module inscription newsletter haut de page forum mobile

Rejeter la notice

NOUVEAU : Atelier Fairlight les 11&12 Octobre avec Damien Favreau
Exploitez les outils puissants de mixage et de correction de Fairlight, et optimisez la qualité audio de vos projets !
Rejeter la notice

ateliers live resolve avec forest

NOUVEAU : Ateliers Live Resolve - Formez-vous en ligne tous les mois avec Forest !
Progressez rapidement avec ces ateliers mensuels de 3 heures. Première session le 14 septembre de 17h à 20h

Comparatif Canon EOS R5C, R5 et C70 : quel boîtier pour quel usage ?

Les particularités, points forts et points faibles des trois boîtiers, pour identifier le boîtier correspondant le mieux à sa pratique

Publié par Repaire le 8 Juillet 2022 dans Tests
► Commentaires 0
    Recos : 2
    Vues : 2 519
  1. Repaire
    Canon a récemment sorti un nouveau boîtier, le Canon EOS R5C, disponible au prix de 4999,90€. Il est situé dans la même gamme de prix que la R5 et la C70, qui coûtent respectivement 4599,90€ et 5199,90€ TTC.

    Le Canon EOS R5 a été le premier hybride full frame de Canon à se positionner sur le marché pro vidéo, avec l’enregistrement en 4K/120p et du RAW interne en 8K.

    La Canon EOS C70, caméra au capteur Super35 intégrant la technologie DGO (comme la C300 Mark III) est la première caméra de la gamme pro Canon à adopter un form factor compact, proche de celui des boîtiers photo.

    Le dernier sorti, le Canon EOS R5C est pour sa part un appareil totalement hybride, puisqu’il propose l’ensemble des fonctions photo de l’EOS R5 mais également les fonctions et le menu vidéo pro Canon EOS.

    Trois boîtiers photo / caméras dont le positionnement et les usages peuvent sembler donc très proches au premier abord, mais avec des tailles de capteur, résolutions, codecs et fonctionnalités finalement assez différentes.

    Vendredi 24 juin nous avons organisé dans nos locaux un Atelier Découverte du Canon R5C, au cours duquel Greg a mis en comparaison et partagé son expérience et conseils sur les 3 boîtiers pour aider les participants à comprendre sur quels points importants se jouent ces différences et à identifier le boîtier correspondant le mieux à leur pratique.

    Nous vous proposons aujourd’hui dans cet article de retrouver toutes les informations partagées par Greg lors de l’événement, de comparer ainsi les particularités, points forts et points faibles des trois boîtiers, et les solutions quand elles existent.

    comparatif_r5C_r5_C70_FB.jpg


    Poids


    Les R5 et R5C se valent en termes de poids (respectivement 738 g et 770 g avec carte et batterie). La C70 est plus lourde (1,6 kg avec carte et batterie) et beaucoup plus encombrante que les deux autres boîtiers.


    poids.jpg

    Le R5C présente un form factor très proche de celui du R5, il est cependant plus épais, avec une profondeur supplémentaire de 2,5cm environ, dûe à l’arrivée du ventilateur.

    Nous avons dû démonter l'œilleton du viseur pour placer le boîtier sur le nouveau Zhiyun Weebill 3 présent lors de l’événement (mais enfin, ça passe) :

    weebill 3 photoshop.jpg


    Monture


    Les 3 boîtiers sont en monture RF, la nouvelle monture Canon qui remplace la monture EF, qui présente plusieurs avantages.

    Pour commencer son tirage optique a changé, il est plus court : la dernière lentille est plus proche du capteur.

    Cela permet à Canon de créer des optiques à plus grande ouverture, comme le gros, lourd mais impressionnant 28-70 f/2, ou encore faire gagner en compacité d'autres optiques, comme le 24-70 f/2.8 auquel la stabilisation a enfin pu être intégrée.

    optiques.jpg

    Garder le même diamètre permet de monter sur les caméras RF des optiques EF ou de l'EF-S, et le tirage optique autorise le montage d'optiques PL de manière très simple à l’aide d’un adaptateur.

    zoom angénieux.jpg
    C’est un énorme avantage et une flexibilité nouvelle. En comparaison, monter une optique PL sur une C300 Mark III à monture EF nécessite de réaliser un changement de monture, qui est une opération qui prend un peu de temps.

    Enfin, la nouvelle monture dispose d’un nombre accru de connecteurs, accélérant les échanges entre le boîtier et les optiques et introduisant de nouvelles fonctionnalités, comme une bague paramétrable sur les optiques RF.

    Bagues d’adaptation


    On va donc pouvoir, grâce aux bagues d'adaptation monter sur les boîtiers RF un grand choix d’objectifs, et notamment tout le parc EF, dont l’offre en occasion est pléthorique.

    Ces bagues permettent de conserver les automatismes des objectifs compatibles, et notamment l’autofocus.

    Canon propose différents modèles de bagues, de la bague simple à la bague porte-filtre pour mettre à profit l’espace vacant entre l’optique et la monture.
    Le dernier modèle sorti par Canon, le Control Ring, qui coûte 199€, intègre une bague de contrôle paramétrable, et permet de mettre à profit cette fonctionnalité spécifique à la monture RF.

    bague_eos_control_ring.PNG
    Il existe aussi des bagues spéciales, des réducteurs de focale, qu’on appele souvent par simplification “speedbooster” en référence au modèle du fabricant Metabones qui a lancé le concept, qui permettent de réduire la taille du cercle image.

    bague adaptation speed booster.jpg

    Le réducteur de focale x0.71 proposé par Canon, qui coûte 569€, permet ainsi, sur la C70, de récupérer l’angle de champ du full frame.

    Il permet également de gagner 1 diaph de lumière (mais pas son équivalent en termes de profondeur de champ), ce qui peut s'avérer très intéressant sur des optiques à faible ouverture.

    explication speed booster.jpg
    Attention cependant, les adaptateurs peuvent perturber la qualité des images : apparition d’aberrations chromatiques, des flares qui peuvent devenir laiteux…


    A savoir : la C70, va afficher, pour les optiques compatibles, la focale modifiée et le diaph de luminosité reçu. Attention, même si cette information est utile, elle peut être perturbante, surtout en passant d'une optique reconnue à une autre qui ne le serait pas.

    CVP a réalisé un énorme travail de test des optiques avec l'adaptateur pour recenser les fonctionnalités compatibles, pour la C70 et la Komodo :

    speed booster youtube.jpg

    Ce fichier est accessible par le lien présent dans la description de leur vidéo à ce sujet :


    Filtres ND


    Puisque nous sommes sur la lancée des accessoires qui permettent de gagner un diaph, intéressons-nous maintenant à ceux qui permettent d’en perdre : les filtres ND.

    En fiction, on peut prendre le temps de monter une mattebox et de changer les filtres ND.

    En reportage et en documentaire, la caméra doit être prête très rapidement, et on a rarement le temps de monter des filtres.

    Ainsi, la C70, qui bénéficie de filtres ND intégrés directement dans la caméra (allant de -2 à -10 diaphs), peut s’avérer extrêmement pratique. Elle permet de faire face à tout type de situations, et de proposer ainsi une souplesse que n’auront pas les R5 et R5C.

    Il existe tout de même une solution (autre que le filtre ND variable vissable bien entendu), avec une bague Canon RF to EF avec un filtre ND variable intégré, qui coûte 449,90€.

    Grâce à son filtre vari-ND (double polarisant), on peut réduire l’exposition de 1.5 à 9 diaphs.

    C'est une solution pratique, qui permet en une rotation de compenser l'exposition, mais qui présente cependant deux défauts :
    - le filtre présente une quantité importante de dérives colorimétriques
    - la filtration n'est jamais totalement clear, à moins d’acheter un filtre ND Clear Canon en plus, au prix plutôt prohibitif de 109,99€ TTC.

    Une autre solution pour les R5 et R5C pourrait être de monter des filtres ND directement sur le capteur :

    Filtres ND.jpg filtres ND sur capteur.jpg

    mais il y a peu de chance que cette option vous fasse gagner du temps sur le terrain.

    Supports d'enregistrement


    La C70 ne fonctionne qu'avec des cartes SD alors que les R5 et R5C fonctionnent avec un duo de cartes SD et CF express, seul support capable d’enregistrer les cadences en 8K RAW.

    Les cartes CF Express sont réputées pour être plus onéreuses. Notons cependant que c’est peut être le bon moment pour investir dans une CF express, puisque le prix de ces dernières à largement diminué au cours de ces dernières années.

    Si vous souhaitez investir dans une carte CF express, nous vous conseillons d'opter pour au minimum une 512Go. En effet, les médias prennent beaucoup d’espaces, et les cartes se remplissent très rapidement : enregistrement maximal de 31min en 8K50p en RAW light, ou 41min en 8K25p en RAW standard sur le R5C.

    cartes.jpg
    Les retours sur la marque Angelbird sont bons, le tarif de leur carte CF Express type B 512Go est particulièrement bas en ce moment.

    Durée d’enregistrement : gestion de la chauffe, autonomie & alimentation


    La question de la durée d’enregistrement est un point de différence important entre les 3 appareils. Elle s'avère dépendante de plusieurs facteurs, limitations réglementaires / fiscales, autonomie et options d’alimentation, débits et supports d’enregistrement, mais aussi, depuis l’arrivée des hybrides et leur form factor ultra compact, du système de refroidissement du boîtier.


    La gestion du refroidissement : les limites du Canon EOS R5

    Dans des conditions tempérées (19 / 20 °C), le R5 permet d’enregistrer pendant 60 minutes, que ce soit en 8K ou en 4K HQ (il faudra cependant faire deux pauses de 10 min).

    Ceci peut être pénalisant selon l’usage que vous voulez faire de votre boîtier. Ce n’est pas adapté pour une captation par exemple, mais cela peut s’avérer acceptable pour un documentaire ou de la fiction, qui ne nécessitera pas forcément de tourner en continu.

    Notons que la capacité des cartes et des batteries sont souvent plus pénalisantes que la surchauffe du boîtier elle-même !

    Mais sinon, comment contrer cette surchauffe ? Il existe plusieurs moyens…

    Première solution, si l’appareil a surchauffé, il faudra éteindre le boîtier, le rallumer et le passer en 4K standard (et non en 4K HQ qui sollicite beaucoup le processeur).

    Pour tourner à volonté, il existe également la solution de l’enregistreur externe (ex: Atomos). Cette solution est à relativiser : pour éviter la surchauffe, il faut éteindre l'écran interne et on ne peut alors plus ajuster l’autofocus au touch. Il n’y aura pas d’autres solutions que d’attendre que l’appareil refroidisse pour récupérer le contrôle du boîtier.

    Cette solution permet d’ailleurs de contourner l’une des faiblesses du R5 dont l’enregistrement est limité dans tous les cas à 29 min 59, ce qui n’est pas le cas des 2 autres boîtiers, catégorisés fiscalement comme caméras et ne subissant donc pas cette limitation.

    Certains hacks existent aussi pour contrer la surchauffe : installer un ventilateur, truander le logiciel en éjectant la batterie d’une certaine manière… Mais, n'oubliez jamais que les changements de températures ont un impact sur le capteur : avec la hausse de ces dernières, l’image risque de fortement se dégrader (notamment dans les noirs).

    Enfin, utiliser le crop S35 permet de shooter à volonté. Il est oversamplé en 5,1K, ce qui permet d’obtenir une 4K de bonne qualité.

    C’est probablement la solution la plus simple pour éviter la surchauffe du Canon R5. A vous de voir si elle correspond à vos pratiques et vos attentes.


    Autonomie : le point faible du R5C

    La C70 est alimentée par une batterie BP-A30, qui dure environ 170 minutes. Ces batteries à haute capacité avec leur ampérage de 3100mAh délivrent une puissance de 45 Wh.

    Par contre, elles coûtent cher, comptez 230€ environ. Il est possible cependant d'aller se fournir chez la concurrence, plusieurs fabricants proposent des modèles adaptable, comme par exemple la Patona qui coûte autour de 100€. Les retours sur l'autonomie de cette batterie semblent plutôt corrects (non testée par Greg).

    Une autre option chez CORE-SWX avec la Nano C98, qui coûte autour de 300€ mais présente l’avantage de disposer de sorties pour brancher les accessoires. Par contre pour cette batterie la C70 n’affichera plus la jauge de batterie restante.

    Les Canon R5 et R5C pour leur part tournent sur des batteries LP-E6NH, qui coûtent 110€. Ces batteries délivrent une puissance de 16 Wh et un ampérage de 2130 mAh.

    Sur le R5, en 4K HQ (avec l’oversampling à partir de la 8K, donc), il est possible de filmer jusqu’à 90 min sans interruption de batterie (mais il y aura interruption liée à surchauffe comme expliqué plus haut).

    Avec le Canon R5C, toujours en 4K HQ, sur batterie, il n'est possible de filmer que pendant 35 min, 50 minutes en 8K RAW.

    On est donc rapidement limité par la batterie, ce qui constitue le principal point négatif de ce boîtier.

    L'autonomie est fortement impactée par le firmware EOS Cinema, pensé pour tourner sur du 14V.

    Lorsque la batterie est vide, on peut d'ailleurs constater que si on repasse en mode photo, il en reste 50%...

    Peut-être que cela s'améliorera avant une prochaine mise à jour.

    On peut trouver un peu paradoxal d'avoir solutionné la limitation du temps d'enregistrement du R5 (la surchauffe) en y ajoutant une nouvelle, la durée de vie de la batterie.


    Solutions d'alimentation continue


    La C70 dispose d’une prise d’alimentation secteur et est livrée avec un adaptateur qui permet de l’alimenter en continu et de façon sécurisée.

    alimentation C70.jpg

    Pour les Canon R5C et R5, on peut utiliser un adaptateur USB-C de chez Canon (Canon PD-E1 disponible au prix de 119,99€). A noter que la caméra nécessitera tout de même d'être équipée d'une batterie pour fonctionner.

    On peut aussi utiliser une alimentation de type fausse batterie, comme la Canon DR-E6, qui doit être couplé avec l'adaptateur secteur AC-E6N, l'ensemble coûtant autour de 160€.

    alimentation R5.jpg

    Pour le Canon R5C, l'adaptateur USB-C ne suffit pas toujours : dans certaines conditions (8K50P RAW + optique EF par exemple), le boîtier nécessite tellement d’énergie qu'il faudra lui fournir du 9,6V, pour pouvoir conserver l'ensemble des fonctions actives dans les modes d'enregistrement les plus conséquents.

    On est donc obligé de lui fournir une alimentation Canon CA-946 (= alimentation secteur de la C500) qui coûte 300€ TTC. Ce coût est à prendre en compte si on veut investir dans ce boitier…

    alimentation R5C.jpg

    Il existe cependant des alternatives moins coûteuses.

    Avec la norme Power Delivery en USB-C, on charge à 15W et on tourne à 27W. On peut recommander par exemple le Anker nano II 45W IQ3, qui coûte 35,99€ chez amazon. Il faudra prévoir un câble USB-C certifié pour la puissance de l'alim, ici, 45W.

    Anker nano II.jpg

    Si on a pas d’accès à une prise secteur, il y a enfin la solution d’une batterie V-Mount, qui se charge et permet d'alimenter le boîtier en USB-C.

    v-mount.jpg

    Elle va permettre à l’utilisateur de tourner dans tous les modes souhaités, mais nécessitera de rigger la caméra pour fixer la batterie.

    La batterie V-Mount peut bien évidemment apporter une solution au problème d'autonomie sur batterie du Canon R5C évoqué plus haut.

    Taille des capteurs


    Une des différences majeures entre les boîtiers réside dans la taille de leur capteur : les Canon EOS R5 et R5C sont dotés d’un capteur full frame, dit plein format, tandis que la C70 possède un capteur S35.

    Alors on entend beaucoup parler du “look full frame” ces derniers temps. Cette expression est à manier avec précaution : en réalité, selon la focale et l’ouverture choisie, il peut être très difficile pour le spectateur de faire la différence à l'œil nu entre les deux tailles de capteur.

    Voici deux images, l'une tournée en Super35, l'autre en FullFrame :

    demo S35 vs Full frame Camille Full frame.JPG
    Image tournée avec la Canon C500 Mark II (Full Frame)

    Démo S35 vs full frame Camille S35.JPG Image tournée avec la Canon C70 (Super35)

    Comme vous pouvez le constater, les images produites par les deux caméras sont très comparables, avec des angles de champ quasiment identiques (moyennant la position respective des caméras), et une quantité et des caractéristiques de flou d'arrière plan très similaires.

    Pour obtenir ce résultat, les ouvertures ont été compensées (pour obtenir des flous d'arrière plan similaires), ainsi que la focale (pour obtenir le même angle de champ) : 35mm f/1.4 en Super35, 50mm f/2.1 en FullFrame.

    Bien entendu, au bout d'un moment on arrivera à des limites d'ouvertures des optiques, si on est à F1.4 en FF, ce sera très dur de trouver une optique qui ouvre d'un peu plus d'un diaph.

    Mais l'objectif était de démontrer que, en théorie, la taille du capteur n'influence pas le look de l'image.

    Par contre, la taille du capteur aura un impact important sur la résolution maximale et la définition de l'image, sur la dynamique et la sensibilité de l’appareil.

    Un capteur full frame, qui embarque un très grand nombre de photosites (donc de petite taille) bénéficiera d’une meilleure résolution (et permettra donc aussi de faire de la photographie), mais souvent d’une dynamique et d’une sensibilité réduite, et inversement.

    Cette “règle” s’avère cependant de moins en moins vraie avec l’évolution des capacités des processeurs d’image et leurs algorithmes permettant de profiter au maximum du mécanisme de sur-échantillonnage.

    Une des différences majeures entre le full frame et le S35 se situera par contre à coup sûr sur le prix et l’encombrement des objectifs, qui sont deux critères à ne surtout pas négliger, selon votre usage (sportif, animalier, reportage).


    Stabilisation


    Une autre différence importante entre les boîtiers réside dans leur mode de stabilisation de l’image.

    Le Canon R5 est muni de l’IBIS, technologie de stabilisation du capteur sur 5 axes : le capteur bouge dans le boîtier, afin de compenser les mouvements de la caméra. C’est super en photo, puisque cela permet même de rattraper les vitesses.

    Si l'optique est EF, et stabilisée (optiquement IS) : la caméra va gérer les axes x et y et le roll, el laisser le pitch et le yaw à la stab optique.

    Si l'optique est RF et stabilisée (optiquement IS) le capteur gère aussi le pitch et le yaw, en collaboration avec la stab optique.

    En vidéo, le système IBIS n’est pas toujours fiable, et il pose très souvent problème. Et une stabilisation IBIS est par définition irréversible. Préférez la stabilisation en post production, qui fournit généralement un bien meilleur résultat et surtout vous laisse le choix de l'utiliser, ou pas.

    Ajoutons aussi que bouger le capteur n’est pas adapté si vous travaillez avec un pointeur, puisque ce dernier a une très petite fenêtre de précision pour faire son point, et déplacer le capteur ne lui rendra certainement pas service. C’est notamment pour cette raison qu’on ne trouve pas ce système de stabilisation sur les caméras de cinéma !

    Les capteurs des Canon EOS R5C et C70 ne sont pas stabilisés. Les boîtiers possèdent cependant une fonctionnalité de stabilisation numérique 5 axes. Cette stabilisation est très utile pour les plans fixes à l’épaule ou à main levée, en venant atténuer les tremblements et les mouvements légers.

    Elle présentera les mêmes limites que la stabilisation IBIS pour des mouvements plus amples ou panoramiques.

    Sur ces deux boîtiers, la stabilisation numérique va cropper légèrement l’image.

    Voici une image extraite du test de la C500 Mark II publié par Greg (fonctionnement identique), avec et sans stabilisation numérique :

    crop factor stab.jpg

    Il est possible de désactiver la stabilisation numérique si souhaité.

    Sur le Canon R5, par contre, il ne sera pas possible de désactiver l’IBIS si la stabilisation optique est activée (pour n'utiliser que la stabilisation optique par exemple).

    Menus et fonctionnalités


    Un autre gros avantage de la caméra R5C et de la C70 est leur menu EOS Cinéma. Il est identique à celui des caméras professionnelles Canon EOS, comme la C200, C300 Mark III ou C500 Mark II, ce qui peut s’avérer très utile si vous avez déjà l’habitude de ces menus.

    Ils apportent de nombreuses fonctionnalités qui manquent au R5, comme le gamma Wide DR, en quelque sorte intermédiaire entre le Log et le BT709, qui produit une image plus douce, légèrement désaturée, avec une épaule de courbe permettant de gagner un peu dans les hautes lumières.

    Ou encore le waveform, outil de mesure qui s'avère presque indispensable pour exposer correctement le log !

    menu EOS ciné.jpg

    Autre exemple, le menus EOS Cinéma permet au R5C de bénéficier de la fonctionnalité de balance des blancs de la gamme EOS Cinema, mesurée en temps réel.

    Cette fonction est très utile car elle permet de mesurer la balance des blancs en temps réel (par exemple à l'aide d'une feuille blanche).

    La balance sera exprimée en Kelvin et en CC (correction colorimétrique), ce qui permettra de reporter ou de modifier ce réglage pour matcher le Canon R5C en multicam avec d’autres caméras.

    C’est beaucoup plus complexe pour le Canon R5, qui nécessite de prendre une photo pour réaliser une balance personnalisée et qui ne donne pas la donnée réelle en kelvin et en correction de teinte. Il ne sera donc pas possible de coupler précisément les caméras.

    Balance des blancs auto camille photoshop.jpg

    Le Canon R5 ne possède pas non plus de la fonctionnalité du relay recording, contrairement aux R5C et C70. Pour ces derniers, si on ouvre la trappe, l’appareil ne s'éteint pas automatiquement. S’il y a deux cartes, la caméra peut switcher automatiquement de l’une à l’autre, sans arrêter l’enregistrement.

    Toujours sur les menus, il faut mentionner que le Canon EOS R5C dispose de deux modes photo et vidéo, totalement séparés.

    Lorsque l’on passe en mode photo, on retrouve le menu et les fonctionnalités du R5. Ainsi, les R5C et le R5 sont plus ou moins équivalents au niveau photo (on rappelle que le R5 dispose d'un capteur stabilisé, le R5C non).

    Il ne sera cependant pas possible sur le Canon R5C de déclencher le REC en mode photo, ce qui était possible sur le R5, et bien pratique en reportage. L’enregistrement vidéo n’est disponible qu’en mode vidéo.

    Switcher d'un mode à l'autre prend une dizaine de secondes, ce ne sera donc pas aisé de passer de l'un à l'autre si nécessaire en reportage.

    On note également quelques différences concernant l’autofocus vidéo entre les boîtiers (en photo il sera identique).

    L’autofocus du Canon R5 est très performant, il s’agit de la version II du Dual Pixel AF de Canon. Il permet de suivre très rapidement un sujet, de tracker des véhicules, des animaux. C’est très pratique en photo, mais beaucoup moins en vidéo…

    En effet, l'autofocus risque de provoquer un changement de point brusque et non contrôlé au milieu d’un plan, ce qui n’est pas recommandé.

    L’autofocus du R5C en mode vidéo est, comme sur la C70, le Dual Pixel version I. Il est moins réactif, mais il est toutefois plus adapté à la vidéo.

    Il bénéficie notamment de la fonctionnalité “face only”, qui permet de garder le point sur un visage et seulement sur un visage (l'AF ne sautera pas sur un élément du décor au beau milieu d'une interview), ainsi que de divers réglages de sensibilité et rapidité permettant de mieux le maîtriser.

    Codecs et formats d’enregistrement


    Les Canon R5C et C70 peuvent filmer en XF-AVC, qui est le codec professionnel de Canon. Ce codec n’est pas trop gourmand en capacité et peut se monter sur n’importe quel ordinateur, de façon assez similaire au ProRes 4:2:2.

    Le Canon R5 pour sa part ne peut enregistrer qu’en H265. Ce codec est intéressant car la compression est plus importante pour une qualité équivalente. Mais son décodage en temps réel demande de grosses capacités de calcul et n’est donc pas accessible aux machines peu puissantes.

    Le R5 ne laisse donc aucun choix à l’utilisateur, tandis que les R5C et C70 sont plus flexibles, avec différentes options d’enregistrement pour s’adapter à l'exigence du tournage.

    La C70 est cependant la seule à proposer l'enregistrement en UHD Long GOP en 4K/50p.

    Voici un résumé des codecs pour les 3 boitiers :

    codecs XF-AVC.jpg


    La Canon C70 et le Canon R5C permettent également l’enregistrement en Cinema RAW Light, en compression ST et LT, ainsi qu’en compression HQ pour le R5C (pour les modes Super35 et Super16).

    La C70 ne fait du RAW que depuis récemment, mais avec un débit très faible. Cela peut être perçu comme un avantage pour certains, les fichiers restant légers, mais peut présenter des limites pour des projets nécessitant une plus grande latitude en post-production, pour des effets spéciaux par exemple.

    Sur le R5C, le RAW est beaucoup plus lourd et n’est disponible qu’en 8K ou en 5.9K via le crop Super35.

    Le boîtier est capable d'enregistrer en interne en 8K/50p 12bit, ce qui est assez remarquable. Sur les autres caméras Canon, le RAW 50P implique de passer en 10 bit.

    Le R5, pour sa part, propose l’enregistrement en RAW standard (version antérieure du RAW Canon, moins compressé et plus bruité) et en RAW Light, dans une compression équivalente au ST.

    Voici le résumé des différents options d’enregistrement RAW pour chaque boîtier :

    RAW 12 bits.jpg

    Concernant l’enregistrement en 8K non RAW, il sera obligatoirement en H.265, que ce soit sur le Canon R5 ou le Canon R5C.

    Mais attention, seul le R5 est en intra frame ! Le Canon R5C est bizarrement limité au long GOP.

    Ceci peut être préférable pour obtenir des fichiers plus légers, mais fera perdre en fluidité au montage.

    codecs 8K.jpg


    La 8K : dans quelles situations peut-on avoir besoin de filmer dans cette résolution ?


    Le temps de la diffusion en 8K n'est pas encore arrivé. On peut donc se poser la question de l'intérêt de filmer en 8K. C'est une question récurrente, qui se pose à chaque bond de résolution.

    Voici quelques pistes de réflexion sur des "mauvaises" ou "bonnes" raisons de tourner en 8K.

    Il est dommage de faire de la 8K dans le but de recadrer en post production. En effet, si vous avez le temps au tournage, il est préférable de faire des choix de chefs opérateurs en favorisant un changement d’optique, qui sera souvent plus joli.

    Favoriser la 8K pour avoir une meilleure netteté n’est pas non plus une solution. En effet, le piqué de la 8K ne donne pas forcément un rendu très esthétique, et il peut s’avérer très décevant sur les visages notamment.

    Enfin, vous serez peut-être, un jour prochain, dans l'obligation de faire de la 8K pour répondre à la pression des diffuseurs producteurs (par exemple, Netflix impose le format 4K pour ses projets).

    La 8K présente cependant certains avantages : elle permet par exemple de faire de la photo, ce qui n’est pas du tout négligeable.

    La 8K est aussi très intéressante pour la réalisation de SFX ou du motion design. On peut imaginer rajouter des effets de caméras virtuelles sur des plans, éventuellement eux-aussi en mouvement, récupérer des textures, etc.

    Une grande résolution garantit également la pérennité du projet : tourner en 8K aujourd’hui vous permettra de ressortir un master de votre documentaire dans plusieurs années, pour répondre à l’évolution des attentes de diffusion.

    La 8K permet enfin de bénéficier de l’oversampling : shooter en 8K permet de sortir une 4K très propre, avec des textures très harmonieuses et un bruit réduit. Les 4 pixels captés par la caméra à l'enregistrement en 8K sont utilisés pour en interpoler un.


    Courbes Log


    La C70 détient un atout majeur par rapport aux R5 et R5C, puisqu’elle peut enregistrer en CLog 2 directement. Cette courbe Log offre une plus grande dynamique que le CLog 3, en gagnant deux diaph dans les noirs.

    La R5 et la R5C, elles, ne peuvent filmer qu’en CLog 3. Il ne leur sera possible d'exploiter le CLog 2 qu'en post-production, au travers de la debayerisation du RAW dans ce gamma.

    La C70 est par ailleurs dotée du système DGO, qui permet une double lecture de l’image, dans les basses et les hautes lumières, qui est ensuite fusionnée par le processeur d'images.

    dual gain input.jpg
    Une Testbox du Canon R5C est en cours de préparation, et permettra très bientôt de compléter cet article avec la comparaison de ses performances avec celles (notamment) du R5 et de la C70.


    Dual Base ISO & ISO analogiques


    Comme toutes les caméras Canon, les 3 boîtiers bénéficient de l'amplification analogique du signal (= avant que le signal soit converti en données numériques), ce qui leur garantit une gamme dynamique constante et une faible dégradation du rapport signal bruit sur les 2 à 3 paliers d'ISO au-dessus de l'ISO natif.

    Ce fonctionnement permet de tourner à des ISO différents, par exemple pour compenser des choix d'ouverture, sans se retrouver avec des écarts de dynamique qui pourraient être gênants à l'image.

    En-dessous de l'ISO natif, les ISO présentent un fonctionnement différent, l'amplification est numérique, on dit qu'il s'agit d'EI (Exposure Index).

    Quand on passe de ISO 800 à 400, la gamme dynamique se "déplace" vers les basses lumières, ce qui va avoir pour effet de "cleaner" les noirs mais en contre-partie de perdre un diaph de dynamique dans les hautes lumières.

    De façon contre-intuitive, il peut éventuellement être intéressant de descendre dans les ISO (à exposition constante bien entendu) pour réduire le niveau de bruit sur une scène "modérément" low light (intérieur nuit/soir) sur laquelle il y aurait peu de dynamique.

    multi isos natifs.jpg

    Si ces notions vous semblent complexes, nous vous invitons à lire notre guide complet sur les ISO, rédigé par Greg et Forest : Les ISO en vidéo : le guide complet !! | Tutos

    Le Canon EOS R5C présente une nouveauté, ajoutant un degré de complexité supplémentaire.

    En effet, en plus de posséder ce double fonctionnement d'ISO analogiques et numériques au-dessus et en-dessous de l'ISO natif, le Canon R5C est doté d'un Dual Base ISO, et donc d'un 2ème ISO natif.

    Le fonctionnement de la caméra est donc intégralement dupliqué à ses deux niveaux d'ISO natifs :
    - ISO 800 et 3200 en C-Log3
    - ISO 400 et 800 en WideDR
    - ISO 160 et 640 en REC709.

    L'utilisateur pourra choisir entre la base High, Low ou un mode automatique qui passera de l'un à l'autre à 3200 en Log.

    Voici une illustration du fonctionnement des ISO aux deux ISO natifs (documents "maison" non officiels Canon) :

    base 800.jpg
    base 3200.jpg

    Le résultat sera un rapport signal bruit encore meilleur à ISO 3200, avec un bruit encore réduit.

    Une Testbox du Canon R5C est en cours de préparation, et permettra très bientôt de compléter cet article avec la comparaison de ses performances avec celles (notamment) du R5 et de la C70.


    Audio et prise en main à distance


    Ces trois appareils permettent, au travers de leur fonction wi-fi, de bénéficier d'un contrôle et retour écran déporté sur son téléphone.

    Ce système peut s'avérer très pratique puisque l’on peut gérer l’autofocus en direct au touch.

    Pour accéder à cette fonction wifi, le Canon R5 ne nécessite aucun accessoire supplémentaire, et le contrôle à distance / monitoring déporté fonctionne aussi bien en photo qu'en vidéo.

    Sur la C70, il faudra faire l’achat par exemple d’un périphérique wifi Asus USB-AC56 qui se branche en USB-C et qui coûte 49€. Canon a communiqué la liste des périphériques recommandés ici.

    Le R5C pour sa part nécessitera l’investissement dans un grip wifi additionnel, la poignée WFT-R10B, qui coûte très cher : 1149,99€ !

    wifi accessoires.jpg
    Notons que ce n'est valable qu'en mode "vidéo". En mode photo, ça marche comme le Canon R5... Ce qui est un peu étonnant... pour le moins (on se retrouve là aussi, très probablement, contraint par la gestion de l'énergie avec le firmware Cinema EOS).


    Outre ses 4 pistes audio stéréo, le R5C présente l'avantage intéressant en comparaison du R5, de disposer d'une griffe porte accessoire intelligente. Cette dernière permet de communiquer les données de l’accessoire directement à la caméra.

    En connectant un accessoire compatible comme le Tascam CA-XLR2d-C qui coûte 598,90€, le Canon R5C pourra bénéficier d’entrées XLR, de pré-amplis de meilleure qualité et donc d’un enregistrement audio interne de haute qualité.

    Attention cependant, le site newsshooter a souligné des problèmes d’alimentation avec cet appareil, qu’il faudra probablement alimenter indépendamment du boîtier.

    accessoires audio.jpg

    Pour la C70, pas de problèmes, l'audio est totalement intégré : la caméra dispose de deux entrées mini XLR (nécessite simplement des adaptateurs XLR vers mini XLR), et les préamplis sont très performants.

    audio C70.jpg

    Une autre solution possible pour le R5 ou pour le R5C : utiliser l'adaptateur iRig Pre 2 de chez IK Multimedia, qui coûte 51,28€.

    71ylFewUANL._AC_SL1500_.jpg

    Cet adaptateur permet d’obtenir une entrée XLR, et ainsi d’avoir une qualité audio de meilleure qualité.

    Pour conclure sur les accessoires, il faut noter que si l'on souhaite intégralement équiper le Canon EOS R5C, le coût total s’élève à 7000€ !

    Ce boîtier possède l’avantage d'être modulable et de proposer de nombreuses fonctionnalités additionnelles au travers de ses accessoires, mais le prix grimpe rapidement et c’est un facteur à prendre en compte si vous voulez investir dans ce boitier.

    cout R5C.jpg


    Conclusion



    Pour résumer, voici un récapitulatif des avantages et inconvénients des 3 boîtiers :

    upload_2022-7-8_14-52-38.png

    On espère que ces informations vous auront été utiles pour bien comprendre les différences importantes entre ces 3 caméras.

    Selon vos besoins, certaines limitations pourront représenter des points bloquants, on espère que notre comparatif vous aura permis de les identifier et de déterminer la caméra la plus adaptée à votre usage.

    N'hésitez pas à venir commenter cet article ou posez vos questions dans la discussion attachée à cet article.

    Si vous souhaitez être tenu informé de nos prochains ateliers et événements, inscrivez-vous à notre mailing list Ateliers.

    Enfin, si vous souhaitez gagner du temps dans la prise en main de votre caméra Canon C70 ou R5C (qui partage 90% de leurs fonctions), améliorer la qualité de vos images, maîtriser les différentes fonctions, l'autofocus, l'exposition et le traitement du Log, etc.
    => pensez à notre formation ultra complète de plus de 6 heures avec Greg sur la Canon C70 : Canon EOS C70 - Formation vidéo avec Greg

    Liens d'achat



    Canon EOS R5 :
    - Miss Numérique : Canon Eos R5 Boitier nu - Hybride plein format
    - TRM : Canon EOS R5 - Appareil Photo - TRM

    Canon EOS R5C :
    - Miss Numérique : Canon Eos R5 C - Caméra vidéo 8K
    - TRM : Canon EOS R5 C - Camera Cinema - TRM

    Canon EOS C70 :
    - Miss Numérique : Canon Eos C70 | Caméra de cinéma
    - TRM : Canon EOS C70 - Caméra - TRM
    Victor Lièvre et AQW333 ont recommandé ce message.

Partager cette page

► Commentaires 0

Vous ne souhaitez rien louper du Repaire ?

Dernières occasions

 

Dernières Occasions

Dernières Formations

 
Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous