module inscription newsletter haut de page forum mobile

Rejeter la notice

atelier etalonnage avanc 7 au 9 juin

Atelier Resolve - Etalonnage Avancé avec Forest Finbow - 7 au 9 juin
2 jours de pratique pour explorer en profondeur le travail artistique et le développement du look ! 

Canon EOS R5 C : 8K RAW illimité et fonctions vidéos pro

Canon annonce sa nouvelle caméra EOS Cinema, le R5 C, une caméra au format boîtier qui s'annonce comme un réel composite photo et vidéo professionnelles

Publié par Léa Fauchard le 19 Janvier 2022 dans News
► Commentaires 3
    Recos : 1
    Vues : 2 950
  1. Léa Fauchard
    10 ans après le lancement de la gamme EOS Cinéma, Canon enrichit sa gamme d’une nouvelle caméra, annoncée comme une réelle synthèse du monde de la photo et de la vidéo et pensée pour proposer le meilleur des deux mondes.

    Ce boîtier (ou cette caméra ?) embarque en effet toutes les caractéristiques du R5, associées aux fonctionnalités vidéo de la gamme EOS Cinema et à l’enregistrement illimité grâce à la présence d’un système de ventilation. Tout cela sur un capteur plein format, le 8K RAW en interne, un autofocus toujours plus performant, une stabilisation électronique, la monture RF…

    Alors, s’agit-il juste d’une version améliorée du R5 ? D’un R5 ventilé ? En embarquant l’ensemble des menus et fonctions de ses caméras pro dans ce nouveau boîtier, Canon crée une rupture et permet finalement à un boîtier photo-vidéo de réellement s’insérer à 100% dans les workflow professionnels et à un opérateur de passer d’une caméra EOS au R5 C sans changer ses habitudes de travail.

    Comme on le verra, il manque encore quelques atouts au R5 C pour répondre à 100% des attentes en vidéo, notamment liés à son format de boîtier compact (mais avec des solutions).

    R5.png

    L’ERGONOMIE


    Pour articuler les deux modes photo et vidéo, tout repose désormais sur le bouton d’allumage. En effet, il présente deux options, photo ou vidéo, et ce choix déterminera les possibilités du boîtier. Le firmware sélectionné lors de l’allumage modifie notamment les interfaces de menus qui seront alternativement celles du R5 (système photo EOS R) ou de la C70 (interface vidéo EOS Cinema) en fonction du mode sélectionné.

    bouton mode.jpg

    Ce fonctionnement présente l’avantage de pouvoir profiter pleinement de toutes les fonctionnalités adaptées à la photo ou à la vidéo, sans subir des menus et un on-screen display surchargés.

    Cependant cela implique l’impossibilité de passer rapidement de la photo à la vidéo et inversement. Ce passage nécessitera à chaque fois d’éteindre l’appareil et de le rallumer et fera donc perdre quelques secondes, qui peuvent s’avérer cruciales aux photographes qui souhaitent saisir à la volée un moment en vidéo..

    Malgré un format plus imposant, notamment en profondeur, le boîtier reste compact et léger. Alors que le R5 fait 138,5 × 97,5 × 88 mm pour 650g, le R5 C mesure 142 x 101 x 111 mm pour 680g. Il est constitué d’un alliage de magnésium et résiste à la poussière et aux intempéries.

    EOS R5.jpg 01_01_D218_Front[1].jpg.png

    Réelle différence par rapport à l’EOS R5 : un ventilateur interne pour éviter la surchauffe du boîtier. Cet ajout permet une première évolution importante, il n’y a plus de limitation de durée d’enregistrement en vidéo !

    R5 côté.jpg EOS R5 C_LEFT SIDE 02.png

    Nécessairement, la présence d’un ventilateur pourra générer un bruit de fonctionnement supérieur.

    Comme le R5, le Canon EOS R5 C accueille une monture RF, une monture au tirage court qui permet d’accueillir quasiment tous les objectifs via un adaptateur. De plus en plus de marques, dont Canon, se servent de cet espace vide pour intégrer à leur bague d’adaptation des filtres ND.

    L’écran LCD rotatif et tactile, permet de naviguer dans les menus de la caméra. Il mesure 8,1 cm avec 2,1 millions de points, il est donc identique à celui de l’EOS R5.
    Le viseur OLED est toujours présent : un point positif pour certains qui le regrettaient sur la C70. Ce viseur haute résolution de 1,27 cm possède 5,76 millions de points est identique à celui du R5.

    écran.png

    Nouveauté issue de l’univers EOS Cinema, les 13 boutons assignables sont maintenant numérotés pour permettre de s’y retrouver plus facilement parmi les 80 fonctions différentes assignables dans le menu du mode vidéo.

    En mode photo, les utilisateurs habitués aux symboles sur les touches du R5 devraient cependant pouvoir s’y retrouver facilement puisqu'au-delà de l’ajout des ces petits numéros, ils restent identiques.

    boutons numérotés.jpg menus boutons assiganbles.jpg

    DES CAPACITÉS PHOTO IDENTIQUES AU R5


    Dans son mode photo, le Canon EOS R5 C reprend les capacités du R5, avec une résolution photo maximale de 45MP.

    Il capture les images en RAW, C-RAW, HEIF ou JPEG, jusqu’à 20 i/s en obturation électronique et 12 i/s en obturation mécanique.
    Les fichiers HEIF enregistrent des images HDR 10 bits (format HDR PQ).

    Bien entendu, l’AF Dual Pixel II est toujours disponible, incluant la détection de l'œil, d’animaux, de véhicules etc…

    Seule perte dans ce mode photo, la stabilisation IBIS sur 5 axes n’est plus possible, l'utilisateur devra donc se tourner vers des optiques stabilisées.


    VIDEO FULL FRAME JUSQU’EN 8K 60p


    Le R5 C hérite donc du capteur full frame 8K du R5 de 45 millions de pixels et d'une dynamique annoncée de 14 diaphs.

    Pour en savoir plus sur les capacités de ce capteur, nous vous invitons à consulter notre Testbox du Canon EOS R5 qui évalue et compare la définition, la sensibilité et la dynamique du boîtier.

    capteur.jpg

    La caméra enregistre du 8K 30p en interne en RAW ou en HEVC, et peut aller jusqu’au 8K 60p si on lui ajoute une alimentation externe.
    Sans alimentation, l’enregistrement et les menus sont toujours fonctionnels mais la caméra désactive automatiquement les fonctionnalités liées aux optiques RF. Il sera donc possible d’enregistrer, mais avec une optique RF il ne sera plus possible de régler l’ouverture, d’utiliser l’autofocus ou encore la stabilisation.
    Lors d’un tournage avec des optiques manuelles (par exemple des optiques en monture PL), l’utilisateur pourra atteindre le 8K 60p en alimentation interne sans que cela n’impacte le fonctionnement de la caméra.

    Pour faciliter la compréhension de l’utilisateur, Canon a implémenté au sein des menus du R5 C, une page qui précise l’alimentation nécessaire en fonction du mode d’enregistrement sélectionné, ou à l’inverse les formats d'enregistrements possibles en fonction de l’optique et de l’alimentation actuelle.

    Le R5 C propose cinq codecs d’enregistrement : le RAW 12 bits, le XF-AVC 4:2:2 10 bits Intra-frame ou Long GOP, le mp4 HEVC 4:2:2 et 4:2:0 10 bits, le mp4 H.264 4:2:0 8 bits et le XF-AVC 4:2:0 8 bit pour les enregistrements en proxy.
    tableau formats codecs.jpg
    En 4K, le R5 C propose du 4:2:2 10 bits, jusqu’au 120p, et utilise le même système de sur-échantillonnage que le R5 à partir de l’image 8K.

    En slow-motion, les fichiers sont conformés dans la caméra, la caméra a cependant la possibilité d'enregistrer le son dans un fichier séparé sur le deuxième slot et l’AF est toujours disponible, une nouveauté intéressante par rapport à la C70. La caméra n’effectue pas non plus de crop dans l’image.

    La caméra propose trois modes, le Full Frame, le Super35 et le Super16, ce qui offre à l'utilisateur un large choix d’optiques et d’usages. Ces trois modes sont disponibles pour tous les formats et toutes les résolutions, avec donc un crop correspondant à la clé.

    LE CANON LOG3 ET LES “FICHIERS LOOK”


    La caméra propose l’enregistrement en Canon Log3 et les espaces couleur Cinema Gamut, BT.709 et BT.2020 (HLG ou PQ).

    On regrette que Canon n’ait pas fait le choix d’intégrer le C-Log2, pourtant disponible dans la C70, qui permet de profiter d’une plus grande dynamique, même s’il peut s’avérer plus difficile à exposer. Le C-Log2 sera néanmoins toujours accessible en post-production, lors de la debayerisation du RAW.

    En C-Log3 à ISO 800, la marque annonce une dynamique de 14 diaphs. En comparaison, lors de notre Testbox du Canon EOS R5, nous avons mesuré une dynamique réelle de 12 diaphs en C-Log 3 à ISO 800, contre 13 diaphs atteignable grâce au RAW C-Log2.

    Comme pour la C70, le R5 C propose l’utilisation de “fichiers Look”, qui permettent d’appliquer un étalonnage à l’image et d’enregistrer cette image ainsi modifiée.
    Ces fichiers Looks sont à ne pas confondre avec les LUTs de monitoring utilisées pour juger de son image lors du tournage en Log (et qui ne sont donc pas appliquées au signal lors de l’enregistrement).
    Le R5 C est doté d’une Lut de monitoring REC709 mais il n’est pas possible de charger des Luts custom pour monitorer le Log avec un étalonnage ou un affichage spécifique.
    La fonction de “fichiers Look” sera donc utilisée essentiellement pour faciliter les raccords caméra lors des tournages live multi-cam.

    ENFIN PLUSIEURS NIVEAUX DE COMPRESSION DU RAW !


    Grande nouveauté chez Canon, la R5 C propose trois niveaux de compression pour le Cinema RAW Light 12 bits : HQ (High Quality), ST (Standard) et LT (Light Recording). A noter, le RAW HQ n’est pas disponible en mode Full Frame.

    menus.jpg

    capture débit.JPG
    En comparaison, la C200 proposait un débit de 1Gbps en 4K 25p 12 bits, soit un débit environ 2 fois supérieur au RAW ST, et 20% supérieur au RAW HQ.
    Le débit du RAW ST du R5 C serait équivalent au débit du RAW Light du R5 (1,7 Gbps).

    L’ajout d’un enregistreur externe Atomos, via la prise mini-HDMI, permet l’enregistrement des images en ProRes RAW jusqu’en 8K 60p.

    En parallèle, la caméra peut enregistrer un proxy mp4 ou XF-AVC sur la carte SD interne. Cependant, lorsque la caméra enregistre en Cinema RAW Light, le processeur ne permet pas d’enregistrer du RAW en externe et inversement.

    L’enregistrement du Cinema RAW Light nécessitant un support d’enregistrement assez puissant, le R5 C possède 2 logements de carte :
    • CF Express de Type B nécessaire pour les débits du Cinema RAW Light
    • Carte SD classique pouvant enregistrer le XF-AVC ou le mp4
    card slots.png
    Ce double slot permet à la caméra d'exploiter différents modes d'enregistrement : proxy, simultané, mode relais, pre-recording et interval recording.


    LA STABILISATION ÉLECTRONIQUE ET AF DUAL PIXEL


    La stabilisation électronique sur 5 axes en vidéo est la même que celle proposée par la C70. En fonction de l’optique utilisée, la caméra ajuste sa stabilisation.
    Avec des objectifs EF, par exemple, elle va stabiliser uniquement les axes sur lesquels ne travaille pas déjà l’optique de façon mécanique.

    Avec les objectifs RF, l’échange permanent des données permet à la caméra de choisir le mode de stabilisation qui va lui sembler le plus efficace (stabilisation électronique de la caméra ou stabilisation de l’objectif) selon la focale utilisée, la fréquence d’images, etc…

    La stabilisation électronique entraîne un léger crop dans l’image (de l’ordre de 10%).

    En mode vidéo, le R5 C embarque le système autofocus Dual Pixel de 1ère génération (identique à celui de la C70). Pour rappel, l’AF Dual Pixel est un autofocus à corrélation de phase, qui utilise donc la différence de signal entre deux images captées simultanément sur plusieurs pixels du capteur pour déterminer la zone de netteté.
    Un système de mise au point qui se veut plus rapide et précis. La version II comporte la détection de l'œil (humain ou animal) et le suivi de véhicules et d’objets.

    Le R5 C est également compatible avec EOS iTR AFX, qui permet notamment un suivi de la tête même lorsque le personnage se retrouve de dos, ce qui évite le phénomène de pompage. La vitesse et la réactivité de l’autofocus se règlent par palier.

    En mode de mise au point manuelle, la caméra bénéfice toujours du système de guides de mise au point.

    Nouveau mode, sélection du "Base ISO"


    Nouveauté dans le monde Canon, l’EOS R5-C propose à l'utilisateur de sélectionner lui-même son "Base ISO" en fonction de son contexte de tournage.

    Trois options sont disponibles :
    • Automatique : le boîtier réalise ce choix lui-même en fonction de l’environnement lumineux (ce qui existe actuellement sur le R5)
    • Mode faible sensibilité : base ISO 800 en Canon Log 3 ou en RAW
    • Mode haute sensibilité : base ISO 3200 en Canon Log 3 ou en RAW.
    Un nouveau système qui questionne, puisque jusqu’à présent Canon proposait dans ses caméras EOS Cinema un système ISO spécifique basé sur une amplification analogique du signal à chaque pallier d’ISO, permettant d’optimiser le rapport signal bruit et de maintenir la plage dynamique lors d’une montée d’ISO.

    Sur le R5 C on ne sait pas précisément si ce fonctionnement a disparu ou s'il est simplement combiné à un autre procédé.

    Il faudra attendre un passage à la Testbox pour en avoir le cœur net. Il nous a notamment été indiqué qu’une fois la “Base ISO” sélectionnée, il serait possible de monter ou descendre dans les ISO avec pour effet de déplacer la plage dynamique disponible (déplacement vers les hautes lumières en montant les ISO, et inversement).
    Un mode de fonctionnement habituel pour les utilisateurs de caméras cinéma RED ou ARRI mais qui risque d’être un peu déroutant pour les utilisateurs habitués aux boîtiers Canon depuis plusieurs années.

    Finalement, cette fonction reste très hypothétique et il faudra attendre les premiers tests pour savoir ce qu’elle vaut réellement.

    LES FONCTIONS D’UNE CAMÉRA PROFESSIONNELLE


    En mode vidéo, l’EOS R5 C propose l’ensemble des fonctionnalités vidéos disponibles dans les caméras professionnelles Canon comme la C70 et la XF605.

    Comme mentionné plus tôt, le R5 C propose l’enregistrement en relais, simultané ou encore de proxy.

    Côté profils d’image, le boîtier propose notamment le WideDR, (tandis que le R5 s’en tient au Rec709 standard), peut s’intégrer à un workflow HDR avec le PQ et HLG et intègre les fonctions de Custom Pictures (réglages gamma, color matrix, knee, etc.).

    La présence des fréquences d’images spécifiques comme le 50i permettra à la caméra de s’adapter à certaines situations de tournage live / broadcast. L’entrée/sortie Timecode pourra s’avérer également utile pour les tournages multicam.

    Les fonctions vidéo telles que la balance des blancs, le shutter, les modes auto bénéficient de la richesse fonctionnelle des caméras EOS Cinema pour une utilisation plus simplifiée et précise.

    Tous les outils avancés de monitoring (waveform, peaking, magnify, focus guide et marqueurs) sont disponibles à l’instar de la C70, permettant un meilleur contrôle de son image.

    autofocus.jpg
    Le R5 C dispose d'un mode anamorphique avec option de desqueeze x2, x1.8 et x1.3.

    Le Tally, petite lumière rouge qui s’allume lorsque la caméra enregistre, fait son apparition.

    Finalement, en ajoutant au R5 C l’intégralité du menu des caméras Canon EOS Cinema, Canon offre la possibilité de l’intégrer sans limitation aux configurations de captation, live, streaming, multicam.

    Il permet également à un opérateur vidéo professionnel habitué aux fonctionnements des caméras professionnelles Canon (ou autre d'ailleurs) de s’y retrouver facilement, et de ne pas avoir à s’adapter aux limitations souvent présentes des fonctionnalités vidéos des boîtiers photo.

    LES LIMITATIONS D’UN BOÎTIER


    Bien qu’il adopte les fonctionnalités vidéo de la C70, le R5 C présente plusieurs manques liés à son format “boîtier photo” pour répondre à l'ensemble des attentes en vidéo.

    Tout d’abord, contrairement à la C70, le R5 C ne possède pas de filtres ND ni de connecteurs XLR intégrés, il faudra donc y ajouter des accessoires supplémentaires.

    En termes d'autonomie, le R5 C est pénalisé par la capacité des batteries et sa consommation d'énegie. Le R5 est moins énergivore et donc bénéficie d’une autonomie plus longue avec les mêmes batteries (LP-E6NH). La C70, quant à elle, pour compenser son importante demande en énergie, utilise des batteries plus grosses, BPA-30 ou BPA-60, permettant d’atteindre une autonomie plus longue (environ 3 heures de tournage).

    Le R5 C se trouve donc être la caméra la moins autonome des trois avec 50 minutes sur batterie lorsqu’elle enregistre du 8K RAW 25p et 35 minutes seulement en 4K 50p. Il est toutefois possible d’ajouter au R5 C un grip (BG-R10), comportant deux batteries et donc une autonomie trois fois plus longue (environ 1h30), vendu au prix de 399,99€.

    grip batterie.png
    L’alimentation sur secteur peut s’effectuer via la prise USB-C du boîtier (câble USB PD-E1) ou via un coupleur secteur DR-E6C. Ce “coupleur” prend finalement la forme d’une batterie factice d’où sort un câble, il est également compatible avec le transmetteur Wi-Fi WFT-R10.
    coupleur DR-E6C.jpg
    Autre point négatif, la sortie vidéo du R5 C est une prise mini-HDMI, une connectique assez fragile en comparaison du port SDI et même du HDMI Type A de la C70.

    Toutefois, Canon fournit dans le kit un système de protection plutôt ingénieux qui se visse sur le boîtier pour maintenir les câbles HDMI et USB-C en place et éviter qu’ils ne se décrochent ou s’abîment.

    système protection.jpg
    Le port mini-HDMI apporte une sortie RAW 12 bits à la caméra et permet ainsi l’enregistrement du ProRes RAW sur un enregistreur externe Atomos.

    AUDIO


    Comme mentionné précédemment, le R5 C ne possède pas d’entrée XLR. Cependant, sa griffe intelligente multi-fonctions, introduite sur le boîtier EOS R3 et la caméra XF-605, permet d’alimenter et de communiquer avec un accessoire d’enregistrement audio, et d'acquérir ainsi directement le signal audio numérique dans le boîtier.

    L’adaptateur XLR Tascam, CA-XLR2d représente une option disponibles, il faudra donc compter 640€ pour doter l’EOS R5 C de deux entrées XLR et ajouter 341g à la configuration.
    tascam.png

    FONCTIONS RÉSEAUX


    Le R5 C propose du Wi-Fi en interne mais uniquement pour le mode photo. En mode vidéo, il nécessite l’ajout du transmetteur WFT-R10 et deux batteries, une pour l’appareil et une pour l’alimentation du transmetteur. Cet accessoire supplémentaire n’était pas nécessaire sur le R5 et ajoute un coût non négligeable de 1 149,99€ à la configuration.
    transmetteur wifi.jpg
    L’application Content Transfer Mobile permet le transfert d’images et de métadonnées mais n’est toujours compatible qu’avec les produits Apple.

    La commande à distance peut s’effectuer via un navigateur web classique, sur une tablette ou un ordinateur. Il suffit d’entrer l’adresse IP de la caméra sur le Browser Remote pour piloter à distance la caméra depuis n’importe quelle tablette ou PC. Cette fonctionnalité nécessite une connexion wi-fi donc l'ajout du transmetteur WFT-R10.

    navigateur web.jpg

    SYNTHESE CONNECTIQUES


    • Prise mini-HDMI
    • Prise entrée/sortie Timecode
    • Entrée micro externe (jack) et prise casque
    • Prise synchro
    • Connecteur USB-C
    • Griffe intelligente multi-fonctions
    • 2 logements cartes : CFexpress de Type B et carte SD

    COMPARATIF FONCTIONS EOS R5 / R5 C / C70


    Pour vous permettre de comparer les fonctions et caractéristiques des 3 appareils, voici un tableau comparatif EOS R5 / EOS R5 C / EOS C70 :
    tablerau comparatif.jpg



    Tarif et disponibilités



    Le kit standard comprend :
    • Une batterie LP-E6NH
    • Un chargeur batterie
    • Un câble de chargement USB-C
    • Un système de protection pour les connectiques (HDMI et USB-C)
    kit.png

    L’EOS R5 C sera commercialisé au prix de 4999,99€ et se place ainsi pile entre l’EOS R5 (4500€) et la C70 (5200€). Les ventes débuteront en mars 2022.

    CONCLUSION


    Pour un usage essentiellement en photographie et occasionnel ou complémentaire en vidéo, l’EOS R5 C ne représentera probablement pas un gros apport par rapport au R5, plus silencieux et plus compact, qui bénéficie de la stabilisation capteur, et propose une meilleure réactivité entre le mode photo et le mode vidéo.

    En usage principalement vidéo, l’EOS R5 C représente une option très sérieuse si la 8K et le plein format font partie des critères incontournables. Ce sera au prix des filtres ND, des entrées XLR et du C-Log2 qui restent le privilège de la C70, qui bénéficie également d’une dynamique plus importante avec son capteur DGO.

    Finalement, le Canon EOS R5 C propose un excellent compromis pour un usage mixte photo / vidéo : fonctions photo avancées et vidéo professionnelles, léger, compact, 8K/30p et 4K/120p illimitées, mode Super35, RAW en interne avec différents niveaux de compression, le Log, un autofocus très performant, la stabilisation électronique, la présence d’un viseur.

    Il faudra anticiper un budget d’accessoirisation (non négligeable) pour compléter la configuration dans certaines situations.


    La fusion des systèmes EOS C et EOS R offre des fonctionnalités photo et vidéo intéressantes, tout en permettant une grande diversité d’usage.
    Finalement le R5 C est l’une des premières caméras/boîtiers du marché à se positionner réellement à la croisée des deux mondes, avec encore quelques manques pour répondre à toutes les situations mais proposant des options d’accessoirisation permettant de s'y adapter.
    homero a recommandé ce message

Partager cette page

► Commentaires 3

Vous ne souhaitez rien louper du Repaire ?

Dernières occasions

 

Dernières Occasions

 
Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous