module inscription newsletter haut de page forum mobile

Test terrain de la JVC GY-HC550

Je vous livre mon retour d’expériences de la JVC HC550 après une utilisation de quelques semaines dans le cadre d’une web tv associative.

Publié par tounsi le 26 Août 2021 dans Tests
► Commentaires 1
    Recos : 0
    Vues : 968
  1. tounsi
    Annoncée depuis l’IBC 2018, la série de caméra JVC HC500 et HC550 prend la relève de la série HM620 et HM650. Utilisateur amateur de différentes caméras JVC, HM100, HM600 et LS300, je vous livre mon retour d’expériences de la JVC HC550 après une utilisation de quelques semaines dans le cadre d’une web tv associative.

    20210606_172552.jpg

    Le Repaire a aussi sorti une vidéo de test “Testbox” la comparant avec la Canon XF705 et la Sony Z90, dont vous retrouverez les conclusions en fin d’article.

    Prise en main / ergonomie globale


    La JVC HC 550 est une caméra de poing avec un capteur 1”, elle pèse 3.6kg, elle a pour dimensions 188 mm x 227mm x 437mm et a un zoom motorisé et stabilisé.

    La poignée est bien positionnée et permet un solide maintien de la caméra. La position des boutons est cohérente. Le viseur est confortable et permettra à ceux qui ne jurent que par celui-ci de travailler dans de bonnes conditions. Je reviendrai sur l’écran plus largement dans la partie Monitoring.

    Le démarrage de la caméra est assez long et il faut attendre encore quelques instants une fois la caméra allumée pour obtenir l’affichage de l’autonomie.

    Bien que la caméra soit bien équilibrée, je dois avouer avoir eu quelques courbatures après avoir filmé un entraînement de Taekwondo à main levée pendant une heure, la caméra pesant 3.6kg avec batterie et capuchon. Mais je pense que n’importe quelle caméra de ce gabarit aurait provoqué le même résultat. L’usage d’une épaulière que je ne possède pas aurait été utile. Mais pour une prise de vue à l’épaule ponctuelle, la JVC remplit sa mission.

    La JVC HC550 est livrée avec les accessoires classiques d’une caméra : une batterie, un micro canon et un câble secteur. En standard, les batteries ne peuvent être rechargées que dans la caméra en la branchant sur secteur, qui est un mode de chargement relativement long (plus d’une heure, je laissais charger la nuit). Un chargeur rapide de batterie externe aurait été le bienvenu pour pouvoir bénéficier d’un chargement rapide.

    Les boutons sont plutôt bien agencés et permettent un accès rapide aux fonctions. Ils sont très agréables à utiliser, ils “cliquent” bien. Le nombre de boutons personnalisables est largement suffisant pour une utilisation poussée de toutes les fonctions.

    Le joystick manque légèrement de précision : il présente un léger jeu, un délai entre l’action physique sur le joystick et le mouvement du curseur, mais on s’y habitue.

    JVCP1022269.jpg
    crédit photo : filmaker resources

    Un rétroéclairage des boutons aurait été le bienvenu, notamment en captation de spectacles.

    Je regrette également la position du joystick, qui est sur le côté gauche du corps caméra et implique une torsion de la main gauche pour le manipuler quand on est à main levée. Je regrette l’ancien emplacement des modèles JVC HM600, sur la gauche de l’écran, bien plus pratique.

    Les matériaux utilisés sont très agréables, le corps caméra donne une impression de solidité et de robustesse, la JVC inspire confiance. Etant un ancien propriétaire de la JVC GY-HM600 et les utilisant encore dans un cadre associatif/scolaire, je ne me fais pas de soucis sur la durabilité et la résistance du corps caméra.

    La caméra bénéficie d’un traitement contre l’humidité et les poussières de niveau IPX2 : elle peut résister à l’eau la frappant d’un angle de 15° ou moins, dans sa position “normale”. Les connectiques sont correctement protégées par leurs capuchons.

    Le niveau sonore du ventilateur est acceptable. Cependant il n’est pas désactivable ou réglable en intensité. D'autre part, caméra sur l’épaule, on peut être gêné par le bruit et l’expulsion de l’air chaud.

    La caméra possède un port HDMI, SDI et un port USB qui peut accueillir une connexion internet, via une clef wifi par exemple.

    La capacité de la batterie est très correcte et permet de tourner confortablement 2h, avec la stabilisation activée. Le câble secteur fourni permet d’alimenter la caméra et de recharger la batterie en même temps. L’indicateur d’autonomie de batterie est exprimé en minutes et m’a semblé fiable.

    La JVC HC 550 enregistre sur cartes mémoire SD standard. Leur prix est très attractif même pour les plus rapides d’entre elles et elles sont faciles à trouver. Nous retrouvons les différents types d’enregistrement, relais, simultané et proxy, et il n’y a aucune limitation d’enregistrement.

    Les filtres ND intégrés correspondent à ce qui se fait sur le marché en termes de niveau de filtration (1/4, 1/16, 1/64). Leur présence est évidemment indispensable sur ce type de caméra. Ils fonctionnent en mode rotation et je n’ai pas constaté de dérives de colorimétrie ou autres.

    Menu et monitoring


    Les menus de caméra n’ont pas évolué chez JVC, ce qui pourra s’avérer rassurant pour les fidèles de la marque, mais rebutant pour les nouveaux utilisateurs JVC, car le menu est assez austère en termes de présentation et d’organisation (sans même parler de l’absence de tactile). Mais ceci étant dit, mon expérience sur la JVC HM600 m’a permis de très vite m'adapter et de retrouver mes petits sur la HC 550.

    On peut regretter l’organisation des paramètres de prise de vues : les réglages nécessaires pour définir son image ne sont pas rassemblés au même endroit dans le menu, il faut naviguer entre trois menus différents pour définir la résolution, la cadence ou le format des fichiers.

    On pourra néanmoins réunir ces 3 paramètres ci-dessus dans le Menu Favori, qui permet de définir et de retrouver rapidement les réglages qui nous sont les plus utiles.

    Le viseur est confortable et toutes les informations sont lisibles. La dioptrie est réglable.

    L’écran de la caméra est correct, les couleurs semblent fidèles mais on regrette qu’il ne soit pas tactile à l’heure où quasiment toutes les caméras qui sortent en sont dotées.

    Quelques niveaux de luminosité en plus n’auraient également pas été du luxe. L’usage en extérieur est possible mais sa luminosité est limitée, en plein été avec un temps très ensoleillé, monter au maximum la luminosité ne suffira pas.

    A noter d’ailleurs, que pousser la luminosité peut être périlleux et vous induire en erreur lors de la prise de vue, le rendu de l’écran perdant fortement en fidélité.

    Les outils de mesure de l’image et d’aide au cadrage sont les suivants : histogramme, zebras et focus peaking. Ils permettent de faire l’essentiel mais on regrette l’absence d’un waveform par exemple, qui manquera notamment pour gérer son exposition en Log, disponible sur cette caméra. Un moniteur externe permettra de compenser cette absence.

    Le viseur s’allume automatiquement lorsqu'on s'approche de l’œilleton. Si l’écran est rabattu, il reste constamment allumé.

    980x418-CC-man.jpg

    Optique


    La JVC HC 550 est équipée d’un zoom de 28 mm à 560 mm (en équivalent 24x36) d’une ouverture variable de F2.8 au plus large à F4.5 au plus serré.

    Je n’ai pas constaté de défauts optiques ou d’aberrations chromatiques. Évidemment nous sommes sur un petit capteur et la qualité d’image correspond à une caméra de reportage.
    Il n’y a pas de pompage notable à la mise au point.

    Le bloc est plutôt redoutable avec un rapport de zoom de 20x qui permet de travailler confortablement notamment dans le sport. J’ai réalisé un reportage lors d’un évènement culturel. Le zoom optique permet de travailler convenablement. La motorisation du zoom est très douce et ne présente aucun à-coups. La commande de zoom est très précise.

    Les bagues de contrôle du zoom et de la mise au point sont très douces, elles ne comportent pas de butée.

    20x_lens_image.jpg

    Audio


    La JVC possède un micro interne mais le micro fourni avec la caméra (un petit cadeau sympa au passage) est de bonne facture et permet de faire de premières prises de son convenables. La caméra possède deux entrées XLR, une mini jack, et une sortie casque.

    On peut enregistrer en mono ou en stéréo afin de garder la main sur le mixage du son.

    Le réglage des niveaux d’entrées audio se fait à l’aide de petits disques rotatifs, qui ne sont pas d’une très grande maniabilité et demanderont un certain temps d’adaptation.

    Par contre le niveau de la sortie casque se règle très facilement avec 2 boutons +/-, il gère également le volume du haut-parleur intégré. Le traitement audio est très bon, la qualité finale de l’audio dépendra évidemment des micros utilisés, mais le résultat est très satisfaisant. Je n’ai constaté aucun problème.

    Stabilisation


    La caméra possède une stabilisation optique, que j’ai pu mettre à l’épreuve lors d’un tournage d’un événement associatif et d’une séance d’entraînement de Taekwondo avec la stabilisation activée. Elle est efficace et permet de faire quelques plans à main levée.

    J'ai malheureusement subi une perte de rushes et je ne peux donc pas partager le résultat de ces prises de vues :-(

    Mais à titre personnel, je trouve que la caméra peut s’avérer fatigante du fait de son poids. En effet je pense qu’une épaulière ou un monopode permettra de travailler plus longtemps.

    Autofocus


    L'intérêt de ces caméras à plus petits capteurs est d’avoir une grande profondeur de champ et donc de faciliter la mise au point manuelle tout comme l’autofocus.

    L’autofocus fonctionne très bien et offre la possibilité de régler sa vitesse et sa sensibilité. Il possède une détection de visage intéressante. On peut choisir le type de priorité d’autofocus.

    Le passage en focus manuel se fait très rapidement à l’aide d’un bouton poussoir présent sur l’optique.

    La réactivité de l’autofocus n’est pas aussi rapide que celle des caméras concurrentes plus chères mais c'est une option confortable.

    Le délai de réactivité de l’autofocus demandera toutefois quelques précautions : il vaudra mieux attendre quelques secondes que la mise au point sur la zone ou le visage déterminé soit optimum avant de lancer le REC.

    Pilotage à distance & streaming


    La HC550, présente d’intéressantes fonctionnalités réseau et offre, comme les précédentes caméras de la gamme HM600/620/650/660, une prise télécommande.

    Du wifi 2.4 et 5Ghz est présent sur la caméra grâce à ses deux antennes fournies. Une prise Ethernet est également présente sur la caméra pour se connecter à un réseau. La caméra peut également se connecter au réseau à l’aide d’une clé USB 4G, mais cette dernière solution me semble moins pertinente en comparaison d’un partage de connexion avec un smartphone (à condition bien entendu d’avoir une très belle enveloppe 4G avec votre abonnement).

    La JVC GY-HC550 permet de streamer directement sur un compte Facebook ou Youtube sans passer par un mélangeur/boîtier de streaming type Atem ou une solution logicielle comme OBS, ce qui est une particularité de cette caméra.

    A ma connaissance, c’est la seule caméra capable de streamer en RTMP sans encodeur externe. Ce qui permet de filmer avec la caméra et de diffuser le flux sur les deux plateformes très facilement, sans ordinateur ou de matériel supplémentaire.

    Une solution simplifiée permet de plus de connecter la caméra aux plateformes streaming avec un QR code généré par la caméra, et ainsi par exemple se connecter à une page Facebook. Je n’ai cependant pas réussi à me connecter via ce système par mon smartphone sous Android, mais peut-être est-ce dû à l’OS, une mise à jour prochaine permettra peut-être de résoudre cette limite.

    La caméra diffuse du 1080p, avec une qualité de signal tout à fait correcte.

    Un détail qui m’a quelque peu surpris c’est de ne pas voir la clé RTMP que l’on saisit dans la caméra, ce qui peut être gênant si on trompe de caractère. Donc aucun moyen de le rendre visible pour s’assurer qu’il est correct. D’où l’intérêt de piloter la caméra à distance afin de saisir la clé pour streamer sur Facebook ou Youtube.

    La caméra possède en effet une solution de contrôle à distance que je trouve très bien faite. Cette solution est accessible via un navigateur web avec un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Tous les contrôles de la caméra nécessaires pour un usage standard à distance sont disponibles (enregistrement, zoom, balance des blancs, etc...). Une légère latence est présente sur le retour vidéo, mais on s’y habitue. Le contrôle à distance facilite grandement la mise en place du streaming.

    20210531_152433.jpg

    Rolling shutter / enregistrement


    La JVC est dotée d’un capteur CMOS 4K de 1”, dont le rolling shutter ne m’a pas posé de problème. J’ai déjà utilisé des caméras JVC, celui-ci ne m’a pas choqué et correspond certainement à ce que font les autres caméras.

    La JVC HC550 propose différents formats d’enregistrement :
    • du MOV sur un disque SSD M2 avec un débit maximal de 1768 Mbps en UHD Prores HQ 4:2:2 10 bits 59.94p
    • du MP4 sur carte SD (limité à de la HD) avec un débit maximal de 150 Mbps en 59.94p HD MPEG-4.AVC / H264 de 4:2:2 10 bits (pouvant monter jusqu’à 120 fps)
    • du MXF
    Le changement entre 2 formats nécessite un redémarrage systématique de la caméra. Ce redémarrage s’avère assez long et peut vite être contraignant, notamment si l’on souhaite par exemple basculer rapidement entre deux cadences d’enregistrement pour faire une prise de vue en ralenti.


    Synthèse de la Testbox du Repaire

    Nous avons pu passer la caméra à la Testbox et l’intégrer à un comparatif avec deux autres caméras 1” : la Canon XF 705 et la Sony Z90.

    Vous retrouverez l’intégralité de nos analyses dans l’article dédié (Testbox JVC GY HC-550 : comparatif capteur 1" Canon XF705 et Sony Z90 | Tests) dont nous vous livrons ici la synthèse :

    Définition : La JVC présente une assez bonne définition et un moiré très discret, ce qui est notable pour du 4K avec un capteur de cette taille.

    Science Couleur : Le profil REC709 est très saturé et contrasté, ce qui vient limiter les détails dans les hautes lumières (on sera obligé de jouer avec le knee pour les récupérer). La caméra présente une bonne fidélité des couleurs et ce aussi en low light.
    Le J-Log présent dans la caméra reste un profil assez contrasté et devrait être relativement facile à traiter en post-production. Les Luts de conversion officielles Log vers REC709 de JVC produisent une image plutôt douce, qui ne correspondent cependant pas au profil REC709 de la caméra.

    Sensibilité : La caméra bénéficie d’un traitement du bruit assez efficace qui réduit fortement sa présence, au détriment cependant du niveau de détails perceptibles.

    Dynamique : Nous avons mesuré une dynamique utile de 10++ diaphs en Log. L’étape de denoising ne change pas le résultat en raison d’une réduction du bruit importante même en Log.



    Conclusion


    J’ai apprécié d’utiliser la JVC HC 550 car elle propose un grand nombre de formats d’enregistrement, qui permettent d’adresser des situations de tournages variées : du 24p, de la 4K 30p, 4K 60p en externe, de la FullHD, en 422 10bit en interne pour des travaux qualitatifs.

    La présence du 4K est un gros plus pour la durée de vie de la caméra et peut s’avérer un investissement à long terme intéressant pour un amateur averti ou un professionnel.

    La présence du Log et l’enregistrement sur SSD pourra intéresser les utilisateurs orientés documentaire ou autres projets qualitatifs, même s’il faudra prévoir un investissement complémentaire pour le caddy du SSD (400€ TTC).

    Son mode automatique est très bien fait et permettra aux débutants ou aux vidéastes en usage reportage très run&gun de produire une image tout à fait exploitable.

    Son ergonomie est équilibrée et la qualité de fabrication du corps caméra et des boutons inspire confiance. La caméra semble pouvoir durer dans le temps.

    Je regrette cependant quelques choix faits sur cette nouvelle caméra, comme le bouton de navigation dans les menus dont l’emplacement n’est pas optimal ou encore l’absence d’écran tactile. J’aurais apprécié une refonte du menu, qui ne répond plus aux standards actuels et qui aurait mérité un effort de la R&D.

    Le point fort de la caméra réside dans sa fonction de pilotage à distance très simple à mettre en œuvre et sa capacité à streamer de façon autonome vers les plateformes de diffusion et réseaux sociaux.

    A 3775,00€ HT, la JVC GY-HC550 présente un rapport fonctionnalités/qualité d’image/prix intéressant.

    Est-ce que ça suffira pour convaincre la cible première de cette caméra, que sont les structures associatives, scolaires, collectivités, télévisions (locales ou nationales) qui sont de plus en plus nombreuses à faire le choix du MOJO (Journalisme mobile).

    La JVC pourra cependant convaincre les utilisateurs qui souhaitent conserver une ergonomie professionnelle et les fonctionnalités inhérentes à une caméra de cette gamme. Son prix reste dans tous les cas un argument incontournable, en comparaison des autres caméras du marché, pour un niveau de qualité correcte.

Partager cette page

► Commentaires 1

Vous ne souhaitez rien louper du Repaire ?

Dernières Occasions

 
Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous