200 Tourner en Raw avec une C200
Notre formation vidéo est disponible !
>> Toutes les infos <<
Rejeter la notice
Formations vidéos en réductions Réductions sur nos formations vidéos !
Pendant cette période de confinement, nos tutos (Raw C200, XF705) sont en promo !
>> Toutes les infos <<

[VotreAvis] fond vert et FPS

Discussion dans 'Prise de vues' créé par hashka, 28 Mai 2019.

  1. hashka

    Points Repaire:
    1 000
    Recos reçues:
    0
    Messages:
    219
    Appréciations:
    +0 / 0 / -0
    bonjour,

    2 petites questions :

    Je souhaite tourner en A7III sur fond vert.

    1/ vaut il mieux tourner en 4K mais / 25 fps ou
    HD, mais 50 fps ou plus ?

    2/ Un tournage en 50Fps peurt il avoir un rendu ' fluide' qui ressemble à du 25fps ?
    Ou puis je transformer après tournage du 50 en 25 fps . ?

    merci
     
  2. LiquidPro

    So

    Points Repaire:
    12 525
    Recos reçues:
    197
    Messages:
    1 911
    Appréciations:
    +159 / 455 / -2
    Je ne suis pas du tout expert en la matière mais j'en fais beaucoup en ce moment. L’échantillonnage couleur ainsi que le logiciel utilisé me paraissent bien plus importants que tout le reste pour une décontamination parfaite.

    J'ai fais plusieurs incrustations en 4K (DCI) 24fps, parfois dans des conditions très aléatoires (en extérieur avec juste un drap vaguement vert et plein de plis), et le résultat est impeccable. Après tout ce qu'on m'avait dit sur l'incrustation, je pensais qu'on aller galérer sévère mais ce fut facile, même en 24fps avec un personnage qui danse.

    Mais je filme en DNx/ProRes 4:2:2 10bit ou en RAW uniquement, je n'ai pas essayé avec des rushs en FHD, en 4:2:0 ou en 8bit, ni avec un codec de diffusion (type h264). Je procède au traitement sous After Effects avec la pré-configuration KeyLight (avec décontamination). J'importe le rush et en quelques clics c'est prêt, même quand le fond est pourri et bave sur le sujet. C'est sûr qu'avec un fond parfait on va encore plus vite, mais en tout cas le fait de filmer en 24fps ne me pénalise pas jusqu'à maintenant, en intérieur comme en extérieur.
     
  3. hashka

    Points Repaire:
    1 000
    Recos reçues:
    0
    Messages:
    219
    Appréciations:
    +0 / 0 / -0
    ok. Merci de ce retour,
    donc de la 4K en 25 fps fonctionne avec du After
    / avec un A7 III ( 4:2:0 8 bits ) en S Log 2
     
  4. Video 92

    So So

    Points Repaire:
    5 800
    Recos reçues:
    50
    Messages:
    3 736
    Appréciations:
    +137 / 508 / -6
    Une incrust en 4:2:0 8 bits sera toujours moins bonne et plus difficile à traiter que du 4:2:2 10 bits. Dans ce cas je vous conseille d'avoir un éclairage du fond le plus uniforme possible avec le ou les personnages décollés du fond de 3 m pour ne pas porter d'ombre sur le fond.
    Utiliser un contre "chaud" pour mieux découper les personnages. Bien vérifier qu'il n'y ait pas de "remonté" de vert sur les sujets.
    Voir sur le Repaire les pots sur 'incrust.
    Bien sur le 4K est préférable, quand à la cadence, peu importe. Je ne vois pas l'intérêt du log.
     
    • J'aime J'aime x 1
  5. nestaphe

    So

    Points Repaire:
    9 425
    Recos reçues:
    85
    Messages:
    1 086
    Appréciations:
    +64 / 458 / -1
    Ce n'est pas la cadence d'images qui importe mais sont rapport avec la vitesse d'obturation. Logiquement, on choisit pour l'incrustation la cadence d'images adaptée au projet (en fonction de ce qui doit être raccordé, le mode de diffusion, etc.) puis on adapte la vitesse d'obturation en fonction de la nature du mouvement dans l'image dans l'optique de gérer ensuite une incrustation. Puisqu'il est admis que le bon rapport entre fluidité du mouvement et apparition trop évidente du flou de mouvement est de régler sa vitesse d'obturation à deux fois la cadence d'images, alors on part de cela en matière d'incrustation mais seulement à condition qu'il n'y ait que des mouvements lents dans la scène : 1/50ème de seconde pour 25p et 1/100ème pour 50p. Dès lors qu'il est question de gestes ou déplacements relativement vifs, on double encore cette vitesse d'obturation, voire on force encore un peu dans les cas extrêmes, car un flou de bougé important pose problème dans la gestion des paramètres logiciels d'un "chromakey" (une affaire de compromis qui s'étrangle). Après traitement du "chromakey", si le mouvement apparaît comme manquant de fluidité, alors on lui appliquera un léger effet de flou de mouvement à postériori et tout rentre dans l'ordre.

    Comme dit plus haut, l'échantillonnage de la couleur a un impact très important sur la qualité d'une incrustation et la facilité à la traiter. Et le LOG n'apportera rien à un effet d'incrustation en particulier (à compter qu'il faudra le traiter en amont et c'est plus lourd).

    La compression aussi nuit à la précisions d'une incrustation (notamment avec les cheveux), donc un codec de travail (ProRes, DNxHD/R, etc.) et aussi peu compressé que nous le permet notre workflow est souhaitable.

    Pour récap, voici à peu près dans l'ordre les paramètres à prendre en compte et à maîtriser pour une incrustation réussie, à savoir pas ou peu détectable :

    1- Gestion de de l'éclairage (le moins simple) : lumière étale et bon éclairement sur le fond, éloignement du sujet de l'arrière-plan, un contre assez fort, travail de l'éclairage du premier plan en raccord avec l'image à incruster (très important). Gestion de l'exposition de manière à avoir le moins de bruit possible à l'image. Gestion de l'éventuelle la contamination verte.
    2- Choix du codec et de son débit sur l'appareil enregistreur : codec dit "de travail" ou RAW, débit élevé.
    3- Choix de l'échantillonnage de la couleur : attention avec le codec, car certains presets sont en 8 bit et ce n'est pas forcément indiqué dans le titre du preset, il faut savoir ou se documenter. 4:2:2 10 bit est un minimum pour une incrustation discrète et convient même à la plupart des situations.
    4- Gestion de la vitesse d'obturation en rapport à la cadence d'images : s'il y a mouvement relativement vifs, augmenter (raisonnablement) la vitesse, sinon, travailler avec des valeurs normales de tournage.
    (Au passage surveiller les chevelures, éviter les "trous" trop minces et utiliser de la laque si besoin.)
    5- Utilisation d'un logiciel ou/et plugin(s) compétent(s) en matière de chromakey : trouver les bons réglages et les paramètres sont nombreux. Décontamination éventuelle du sujet (la contamination est bien entendu verte).
    5 Bis – Gestion du tracking, s'il y a lieu.
    6- Étalonnage primaire afin de faire "matcher" le sujet avec l'arrière-plan incrusté : pas toujours simple, et cela dépend aussi de la qualité de l'éclairage travaillé sur le sujet.
    7- Étalonnage de l'ensemble du tableau.
    8- Éventuellement, ajout d'effet atmosphérique et/ou de léger faux mouvements de caméra pour accentuer l'illusion (attention, c'est à double tranchant, il faut que cela soit très bien fait).
    9- Si nécessaire (c'est souvent le cas), correspondance du bruit entre le fond et le sujet incrusté : en dernier pour cause de gourmandise en ressource processeur.
    10- Export dans un codec de travail pour inclusion dans le montage du film.
     
    #5 nestaphe, 30 Mai 2019
    Dernière édition: 30 Mai 2019
Chargement...

Dernières occasions

Dernières formations

 

Partager cette page

Dernières Occasions

Dernières Formations

 
Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous