module inscription newsletter haut de page forum mobile

Rejeter la notice
Formation Raw C200 Tourner en Raw avec une C200
Notre formation vidéo est disponible !
>> Toutes les infos <<

[VotreAvis] Avis sur école de cinéma - ESRA, 3IS...

Discussion dans 'Formations et écoles audiovisuelles' créé par DynamX, 21 Mars 2018.

  1. DynamX

    Points Repaire:
    100
    Recos reçues:
    0
    Messages:
    1
    Appréciations:
    +0 / 0 / -0
    Bonjour,

    J'aimerais dès la rentrée de cette année intégrer une école de cinéma mais il y en a tellement que j'hésite, j'ai en tête l'ESRA, 3IS.
    Donc j'aimerais avoir les avis, témoignages des personnes ayant suivi ses formations ou même d'un de vos proches/ami.

    Je penses aussi à ESEC, Fémis, EICAR, ESAV et j'en oublie sûrement, personnellement ESRA me plait bien mais je sais pas trop son fonctionnement.
    Dîtes moi ce que vous en pensez que ca soit négatif ou positif et laquelle vous me conseillez (après je penses que si tu as l'argent c'est plus simple d'y entrer).

    La formation montage/effets spéciaux me plait beaucoup
    p.s : j'aime bien travailler à l'étranger, du moins je préfère pour avoir plus de culture et de débouchés ;-)

    Merci
     
    #1 DynamX, 21 Mars 2018
    Dernière édition: 21 Mars 2018
  2. Video 92

    So So

    Points Repaire:
    5 800
    Recos reçues:
    53
    Messages:
    3 808
    Appréciations:
    +145 / 528 / -6
    Ces écoles ne sont pas comparables car elles ont des spécificités très différentes. Les critères d'accès sont aussi différents. Reprenez les fiches descriptives de chaque école pour comparez et voir si vous y êtes admissible.
     
  3. Alcoriza

    So So

    Points Repaire:
    5 800
    Recos reçues:
    66
    Messages:
    3 048
    Appréciations:
    +154 / 257 / -1
    Effectivement, on ne peut pas comparer les écoles privées type ESRA ou 3IS d'un côté et la Femis ou Louis Lumière de l'autre.

    Pour l'ESRA (Paris en tout cas), le plus gros avantage c'est de se faire un réseau. Ensuite, la qualité de l'enseignement va surtout dépendre de l'élève. Si tu viens en touriste, tu ne te bouges pas pour trouver des stages par toi-même, que t'as pas une volonté de fer, pas de persévérance malgré les échecs, ça ne te servira pas à grand chose. Ce qu'il faut comprendre, c'est que même avec les meilleurs profs du monde, ce qui compte, c'est de se mettre devant la bécane et de buter sur les problèmes. De se poser des questions. L'avantage d'un prof, c'est qu'il va pouvoir te répondre rapidement, t'orienter, et te faire gagner un temps fou. Après... est-ce que ça vaut 6000€ par an...
     
  4. Cb92

    Points Repaire:
    100
    Recos reçues:
    0
    Messages:
    8
    Appréciations:
    +0 / 1 / -0
    Bonjour, votre discussion m'intéresse car j'envisage une inscription à l'esra pour la rentrée 2020
    Difficile de trouver des avis sur cette école privé ? Boîte uniquement à fric ou reelle formation avec débouché ? Merci de vos avis récents ?
     
  5. REDoré

    Points Repaire:
    1 870
    Recos reçues:
    6
    Messages:
    241
    Appréciations:
    +42 / 81 / -1
    Bonjour Cb92, seul indice perso, ex-assistant réa, j'ai eu des stagiaires de l'ESRA (assistanat aussi). Bon franchement pas transcendé mais des jeunes plutôt sympathiques (comme toi, je présume ;)). Un petit peu trop bourges à mon goût mais sympas.

    Autre son de cloche d'un grand metteur-en-scène de l'apogée du cinéma français (depuis disparu et d'une autre époque donc) qui m'avait incité perso à ne pas aller "user mes fonds de culottes sur des bancs d'école", le métier s'apprenant surtout sur le tas. D'ailleurs, un chef op connu sur internet et je pense qu'il a raison, conseille aux détenteurs de BTS audiovisuel de plutôt trouver des stages chez des loueurs (de matériels audiovisuels). Selon lui, c'est bien vu sur un CV.

    En école mais ce n'est que mon avis qui vaut ce qui vaut, c'est la FEMIS ou rien (au pire le terrain).

    J'ai lu sur ce forum (je ne sais plus où) qu'il faudrait aussi surveiller les propositions de postes sur Cinéaste.org. L'expérience autodidacte en condition réelle permet également de se créer sans cesse de nouvelles relations qu'il serait toujours dommage d'oublier trop vite. Dit autrement, l'avantage outre l'apprentissage, c'est d'en profiter pour commencer à se créer son petit réseau.

    Ce type d'expérience jusqu'en 2004 (mais sur un shopping d'annonces à la maison du film court dont "court" a depuis été supprimé) ne m'a cependant pas permis la chance de connaître du lourd, du haut niveau. Il est vrai que j'avais déjà approché de vrais vétérans du métier pour être suffisamment déçu des petits bleus loin de leur arriver à la cheville question carrure (sauf dans les années 80 où des Beineix ou Besson sont apparus avec un réel professionnalisme).

    Sur l'ESRA, j'ai au moins un avis favorable sur l'apprentissage du scénario qui me paraît très bon en ayant lu un manuel d'un prof (de l'esra), Edouard Blanchot (et quelle joie, sans payer une fortune pour assister à ses cours). Je rejoins en tous cas les raisonnements qu'il propose ou suggère.

    Je ne puis me prononcer sur la qualité (et l'efficacité) des autres formations mais j'espère qu'elles ont aussi bien évolué. Mais tout dépend de ce que tu recherches et escomptes.
     
    • J'aime J'aime x 1
  6. Cb92

    Points Repaire:
    100
    Recos reçues:
    0
    Messages:
    8
    Appréciations:
    +0 / 1 / -0
    REDoré, merci pour ton avis. Je suis d'accord pour la Femis mais peu d'élu et sur le fait d'être autodidacte mais aujourd'hui je ne sais pas si c'est encore possible !!! Miltiplié les expériences stages e autres et une réelle motivation est peut être la clé quelque soit l'école finalement qui sont alignées niveau prix.. Bref choix cornélien ️
     
  7. LiquidPro

    So

    Points Repaire:
    14 425
    Recos reçues:
    205
    Messages:
    2 065
    Appréciations:
    +177 / 502 / -2
    J'ai eu une stagiaire en réalisation de l'EICAR sur un tournage il y a quelques jours. Elle entre en 3e année et elle espère enfin apprendre quelque chose cette année, car les 2 premières années ont été d'après elle plutôt laxistes avec peu d'heures de cours effectives. Et effectivement dans la pratique elle mélangeait un peu tout (cela dit elle est très jeune), mais elle s'est énormément impliquée pour nous aider et j'ai trouvé qu'elle était bien inspirée artistiquement (je lui ai demandé de participer), nous avons utilisé certaines de ses idées.

    L’intérêt de ce genre d'écoles c'est le réseau. Sans réseau, on ne travaille pas. Elle a fait des stages sur des séries TV. Pour faire des stages sur des tournages, il faut être stagiaire dans une école. Et durant ces stages, on rencontre des gens, on noue éventuellement des contacts.

    Cineaste.org est une bonne idée aussi. J'y suis inscrit et je m'en sers pour trouver des gens quand j'en ai besoin, de même que je vais filer un coup de main quand je le peux. C'est une façon de se créer du réseau également.
     
    • J'aime J'aime x 1
  8. Cb92

    Points Repaire:
    100
    Recos reçues:
    0
    Messages:
    8
    Appréciations:
    +0 / 1 / -0
    Merci pour votre retour, j'ai l'impression que quelque soit l'école c'est kif-kif !! C'est pour mon fils qui veux se former à la réalisation et à déjà fait 2 petits courts métrages au lycée.. Si vous voulez je peux vous communiquer le lien vers ces 2 créations pour avis merci !!
     
    • J'aime J'aime x 1
  9. REDoré

    Points Repaire:
    1 870
    Recos reçues:
    6
    Messages:
    241
    Appréciations:
    +42 / 81 / -1
    Le souci, c'est d'obliger (de contraindre) à des formations diplômantes sachant que le diplôme ne fait pas le gugusse. Donc, un mix des 2 solutions (école et stages) serait en effet la meilleure solution. Perso, j'ai commencé par la régie, par "servir le café" comme il était dit.

    Cb92, précises le métier que tu vises (mais que si tu le souhaites, la lampe de bureau est éteinte et je ne la dirige pas sur toi).

    J'ai travaillé sur un court d'un tout frais moulu de la Fémis qui lors d'une pause, m'a concédé qu'il n'apprenait enfin son métier que sur ce tournage.

    Il faudrait que tu démarres ta formation sur un poste qui t'intéresse ou que tu sais déjà compétent et le mieux prédisposé. Après, tu évolueras au gré des errances et expériences (dont de la vie).

    Perso, je garde qu'un seul regret, je me suis aperçu que je discutais beaucoup plus avec l'équipe image (et sans mauvais jeu de mot, que je m'entendais mal avec l'équipe son). C'était forcément un signe !

    Aucun regret par contre, dans la vie !
     
  10. REDoré

    Points Repaire:
    1 870
    Recos reçues:
    6
    Messages:
    241
    Appréciations:
    +42 / 81 / -1
    Pardon pas vu ton message entre temps. Cb92, c'est pour ton fils qui veut se lancer dans la réalisation ?

    Je maintiens qu'il apprenne d'abord une spécialité plus spécialisée. C'est son parcours sur la suite qui le conduira que s'il le mérite à la réalisation. Ce n'est pas un préalable.

    La question à lui poser, c'est ce qu'il a amené à ce choix (et merci de nous le cafter ici).
     
  11. Gild

    Modérateur So

    Points Repaire:
    11 930
    Recos reçues:
    57
    Messages:
    7 719
    Appréciations:
    +3 / 9 / -0
    Cb92, ton fils peut poster ses vidéos dans Le Festival Permanent pour recevoir des avis et des conseils. :cool:
     
    • J'aime J'aime x 2
  12. Lucas.janiszewski

    Modérateur

    Points Repaire:
    3 170
    Recos reçues:
    7
    Messages:
    12
    Appréciations:
    +2 / 5 / -0
    Hello!
    Personnellement, je suis sorti de l'ESRA cette année. J'avais eu la même hésitation avant mon inscription, et au final je ne regrette absolument pas mon choix. Toutes les écoles fonctionnent plus ou moins de la même manière avec deux ans de tronc commun, et une dernière année de spécialisation; c'est top et ça permet d'avoir une réelle vue d'ensemble sur les métiers de l'audiovisuel. Là où l'ESRA est clairement sortie du lot c'est vis à vis de la qualité des intervenants, surtout sur les deux dernières années. En image (la spécialité que j'ai choisie), on a eu des cours vraiment géniaux en technique cinéma, esthétique, colorimétrie avec des profs qui pratiquaient leur matière sur des gros projets, donc outre l'aspect pédagogique, ça nous a aidé à développer notre réseau. Le point négatif que je pourrais soulever, c'est le matériel, qui est sûrement plus vieillissant qu'à l'EICAR par exemple; bien que ce problème là est clairement contrebalancé par le fait que l'ESRA est en partenariat avec le loueur Transpa ce qui nous permet d'avoir des configs caméra pro (F55 en 2ieme année, Alexa Mini en 3eme année), de pouvoir choisir le matériel électrique qu'on veut pour nos productions et d'apprendre par exemple à faire nos premiers essais cam chez un gros loueur de matos tout en étant encore à l'école.

    En espérant que mon message t'aura aiguillé :)
     
    • J'aime J'aime x 1
  13. Cb92

    Points Repaire:
    100
    Recos reçues:
    0
    Messages:
    8
    Appréciations:
    +0 / 1 / -0
    1. Merci Lucas pour ta réponse très encourageante. Comment avez vous géré la crise ? Cours à distance ? J'ai un peu peur que l'école soit fermée encore à la rentrée et cours à distance...
    Pour Image faut il avoir un niveau en maths requis ? Bac S requis ?
    Et après Esra que compte faire ? Merci bcp
    Caroline
     
  14. Lucas.janiszewski

    Modérateur

    Points Repaire:
    3 170
    Recos reçues:
    7
    Messages:
    12
    Appréciations:
    +2 / 5 / -0
    Pour tout te dire c'est assez bien tombé puisque nous n'avions plus énormément de cours, on en a rattrapé une partie en visio. Ce qui est plus embêtant c'est pour les productions de fin d'année qui, du coup, ont été reportées en Septembre-Octobre, ainsi que pour les stages.
    En première année les cours débutent en Octobre si mes souvenirs sont bons, ça laisse peut être un mois de marge en plus.

    Pour le niveau de maths, il n'y a pas réellement de pré requis. J'ai fait un Bac L, avec un niveau catastrophique en sciences au lycée et ça ne m'a pas vraiment freiné pour mon apprentissage en Image, bien que les notions qu'on aborde y soient liées. Et je dirais même que ça m'a réconcilié avec les maths.

    Après l'ESRA, j'aimerais dans un premier temps faire mes armes le plus possible en tant qu'assistant caméra, pour ensuite devenir chef-opérateur en fiction. C'est aussi un truc que m'a apporté l'école, c'est de savoir un peu plus vers quels métiers je voulais m'orienter, puisque comme la plupart des nouveaux étudiants en cinéma je voulais devenir réal (mais bon ça c'est évidemment pas exclusif à l'ESRA).

    N'hésites pas si tu as d'autres questions!
     
  15. Cb92

    Points Repaire:
    100
    Recos reçues:
    0
    Messages:
    8
    Appréciations:
    +0 / 1 / -0
    Merci Lucas pour tes réponses
    En fait toutes ces interrogations sont pour mon fils qui est en plein choix d'école ! Bien qu'il ait été accepté à l'esra il a aussi la possibilité de faire une prepa lettres que je trouve intéressante pour l'enrichissement personnel que cela peut apporter et aussi compte tenu de cette période bizarre j'ai peur que l'année prochaine soit une année difficile et perturbée pour les étudiants de l'école..
    Mais j'ai peur que s'il retente l'année prochaine il ne soit pas pris... Mais il n'y a pas de raison en fait ! Bref choix cornélien...
    Toute l'année 20/21 va être compliqué surtout sans le milieu du cinéma..
    Tu ne veux pas tenter la Femis ?
    Caroline
     
Chargement...

Partager cette page