module inscription newsletter haut de page forum mobile

Re-monter son film diffusé en TV, uniquement pour festivals

Discussion dans 'Faire son film' créé par vinzyvinz, 31 Août 2020.

  1. vinzyvinz

    Points Repaire:
    1 000
    Recos reçues:
    0
    Messages:
    106
    Appréciations:
    +4 / 11 / -0
    Bonjour à tous,

    Je suis co-réalisateur d'un documentaire pour lequel j'ai une boîte de prod, et qui a vendu le film à un diffuseur.
    Je suis donc heureux de savoir qu'il sera prochainement diffusé sur une chaîne de TV, la première diffusion sera régionale, on verra pour la suite.

    La partie moins plaisante est que la production a modifié allègrement mon film et que je le trouve fortement diminué. Leur but est clairement de le rendre plus grand public et moins ambitieux pour ne pas courir le risque d'inquiéter la chaîne. J'ai pourtant lutté contre cela mais en vain. Même si cela serait intéressant, ce post n'a pas pour but de chercher à savoir comment me prémunir à l'avenir de ce genre de dérive. Ma question est autre.

    Je souhaiterais en fait totalement remonter une version de mon documentaire, de sorte à ce qu'il soit fidèle à ce que je souhaitais à l'origine, pour pouvoir ensuite le présenter en festivals. Aucun but d'exploitation commerciale ici.

    Avez-vous eu de telles expériences ? Savez-vous si cette pratique est courante ?
    Vous me direz certainement que cela dépend de l'accord passé avec eux mais je ne lis rien dans mon contrat de cession de droits qui me laisse penser que je ne pourrais pas le faire, si le but n'est pas commercial.

    Merci pour vos retours d'expérience ! :)
     
    • Merci Merci x 1
  2. giroudf

    So So

    Points Repaire:
    13 500
    Recos reçues:
    276
    Messages:
    13 203
    Appréciations:
    +410 / 1 511 / -19
    oui , il n'y a rien qui doit empecher de faire ca sur ton propre film.
    Mais bon co-realisateur ce veut dire que t'es pas tout seul.
    d'un autre cote, tu avais deja un original, il ne te plait plus ?
     
    • J'aime J'aime x 1
  3. REDoré

    Points Repaire:
    2 240
    Recos reçues:
    7
    Messages:
    373
    Appréciations:
    +63 / 122 / -1
    La question qui se pose aussi est si tu lis dans ce contrat de cession que la chaîne se réserve le droit de modifier le montage au préjudice du scénario et des intentions de son ou ses auteur(s) sur le fond.

    Ma seule mais 1ère expérience de cette affamie ne m'a concerné qu'en tant que scénariste (d'un court-métrage) dont j'ai préféré interdire la vente ou d'être cité comme auteur sur le générique. (sachant que çà ne m'a pas été compliqué au vu de la nullité du réalisateur. Le court n'était plus vendable).

    J'ai laissé le scénar enregistré à mon nom à la SACD au cas où j'aurais eu l'idée saugrenue de le réaliser moi-même plus tard (ce qui n'a jamais été le cas mais je me serais pas gêné).

    Selon moi, il n'y a donc pas qu'en tant que réalisateur qu'il fallait réagir mais aussi en tant qu'auteur (ou la personne pouvant prétendre l'être). Je pense que même en docu, il est possible de "déposer" un scénar ou une note d'intention.

    Seul l'auteur (si ce n'est toi) et même à des fins non commerciales peut te permettre et même t'autoriser de reprendre le projet, son montage et sa diffusion (en festivals ou ailleurs).

    S'ils se croient tous les droits comme à Hollywood, le "director's cut" reste possible sur la vente en télé, vod ou blu-ray/dvd ...).

    Un homme averti en vaut deux pour le "on verra pour la suite, plus tard".
     
  4. cournonsec

    So

    Points Repaire:
    7 950
    Recos reçues:
    78
    Messages:
    2 662
    Appréciations:
    +85 / 488 / -3
    :!!!:Incroyable !
    Vente ou pas, l'auteur ne reste-t-il pas maître de l'intégrité de son oeuvre ? En faisant de simples coupures on pourrait faire dire au film le contraire de ce que son auteur voulait exprimer ! :col:
    Pour ne pas en dénaturer l'esthétique, à Montpellier, Chemetov, l'architecte de la bibliothèque municipale, interdit le changement des lampes qu'il avait choisies sur les tables de consultation !
     
    • J'aime J'aime x 1
  5. saint kro

    saint kro Conseiller Technique Son numérique
    Modérateur So So

    Points Repaire:
    14 550
    Recos reçues:
    179
    Messages:
    17 862
    Appréciations:
    +331 / 1 605 / -36
    Difficile de prendre position, sans connaitre la teneur des différents contrats liant les différentes parties : prod / auteurs / réalisateurs.

    Après, soit on accepte la diffusion et les modifications, soit on refuse et le film reste dans un tiroir
     
  6. Video 92

    So So

    Points Repaire:
    5 800
    Recos reçues:
    54
    Messages:
    3 961
    Appréciations:
    +149 / 566 / -6
    La chose est courante avec les diffuseurs TV de remonter un film qu'on leur propose. Pour d'une part "coller" à la ligne éditoriale de la chaine, pour faire travailler leur sous-traitants habituels et avoir un droit de regard sur le nouveau produit.
    Et là, tout dépend du contrat. Mais en tant que boite de prod, auteur du scénario du documentaire (notion importante qui permet un dépôt légal, contrairement à un simple montage) et possesseurs des rushes, vous pouvez faire un autre montage qui diffère de celui du docu TV, sauf si le contrat qui vous lie au diffuseur parle d'exclusivité.
    Ceci est un avis, mais en cas de doute une consultation d'un avocat spécialisé sur le droit des auteurs est préférable.
    Mais vous avez dit : "Je suis co-réalisateur d'un documentaire...", donc quid de la seconde partie ?
     
  7. AQW333

    So

    Points Repaire:
    12 400
    Recos reçues:
    138
    Messages:
    7 864
    Appréciations:
    +355 / 1 172 / -18
    Oui c'est l'exclusivité donc les termes exactes du contrat comme dit plus haut qui pourraient empêcher ce remontage pour diffusion non commerciale

    Je suppose qu'en le refaisant vous pensez créer "un nouveau docu" et donc échapper aux engagements du contrat qui vous lient au diffuseur ? Si c'est la véritable intention, c'est pointu, il faut un conseiller.
     
  8. vinzyvinz

    Points Repaire:
    1 000
    Recos reçues:
    0
    Messages:
    106
    Appréciations:
    +4 / 11 / -0
    Merci à tous pour toutes ces réponses !

    Alors :

    Giroudf

    « Mais bon co-realisateur ce veut dire que t'es pas tout seul.
    d'un autre cote, tu avais deja un original, il ne te plait plus ? »


    En fait mon co-réalisateur a un lien de parenté avec mon sujet et voulait faire un doc sur lui, sans savoir comment faire n’étant pas du métier. Il n’est pas réal lui-même. La vérité c’est que le film, c’est moi qui le réalise à 90% depuis le départ. Ce co-réal qui n’a pas vraiment de vision pour le film, est influençable et se laisse entraîner par la prod dans la nouvelle direction du doc. (en gros ils en font un film divertissant pour la famille avec un traitement ultra scolaire/classique alors que je voulais faire tout autre chose)
    Au départ leur argument, en me collant de force un monteur, était que cela me donnerait un oeil neuf sur mon sujet. Si l’idée m’avait alors convaincue, je me suis vite rendu compte que c’était seulement un moyen pour la prod de faire de mon film ce qu’ils voulaient en plaçant leur homme de main aux manettes.
    Pour répondre à ta question, il n’y a pas eu d’original conçu par moi puisqu’on m’en a empêché. Je veux donc reprendre mes plans et les monter comme je l’avais pensé depuis l’origine.

    REDoré

    J’ai en fait signé deux contrats : « Contrat de cession de cession droits d’auteur-réalisateur » & « Contrat de commande d’écriture et cession de droits d’auteur »

    « La question qui se pose aussi est si tu lis dans ce contrat de cession que la chaîne se réserve le droit de modifier le montage au préjudice du scénario et des intentions de son ou ses auteur(s) sur le fond. »

    La première chose est que le montage s’est décidé devant la station de montage, il n’y a pas eu de scénario défini, malgré ce soi-disant « contrat de commande d’écriture ». Le scénario originellement écrit par moi et qui de toute façon n’était qu’un premier jet et était en fait plutôt destiné à convaincre le diffuseur, n’a pas servi de base au montage actuel.

    « Ma seule mais 1ère expérience de cette affamie ne m'a concerné qu'en tant que scénariste (d'un court-métrage) dont j'ai préféré interdire la vente ou d'être cité comme auteur sur le générique. (sachant que çà ne m'a pas été compliqué au vu de la nullité du réalisateur. Le court n'était plus vendable). »

    L’horreur

    Cournonsec

    « Incroyable !
    Vente ou pas, l'auteur ne reste-t-il pas maître de l'intégrité de son oeuvre ? »


    Je te le fais pas dire. Je ne voulais pas d’itw face caméra de mon sujet, ils en ont imposé; je ne voulais pas de musique, il me colle un compositeur (qui va mettre des violons quand c’est triste et du xylophone quand c’est joyeux…), bref… ils le dénaturent. Le seul truc que j’ai qui montre encore mes intentions de départ est le dossier que j’avais à l’origine envoyé à la prod pour présenter mon projet. Toutes mes intentions de réal y figuraient. Peut-être que je pourrais utiliser ça comme argument - non pas pr le final cut, c’est trop tard - mais pr réclamer le droit à faire ma propre version non-commerciale de mon film pour les festivals, si jamais ils s’y opposaient

    Saint Kro

    « Difficile de prendre position, sans connaitre la teneur des différents contrats liant les différentes parties : prod / auteurs / réalisateurs. »

    Oui c’est certain, j’en ai bien conscience. Je me demandais simplement s’il existait des règles de droit moral à disposer de son oeuvre pour un auteur/réal -quel que soit le contrat- du moment qu’il n’en fait pas une utilisation commerciale

    « Après, soit on accepte la diffusion et les modifications, soit on refuse et le film reste dans un tiroir »


    Oui, j’y réfléchis.

    Video 92

    « Et là, tout dépend du contrat. Mais en tant que boite de prod, auteur du scénario du documentaire (notion importante qui permet un dépôt légal, contrairement à un simple montage) et possesseurs des rushes, vous pouvez faire un autre montage qui diffère de celui du docu TV, sauf si le contrat qui vous lie au diffuseur parle d'exclusivité. »

    Je ne suis pas producteur, uniquement Auteur et réal. Mon contrat est signé avec la boîte de prod, pas avec le diffuseur.
    Le contrat parle d’exclusivité mais je crois comprendre que c’est une exclusivité d’exploitation commerciale. Il n’est pas fait mention d’exploitation non-commercial, ni de mon droit hypothétique à monter ma propre version pour le présenter en festival.

    « Ceci est un avis, mais en cas de doute une consultation d'un avocat spécialisé sur le droit des auteurs est préférable. »

    Oui c’est ce que je vais certainement faire ! Avez-vous une idée des prix pratiqués pour les consultations ?

    AQW333

    « Je suppose qu'en le refaisant vous pensez créer "un nouveau docu" et donc échapper aux engagements du contrat qui vous lient au diffuseur ? Si c'est la véritable intention, c'est pointu, il faut un conseiller. »

    Oui ce serait clairement un nouveau film, nouvelle utilisation des images, du son… Bref, ce qu’on m’empêche de faire depuis le début.
     
    • Merci Merci x 1
  9. saint kro

    saint kro Conseiller Technique Son numérique
    Modérateur So So

    Points Repaire:
    14 550
    Recos reçues:
    179
    Messages:
    17 862
    Appréciations:
    +331 / 1 605 / -36
    est différent de
    En gros,si je résume et comprends bien le film n'a jamais été monté avant la vente ?
     
  10. vinzyvinz

    Points Repaire:
    1 000
    Recos reçues:
    0
    Messages:
    106
    Appréciations:
    +4 / 11 / -0
    C'est bien cela.
     
    #10 vinzyvinz, 2 Septembre 2020
    Dernière édition par un modérateur: 2 Septembre 2020
  11. REDoré

    Points Repaire:
    2 240
    Recos reçues:
    7
    Messages:
    373
    Appréciations:
    +63 / 122 / -1
    Tu peux aussi t'adresser au centre d'accès au droit relevant du tribunal judiciaire de ton secteur (en général, chef lieu de ton département). Des consultations gratuites d'avocats peuvent t'être proposées mais je crains une réponse du type "je pense çà mais faut que j'étudie plus en détail, passez me voir à mon cabinet".

    (un truc appris : en cabinet, la 1ère heure de consultation d'un avocat est gratuite mais il ne faut jamais le laisser consulter un code sinon il la facture. Seule expérience perso où j'ai seulement accompagné quelqu'un sans être directement concerné et la personne n'avait rien payé ce jour là mais parce que l'avocat avait pris l'affaire et incluait peut-être tout dans ses honoraires à régler en fin de procédure).
     
  12. saint kro

    saint kro Conseiller Technique Son numérique
    Modérateur So So

    Points Repaire:
    14 550
    Recos reçues:
    179
    Messages:
    17 862
    Appréciations:
    +331 / 1 605 / -36
    Je viens de relire ton post de 15h.

    C'est pire que ce que j'avais compris.
    J'ai découvert qu'il n'y avait pas de montage avant la vente, mais je comprends que le tournage n'a commencé qu'après la signature.

    Donc tu savais parfaitement ce à quoi tu participais, personne ne t'a pris en traitre en modifiant ton film fini, contrairement à ce que tu laisses entendre
    Il n'existait qu'une idée que tu as réalisée en accord avec les corrections de la prod et/ou du diffuseur.

    Fallait imposer ton point de vue au moment du tournage.
     
    • J'aime J'aime x 2
  13. giroudf

    So So

    Points Repaire:
    13 500
    Recos reçues:
    276
    Messages:
    13 203
    Appréciations:
    +410 / 1 511 / -19
    oui mais si il a les rushes, rien ne l'empeche de faire SON film.
    Apres , va savoir les droits qu'il aura de le montrer publiquement. c'est une autre histoire
     
  14. Alcoriza

    So So

    Points Repaire:
    5 800
    Recos reçues:
    68
    Messages:
    3 217
    Appréciations:
    +162 / 276 / -1
    Par expérience (qui se limite à la France et pays francophones), et sur plusieurs centaines de docs que j'ai vu passer, j'ai rarement vu une version "réalisateur" ou "festival". Ça existe, mais je dois les compter sur les doigts de la main.

    Généralement, ces versions sont issues d'un visionnage avec la chaine qui s'est mal passé. Une voix off est ajoutée, des intervenants sont supprimés etc...

    Quand les différences sont légères et que le réal et le prod s'entendent bien, les deux versions peuvent partir au mix et etalo. Mais sinon, ça reste un bout à bout pas fini qui d'ailleurs, ne sortira pas de l'Avid.

    C'est un phénomène qu'on rencontre couramment en publicité par contre. Mais c'est plus facile à gérer.

    En revanche, je n'ai jamais vu un réalisateur remonter entièrement un film.
     
  15. giroudf

    So So

    Points Repaire:
    13 500
    Recos reçues:
    276
    Messages:
    13 203
    Appréciations:
    +410 / 1 511 / -19
    on tient peut-etre notre exception.
     
Chargement...

Dernières occasions

 

Partager cette page