module inscription newsletter haut de page forum mobile

Rejeter la notice

Nouvelle Formation Prise de son : les inscriptions sont ouvertes !
Maîtrisez la qualité de vos prises de son avec notre formation théorique et pratique de 3 jours ! Du 14 au 16 mai 2024 à Paris.

Test DJI Inspire 3 : très belle montée en gamme pour le drone de prise de vues professionnel de DJI

J'ai pu tester le nouveau drone professionnel grand capteur de DJI et le comparer à l'Inspire 2

Publié par françois le 29 Septembre 2023 dans Tests
► Commentaires 3
    Recos : 1
    Vues : 2 104
  1. françois
    Alors autant le dire, cela faisait un petit moment que la nouvelle génération de drone de la gamme Inspire de chez DJI était attendue par les vidéastes professionnels. Certains se sont même demandés si un jour celui-ci allait arriver ou bien si le projet avait été abandonné. Une grande partie de l’attente était dirigée vers une nacelle embarquant un capteur plein format.

    Dans la gamme des drones DJI, si l’on remonte à quelques mois, il fallait alors se diriger vers le modèle « matrice » qui peut accueillir une telle nacelle, avec un capteur certes plein format, mais plutôt destiné à la photographie (photogrammétrie pour l’essentiel).

    Inspire3-face.jpg

    Et c’est bien là que l’Inspire 3 était attendu car la gamme Inspire est destinée aux vidéastes, cinéastes professionnels. En effet, tant par le drone lui-même que par ses possibilités de pilotage, de transmission, de retransmission, etc., tout est étudié pour la réalisation de films et de vidéos dans l’écosystème de cet outil.

    L’Inspire 3 est enfin arrivé avec un nouveau positionnement dans la gamme DJI et face à ses potentiels concurrents. Son prix « kit de base » est le double de l'Inspire 2, ce qui le place à un tarif de 12 500€HT. Il faut aussi relativiser le prix car les fonctions proposées par ce nouveau modèle le situent un large cran au dessus de son petit frère et par ailleurs son kit de base inclut 6 batteries, le hub de chargement qui va avec, 1 disque dur SSD de 1Tb, la télécommande RCPlus avec son harnais et sa sangle, le drone 3 et enfin sa nacelle X9-Air auquel nous allons nous intéresser maintenant. L’Inspire 2 pour sa part n’était livré qu’avec une seule paire de batterie, une télécommande et une nacelle au choix X5 (micro 4/3 avec un “objectif”) ou X7 (Super 35 sans objectif).

    Aujourd’hui, DJI propose un kit cohérent avec l’usage minimal du drone. En effet avec l’Inspire 2 (que je possède), il fallait à court ou moyen terme après l'achat ajouter des batteries, une sangle et les options de carte mémoire ou disque dur.

    Seul l’objectif est à ajouter et cela reste cohérent dans le sens où chacun pourra choisir ses objectifs de base si le budget ne permet pas l’achat des 4 lentilles DJI.


    L’Inspire 3



    Inspire3-côté.jpg

    Le nouveau design du drone lui donne un avant plus relevé que l’arrière lorsqu’il est posé. On note que la nacelle/caméra FPV pour le contrôleur pilote est située en position haute. Outre le fait que cela lui confère à mon avis un aspect de sauterelle, la partie aérodynamique semble avoir été améliorée.

    L’inspire 3 reste dans la même catégorie “poids lourds” que ces petits frères avec 3,995 Kg au décollage (nacelle, batterie, disque SSD, hélice) et un poids max de 4,335Kg (pour l’ajout éventuel de parachutes pour l’homologation.

    Au niveau pilotage, rien à redire, nous sommes bien sur la nouvelle génération des drones DJI avec une souplesse et un confort de vol très rassurant. De plus, le drone est équipé de nombreux capteurs pour éviter les collisions. Il est désormais possible de régler la sensibilité du système anti-collision dans l’axe vertical et horizontal de manière indépendante.

    Malgré son poids, le drone réagit bien aux instructions même sur des changements rapides.


    La nacelle FPV a été complètement revue, avec une caméra dédiée au pilotage beaucoup plus importante (la taille de celle de l’Inspire 2 était proche de la tête d’épingle !), qui permet d’avoir une meilleure réso, une meilleure visibilité, donc une vraie amélioration de ce côté.

    Les hélices sont désormais pliantes (elles étaient droites sur la version précédentes), un poil plus grandes et dotées d’un nouveau système de fixation, avec 3 grosses pattes. Le système de fixation de l’Inspire 2 ne m’a jamais posé de problème, donc un nouveau système, pourquoi pas.

    Inspire3_fixations_helices.png

    Je n'ai pas trouvé contrairement à ce que j’ai pu entendre que le nouveau drone était moins bruyant, les deux drones restent bruyants.

    Autre nouveauté : avant, le disque dur se plaçait sur l’arrière du drone, il se place désormais au milieu du drone, dans un emplacement muni de détrompeurs. Le disque de 1To fourni dans le kit de base est doté d’une prise USB-C qui permet de le connecter directement à l'ordinateur pour le back-up.

    Inspire3-disque-dur.png

    La coque du drone est désormais en plastique, ce que certains pourront critiquer en regrettant la qualité perçue du métal. L’avantage est que l'arête sur le côté est désormais beaucoup plus douce, et DJI a disposé une sorte de poignée sur le côté, qui va permettre de transporter le drone à la main si besoin sans se faire mal.

    Autre point intéressant : le nouveau système pour brancher les batteries.

    Sur l’Inspire 2, il y avait un double bouton pour débloquer les batteries, ce système de fixation n’était pas optimal, avec des batteries qui s’avéraient parfois mal fixées.

    Les deux fixations sont aujourd’hui dissociées, elles sont mieux conçues, et un clac sonore indique clairement que la batterie est en place, donc très rassurant.

    Inspire3-fixations-batteries.png



    La télécommande DJI RC Plus



    Inspire3-telecommande.jpg
    DJI nous propose une vraie révolution avec cette nouvelle télécommande, qui est fournie dans le kit de base.

    On sent que cette nouvelle manette a été pensée par et ou pour les professionnels

    Le système de fixation est excellent, qui permet de reposer sur le ventre, avec deux grandes barres métalliques très solides, qui vont venir s’accrocher sur le harnais livré avec, qui apporte un grand confort d’utilisation.


    L’écran est très lumineux, j’ai travaillé dans différentes situations, avec un grand soleil, je n’ai jamais été gêné.

    Les deux manettes avec l’écran centré au milieu, c’est vraiment parfait pour piloter, il n’y a pas d’obstacle visuel entre la vision du drone et l’image du retour.

    Autre chose très bien pensée, les trois boutons pré-paramétrés pour sélectionner le réglage de l’iris, la sensibilité et la vitesse d’obturation, et une molette dédiée au réglage du mode sélectionné, donc sans besoin de se balader dans le menu pour ajuster son exposition, c’est parfait.

    Le petit défaut des contrôleurs DJI, c’est la molette de gauche pour régler le tilt de la nacelle, qui n’est toujours pas optimale.

    Par contre, sur l’application livrée avec, on a la possibilité de modifier l’orientation de la nacelle au doigt, ce qui peut s’avérer utile.

    Le seul petit point critique sur cette télécommande est un positionnement des mains un petit peu différent de d’habitude. Ceci peut être déstabilisant dans un premier temps, et des sticks de pilotage un peu courts.


    Le couple Inspire 3 & télécommande : les modes de pilotage Waypoint Pro, Travelling 3D


    Une des choses qui m’a interpellée dans les annonces DJI est le waypoint pro et le mode travelling 3D et justement, je suis en train de préparer un court-métrage sur une boucle temporelle au cours duquel le personnage principal devra disparaître d’un seul coup. C’était l’occasion d’essayer cela avec des plans complexes style grue ou aérien.

    Voici un premier essai réalisé avec le drone et la commande. On note que l’image saute un peu entre les différentes prises et cela méritera un recalage plus précis en post-production. Aussi il y a la vitesse de déplacement qui n’est pas exactement la même, il sera préférable de régler via l’onglet vitesse et de laisser le système gérer cela pour réaliser encore plus facilement ce genre d’effet.



    Malgré un plan choisi pas évident à mettre en place à cause du système anti-collision que je ne maitrisais pas bien (en effet le drone refusait par moment d'exécuter le programme car il détectait les herbes hautes sur le passage au raz du sol, chose que l’on peut régler en maîtrisant le nouveau système) la répétition des plans avec le mode “dolly 3D” est vraiment bluffant et très intéressant pour de nombreuses situations de tournage. Il aurait fallu faire aussi le test avec la vitesse pré-réglée.


    Le système RTK



    Dji Propose une option RTK. C’est un système de super-positionnement du drone qui est annoncé avec une précision très fine de 1cm. Le système fonctionne comme une balise GPS supplémentaire qui par triangulation va améliorer sensiblement la précision du placement du drone.

    image6.jpg

    Voici le second essai réalisé avec le RTK cette fois-ci. L’effet est encore plus facile à mettre en place. Seule réside l’erreur liée à la vitesse de défilement qui doit être réglée dans la commande pour réaliser cet effet. Il reste un petit décalage mais ce n’est pas grand-chose à corriger surtout avec du 4K ou du 8K.


    Avec ou sans RTK le système « waypoint pro » offre de nouvelles possibilités. En effet, il devient facile de créer des trajets précis de la caméra et de les répéter ce qui peut être redoutablement efficace dans bien des cas (fiction, événement sportif …)


    La caméra nacelle X9-Air



    La nouvelle nacelle embarque un capteur Plein Format de 44 MegaPixels et Dual Iso (320 & 1600 EI).

    La caméra est capable de filmer depuis le 4K en mode super35 jusqu’au 8.1K en Full Frame en passant par le 4KFF bien sûr.

    Inspire3-NacelleX9.jpg

    De base, l’Inspire 3 est livré avec un système d’enregistrement H264 et ProRes 422HQ En option, il est possible de débloquer le codec Raw DNG et/ou l’Apple ProRes Raw.

    Côté FPS, il est possible de capturer jusqu’à 120FPS en 4K et 4,1K FF, et 60FPS en 8K et 8,1K FF avec l’option ProRes Raw (le cine DNG plafonne à 25P et le ProRes 422HQ à 30p).

    Détail des FPS, débits, ratios selon les options de format d’enregistrement (attention maux de tête possibles) :

    https://terra-1-g.djicdn.com/851d20f7b9f64838a34cd02351370894/630 view/en.jpg

    Côté optique, DJI valide ses propres objectifs 18mm / 24mm / 35mm et 50mm à ouverture 2,8. De ce que j’en ai vu la qualité est très bonne (on n’est plus sur le cul de bouteille de 15mm livré avec la nacelle X5 de l’inspire 2). On commence à trouver des adaptateurs « DL Mount » sur le marché donc il est théoriquement possible d’embarquer d’autres optiques mais il faudra faire très attention au poids à emmener sur la X9-Air.

    Autre nouveauté, la nacelle peut titler à pratiquement 90° vers le haut ce qui autorise des plans en contre plongée encore plus sensationnels grâce aussi à la nouvelle forme du drone.




    Test Studio


    Alors il ne s’agit pas ici d’un test “labo” mais simplement d’images réalisées sur une même scène pour mettre les deux caméras en vis-à-vis et évaluer un petit peu quelles sont leurs différences de réactions et la capacité de traiter les écarts à l’étalonnage.

    Voici les réglages gardés constants sur les deux scènes :

    upload_2023-9-28_17-2-51.png

    Les caméras sont ensuite réglées à leurs différents ISO natifs.

    Je partage dans une première partie les images “brutes” (debayerisées en Log sans traitement), puis dans la partie “Science couleur - Développement” une comparaison du rendu en REC709 après conversion des espaces couleurs.



    1ere scène : LUMIÈRE BLEUE (gélatine posée sur un panneau LED)

    Inspire 3 iso Natif 1600 Ei
    Inspire 3 iso Natif 1600 Ei LUMIERE BLEUE.jpg

    FX6 iso Natif 12800 Ei
    FX6 iso Natif 12800 Ei LUMIERE BLEUE.jpg

    Inspire 3 iso natif 320 Ei
    Inspire 3 iso natif 320 Ei LUMIERE BLEUE.jpg

    FX6 iso natif 800 Ei
    FX6 iso natif 800 Ei LUMIERE BLEUE.jpg


    2ème scène : LUMIÈRE BLANCHE

    Inspire 3 iso Natif 1600 Ei
    Inspire 3 iso Natif 1600 Ei LUMIERE BLANCHE.jpg

    FX6 iso Natif 12800 Ei
    FX6_iso12800 LUMIERE BLANCHE.jpg

    Inspire 3 iso natif 320 Ei
    Inspire3-iso320 LUMIERE BLANCHE.jpg

    FX6 iso natif 800 Ei
    FX6 iso natif 800 Ei LUMIERE BLANCHE.jpg


    Globalement, la X9-Air s’en sort plutôt très bien dans sa sensibilité native, que ce soit sous un éclairage « marqué » (ici lumière bleue) ou en lumière plus classique.

    J’ai constaté un bruit pratiquement inexistant dans les Iso natifs et en augmentant dans des valeurs raisonnables.

    En tirant beaucoup sur la sensibilité c'est-à-dire au-delà des 6400 Iso le bruit commence à être très présent et complique la post-production des images sur l’Inspire. Ceci dit en vis a vis de la FX6 réglée en Iso-natif 12800 le tout est cohérent.

    Comme d’habitude entre deux caméras de marques différentes nous n’obtenons pas exactement les mêmes couleurs.
    On constate déjà sur ces images Log un color shift marqué entre nos deux protagonistes mais rien de plus marqué qu’avec une caméra d’une autre marque connue.


    Science couleurs / développement numérique.


    Pour ce que j’ai pu constater en développant mes rushs de test, il m'a été plus facile et plaisant de travailler les couleurs que sur mes précédentes expériences.
    Avec l’inspire 2 et le Cine DNG je dois toujours faire très attention au moment de l’étalonnage car on arrive vite à obtenir de mauvaises couleurs ou des blocs de pixels dans l’image.

    Inspire3_edius_LUT KODAK 2385 sur REC709.jpg Développement avec une LUT KODAK 2385 sur REC709

    Inspire3_Log_cadreur.jpg
    Inspire3_cadreurLUT KODAK K-Tone vintage sur REC709.jpg Le cadreur dans la pelouse : développement avec une LUT KODAK K-Tone vintage sur REC709

    Ici, je constate le chemin parcouru par Dji dans sa science couleurs et cela est très rassurant et facilitant surtout lorsqu’il faudra aligner la colorimétrie des rushs tournés au sol avec les rushs aériens.


    Pour finir et pour se faire une idée définitive quant au capteur de la nacelle nous en avons profité pour convertir dans un espace colorimétrique commun (conversion des ProRes RAW pour import dans Resolve + Space Color Transform) les rushs de la Sony FX6 et de l’Inspire 3 avec DaVinci Resolve.
    Cela nous à permis de confirmer un léger décalage des couleurs entre les deux caméras qui se situent dans un domaine parfaitement acceptable lorsqu’on va devoir les faire “matcher”.

    Dans les rushs basse lumière nous constatons que la FX6 propose des images plus bruitées.


    inspire 3 - 320 Ei
    capture_resolve_Inspire_iso320.jpg


    FX600 800 Ei
    capture_resolve_FX6_iso800.jpg


    Inspire 3 Lumière bleue 1600 Ei
    capture_resolve_inspire_iso1600.jpg


    FX6 Lumière bleue 12800 Ei
    capture_resolve_FX6_iso12800.jpg



    Conclusion


    Bon clairement l’Inspire 3 est une très belle montée en gamme du système drone audiovisuel professionnel de chez DJI.

    On sent que la marque, les ingénieurs ont planché sur tous les avantages que peut proposer un drone dans une production audiovisuelle : non seulement un outil pour réaliser des images aériennes mais aussi pour mettre en place des mouvements de caméra complexes même dans des environnements compliqués et enfin pour faciliter les besoins sur le plateau via des systèmes de retour, de pointage, de pilotage.

    Cet outil pourra trouver sa place grâce à son agilité et sa facilité de mise en œuvre sur des tournages professionnels ou cinéma à petit budget, sur lesquels il peut s’avérer un atout indéniable.

    Si maintenant on regarde les tournages cinéma les productions préféreront certainement embarquer une “Alexa mini” ou une “Sony Burano” sur des drones dédiés avec ou sans système RTK (;o))).



    Spécifications Techniques de L’inspire 3
    DJI Inspire 3 - Caractéristiques techniques - DJI



    Bonus :



    bcauchy a recommandé ce message

Partager cette page

► Commentaires 3

Vous ne souhaitez rien louper du Repaire ?

Dernières Occasions

 
Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous