module inscription newsletter haut de page forum mobile

Rejeter la notice

Les Soldes d'hiver chez Miss Numérique

C'est parti chez Miss Numerique pour les Soldes photo vidéo !
Du 12 janvier au 8 février 2022, profitez des soldes d'hiver sur un large choix de matériel. -20%, -30%, -40%, -50% ! 
Rejeter la notice

Atelier Optiques 16 & 17 février 2022 à PARIS
Looks, ergonomies, rendus, jargon technique : les optiques n’auront plus de secrets pour vous. 

Test Laowa OOOM 25-100mm T.2.9 - Retours terrain et test optique

Retour sur le nouveau zoom cinéma Laowa OOOM 25-100mm T2.9 avec Lucas et Hugues

Publié par Repaire le 8 Décembre 2021 dans Tests
► Commentaires 1
    Recos : 1
    Vues : 1 623
  1. Repaire
    On inaugure, avec le test de ce nouveau zoom cinéma Laowa, la première collaboration éditoriale entre le Repaire et Hugues Faure de Paris Optical Center, pour vous fournir à la fois une évaluation terrain de cette optique, avec le retour d'expériences ici de @Lucas.janiszewski en tournage clip, et scientifique, après le passage du zoom au banc de test de Hugues.

    Test du Laowa OOOM 25-100 T2.9 en tournage clip


    Lucas est Premier assistant caméra sur différents types de tournages (clip, pub, fiction...) et contributeur régulier du Repaire.

    Laowa OOOM.jpg

    Dans le cadre d’un tournage de clip pour l'artiste ASSY sur lequel j’étais premier assistant caméra, j’ai proposé au chef opérateur Cyan Mariani de tester le Laowa OOOM 25-100 T.2.9. En effet, Cyan cherchait un zoom avec une plage focale étendue qui lui permettrait de faire des “zoom in” amples pendant les plans. Un des facteurs de choix était d’avoir une optique relativement peu encombrante puisque nous tournions exclusivement à l'épaule, cela excluait donc des optiques comme l’Angenieux Optimo 24-290 ou même le Cooke Varotal 20-100. Il fallait également que l’optique propose une image relativement douce, et cela tombait bien puisque ce nouveau zoom Laowa était présenté comme un objectif avec un caractère “vintage”.

    Le problème, au moment du tournage (fin Mai/début Juin) était que le OOOM 25-100 T2.9 était difficilement trouvable en location. Pouvoir le tester pour le Repaire est donc super bien tombé !
    Il est désormais disponible chez des loueurs tels que Puzzle Vidéo.


    Impressions à l’unboxing :

    Avant d'ouvrir la pelicase du OOOM 25-100mm, je m’attendais à me retrouver avec une optique avec un carrossage beaucoup plus bas de gamme que cela. Je partais clairement d’un à priori vis à vis des images que j’avais vues en ligne, qui semblaient montrer un carrossage en plastique.

    L’optique semble en fait plutôt robuste et bien finie, ce qui est très rassurant, et qui a le mérite d’être souligné pour une optique ciné à ce tarif (4 582€).

    Mention spéciale, d’ailleurs pour la belle flycase, très propre et complète contenant tout le nécessaire pour changer la monture (PL, EF et FE incluses): cales, tournevis, vis…


    Présentation rapide de la configuration et difficultés :

    Cyan Mariani, le chef opérateur avait fait le choix de tourner en Sony FX9 puisque cela nous permettait de bénéficier d’une caméra fiable et performante en low light, puisque nous allions tourner exclusivement en intérieur nuit, avec des intentions de lumière plutôt sombres et contrastées.

    vlcsnap-2021-12-07-18h11m48s132.png

    Je savais d’avance que la problématique allait être d’équilibrer la caméra pour qu’elle soit confortable à l’épaule, notamment parce que la FX9 est légère, 4.8kg, et que l’optique est longue et lourde, 24cm pour 2,5kg. A noter cependant, que le poids est bien loin d’être démesuré pour un zoom x4.

    Il a donc fallu insister sur l'accessoirisation à l’arrière.

    laowa.jpg

    Insister sur l’accessoirisation à l'arrière, cela veut dire demander les batteries les plus lourdes possibles au loueur, ici du 98Wh que nous avons couplé avec un Hot Swap pour nous permettre de les changer sans que la caméra s’éteigne.

    A l’inverse il fallait alléger le plus possible l’avant, pour se faire nous avons utilisé une mattebox Abracam ultra légère pouvant embarquer 3 filtres avec un poids minime.

    D’ailleurs, petite astuce : je vous conseille de ne pas mettre vos moteurs de point/iris/zoom sur les mêmes tiges que vos poignées, lorsque celles-ci sont longues comme ici et que la caméra est lourde.
    Les tiges, avec le poids, vont légèrement bouger et vos moteurs risquent très possiblement de dérailler, essayez donc le plus souvent possible de les fixer par le haut.

    L’optique est arrivée en monture EF, je l’ai donc très simplement passée en monture Sony E, en dévissant quelques vis. L’opération est bien détaillée dans le manuel, en cas d’hésitation. Veillez cependant à vérifier vos calages optiques après tout changement.

    Petite piste d’amélioration cependant, les cales tiennent très mal dans la monture et ont tendance à compliquer le revissage.


    Impressions au tournage :

    Sur l’aspect plus subjectif, il m’arrivait de trouver sur certains plans l’image assez chirurgicale, ce qui au projecteur sur le banc d’essai ne s’est pas avéré si vrai que ça. Le fait que le fabricant mette en avant le côté très vintage de l’optique m’a sans doute fait espérer un rendu plus doux encore. Cyan a donc cassé le piqué avec des filtres Hollywood BlackMagic et l’ajout d'aberrations à l’étalonnage.

    vlcsnap-2021-12-07-18h10m10s001.png

    Le reste du temps ce zoom s’en sortait très bien, et produisait de belles images, avec un passage au flou et un bokeh agréable. Le caractère n’est pas forcément très prononcé, sans être trop piqué, ni à l’inverse trop « vintage ».

    La plupart du temps nous avions de très bonnes surprises au niveau de l’esthétique de l’optique, avec très peu de pompage sur les bascules de point, peu d'aberrations gênantes même sur des scènes avec des lumières en contre. Ses performances optiques n’ont rien à envier à des zooms de gammes supérieures. Ce sont des points que Cyan a d’ailleurs beaucoup appréciés.

    vlcsnap-2021-12-07-18h12m15s607.png

    Nous avons eu, toutefois, à certains moments des phénomènes optiques assez spéciaux. En effet, à 100mm, lorsque nous avions un gros contre-jour, il nous arrivait d’avoir des flares en lignes verticales pas forcément très photogéniques qui disparaissaient à 95mm, point sur lequel Hugues pourra sans doute nous fournir une explication.

    vlcsnap-2021-12-07-18h07m16s090.png

    Sur les focales inférieures, les flares sont plutôt sobres mais esthétiques.

    Enfin, au niveau plus ergonomique et technique, j’ai trouvé que le Laowa OOOM 25-100 T2.9, est une optique avec une construction fiable et des bagues qui ont l’air robuste. A voir ce qu’en pense Hugues sur la partie entretien.

    Son poids “léger” pour un zoom de cette amplitude est à noter!

    Pour les marques de point, l’optique est disponible en deux versions: impériale (en pieds) ou métrique (en mètres), en fonction de vos préférences.

    Seul petit point négatif, la course de la bague de zoom s’accélère radicalement à l’approche des butées (focale la plus courte et la plus longue), ce qui dans notre cas était embêtant lorsque nous avions besoin d’effectuer des zoom fluides pendant les plans.

    L’oeil de Hugues


    Hugues Faure, opticien cinéma (société Paris Optical Center), nous donne son avis sur l’optique OOOM 25-100 en le passant sur son banc de test. Pour en savoir plus sur le métier de Hugues et son protocole, n'hésitez pas à lire notre article à ce sujet.

    IMG_20210531_111027.jpg

    Je trouve cette optique réussie. Au vu du prix, le Laowa OOOM me semble honnête et de bonne facture, bien qu’il reste à voir les possibilités d’entretiens.

    L’optique est globalement belle en projection, définie au centre et plus doux sur les bords, pour un rendu cinématographique. Le zoom n’est donc pas « clinique » en termes de définition.

    Les bokeh sont doux et progressifs.

    La définition entre les différentes focales est homogène. Pourtant le modèle de test qui m’a été envoyé était décentré aux longues focales et n’est donc pas révélateur de la qualité maximale disponible.

    L’optique est équilibrée en termes de poids, le support optique se situe à la verticale du centre de gravité.

    Le système de changement de valeur d’iris est ingénieux et se fait à la volée, sans outil, lors de l’utilisation du multiplicateur 1.4x (adaptateur non testé). Il suffit de presser le bouton dédié et de faire tourner le cache de bague d’iris de 180° pour adapter l’ouverture.

    Le fait que la mise au point dépasse l’infini est un avantage car cela laisse la possibilité d’avoir l’infini malgré un mauvais calage optique. En effet, dans le cas inverse, lorsque l’infini est en butée, des changement de température, d’altitudes et de caméra peuvent empêcher d’avoir la pleine netteté à l’infini.

    Les marquages de focales et de mise au point sont très complets et permettent une bonne précision (sans aucune commune mesure a un objectif photo).

    Les focales repérées sur l’optique sont le 25, 30, 35, 40, 45, 50, 55, 60, 65, 70, 80 et le 100mm.

    Les valeurs de mise au point affichées sont l’infini, 12, 6, 4, 3, 2, 5, 2, 1.7 et 1.5m sur ¼ de tour, et 1.5m, 0.6m sur ½ tour.

    IMG_20210531_120941.jpg

    Toutefois, l’optique présente quelques défauts :

    Tout d’abord, le calage n’est pas très optimisé de par la conception même du zoom, on doit en effet utiliser des tournevis long au fond d’un trou très ajusté en diamètre . Ce réglage nécessite une grande attention afin de garder l’optique parfocale.

    De plus, on peut regretter la différence de vis utilisée entre la monture EF et la monture PL que l’on peut malheureusement facilement confondre. Les vis EF et E n’ont pas la même empreinte que les vis PL, mais le tournevis et les lames fournies sont “standard”.

    Assurez-vous également que la monture de votre caméra soit Breech Lock. Dans le cas contraire, il y aura un petit jeu en monture E et EF qui rendra votre calage parfait, parfaitement inutile (et l’optique pas parfocale du tout).

    IMG_20210531_113546.jpg

    Côté rendu de l’image, on notera une inversion de la distorsion à partir de 30 mm de focale. En effet, au-delà de 30 mm, on peut distinguer une distorsion en coussinet. En deçà, la déformation se fera en barillet. C’est un point sur lequel il faudra être particulièrement attentif au montage pour pouvoir éventuellement appliquer des corrections de déformation adaptées.

    Ensuite, l’optique couvre le Full Frame avec un fort vignettage. Des aberrations sont présentes à partir du 65 mm jusqu'au 100 mm. Ce sont des éléments utilisables de manière artistique mais il est important de connaître ses caractéristiques en amont du tournage.

    Enfin, l’optique ne présente pas de numéro de série sur sa carrosserie, mais les montures sont sérialisées. donc attention à ce point pour les loueurs
    AQW333 a recommandé ce message

Partager cette page

► Commentaires 1

Vous ne souhaitez rien louper du Repaire ?

Dernières Occasions

 
Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous