module inscription newsletter haut de page forum mobile

Sony annonce la Burano !

Sony vient d'annoncer la sortie d'une nouvelle caméra de sa gamme CineLine, venant combler le gap entre la Venice et la FX9

Publié par Forest Finbow le 12 Septembre 2023 dans News
► Commentaires 1
    Recos : 4
    Vues : 5 409
  1. Forest Finbow
    Sony vient d’annoncer le lancement d’une nouvelle caméra : la Sony Burano.

    BURANO-Large.jpeg

    Petite sœur de la Venice ou (très) grande sœur des FX6/9, elle vient combler un trou important dans la gamme des caméras CineAlta et on a envie de dire, il était temps !

    En effet, bien que les petites Sony FX3 et FX6 ou même la FX9 soient de fabuleuses caméras très prisées par la profession, il leur manque quand même de sérieuses options pour faire partie de la gamme des CineAltas, c’est à dire les caméras à destination de la fabrication des films de cinéma chez Sony.

    Les principales à mon humble avis étant : La monture PL native, le gamut couleurs ultra large (F65, F55 et Venice uniquement) et l’enregistrement raw en interne. On pourra peut-être aussi rajouter la robustesse, particulièrement du côté viseur…

    Évidemment les chef opérateurs n’ont jamais attendu qu’un fabricant appose un logo “Cinequelquechose” sur une caméra pour faire du cinéma avec et on a vu quelques productions faire le choix des petites caméras, particulièrement dans le cinéma documentaire, mais force est de constater que ce sont plutôt les exceptions. La vaste majorité des productions cinéma ayant plutôt l’habitude de choisir les caméras conçues pour ce segment. Ce n’est presque pas la peine de les présenter, la liste est relativement courte : On trouve chez Arri les Alexas et Alexa minis, chez Red Les Raptor XL et Raptor (ex Ranger/DSMC) et Sony qui n’avait que la Venice, pas de modèle compact.

    Voilà qui semble donc réparé, Sony a enfin une Venice compacte à proposer aux équipes de tournages, elle s’appellera la Burano, d’une nom d’une petite île très colorée près de Venise.

    image1.jpg image2.jpg
    photos : http://venise-tourisme.com


    Bon, évidemment le nom du produit ce n’est que du marketing mais franchement ça fait du bien de découvrir qu’elle ne s’appellera pas “PXW-FX690-mII” ou quelque chose dans le genre et j'apprécie que de toutes les îles de Venise ils aient choisi la plus colorée, en référence j’espère aux capacités exceptionnelles des capteurs Ciné Sony côté gamut.


    Une “mini” Venice ?

    Si on prend en exemple les autres fabricants caméra, dans le couple caméra et caméra compacte (pensez Alexa et Alexa mini pour faire simple) on peut accepter certaines différences entre la “grande” et la “petite”, c’est probablement des compromis inévitables. Peut être la petite a des capacités moindres en vitesse, peut-être elle a moins de sorties vidéos ou moins d’écrans et moins de boutons, mais il y a un point qui n’est pas négociable : il faut qu’elles produisent toutes les deux le même “négatif” dans les mêmes circonstances. Dans le monde numérique moderne ça se traduit généralement par “il faut qu’elles aient le même capteur”. C’est ce critère qui fait que la FX6 n’est pas une Venice mini. Son capteur n’a pas le même nombre de photosites ni les mêmes ISO et par voie de conséquence pas le même grain d’image. Plus important probablement, les pigments qui séparent les couleurs du filtre de Bayer ne sont pas les mêmes, se traduisant par un système plus sensible mais doté d’un gamut plus petit. Bref, l’image et les couleurs sont subtilement différentes et c’est exactement ce qu’on essaye d’éviter autant que possible dans un setup de fiction.

    La Burano semble beaucoup plus être dans le rôle : Le capteur présente manifestement les mêmes caractéristiques de base que celui de la Venice 2 :
    • 8.6 K Full Frame
    • 16 diaphs de dynamique
    • Dual ISO 800/3200
    • Spécifications couleur identique à la Venice 2

    Et la caméra annonce pouvoir enregistrer en interne en XOCN LT sur les cartes mémoires CF express type B ce qui produira donc en théorie un négatif identique à celui produit par une Venice 2.


    Caractéristiques principales
    • Capteur 8.6K 17:9
    • Monture E et monture PL native identique à la Venice (avec Cooke /i lens data)
    • Capteur stabilisé IBIS (compatible monture E et PL)
    • ND variable 0.6 - 2.1 interne (1/4 à 1/128)
    • AF détection de phase avec tracking oeil/visage/humain machine learning (monture E)
    • ISO 800/3200
    • 8K 30ips, 6K 60ips, 4K 120ips
    • Compact et léger (corps caméra inférieur à 3 Kg)
    • Desqueeze anamorphique 1.3x et 2.0x
    • Interfaces variées : WIFI, HDMI, 12G SDI, 3G SDI, TC IN/OUT, GEN LOCK etc.
    • Monture batterie en V-Lock
    • 2 Slots CF-Express type B
    • Nouveau viseur tactile avec joystick plus interface 6 boutons
    • XOCN-LT (jusqu’à 8K) ou XAVC-H (jusqu’à 8K en H.265) ou XAVC-I (jusqu’à 4K en H.264)

    image5.png


    Prise en main


    Ergonomie

    On a vraiment l’impression d’être en face de la mini Venice qu’on attendait depuis longtemps. Le corps caméra est fait des mêmes matériaux que sa grande sœur, le viseur est monté avec un rail OTAN ce qui le rend beaucoup plus robuste que les systèmes plastique des caméras FX et les 6 boutons maintenant traditionnels autour de l’écran sont très bienvenus pour régler la caméra sans devoir plonger dans les menus.

    Côté poids, elle est vraiment plus légère que la Venice, c’est très comparable à l’Alexa Mini chez Arri, mais pour ceux qui sont habituées à la Sony FX3 ou à la Red Komodo vous allez quand même vous demander pourquoi est-ce que tout le monde dit qu’elle est compacte et légère. Retenez que c’est comparé à une Alexa ou à une Venice.

    La caméra est vraiment orientée opération à une seule personne. Tous les contrôles caméra sont du côté opérateur et on en retrouve beaucoup sur le viseur lui-même comme c’est le cas sur l’Alexa mini. Le capteur stabilisé IBIS compatible autofocus va lui aussi dans la direction des configurations type “run and gun”.


    Viseur

    Le viseur se connecte à la caméra via la prise CBK des caméras FX6/9. Il a plusieurs points de montages bien robustes dont un du côté opposé de la caméra lui conférant alors le rôle de moniteur pour l’assistant ce qui sera très bienvenu pour les configurations en équipe mais il faudra alors rajouter un viseur HDMI/SDI supplémentaire pour l’opérateur.

    Dès qu’on l’allume, on a l’image du viseur de la Venice et ça fait du bien là aussi, l’image n’est pas recouverte d’une foule de displays techniques. Ces derniers sont en dehors de l’image tout autour. Sur les sorties vidéo par contre, il semblerait que le software utilisé soit celui des caméras FX. Il n’y a pas de framelines custom pour la mise en scène et si les displays sont activés, ils recouvrent une partie de l’image comme sur la FX9.

    Burano-devant-viseur.png

    Les six boutons qui accompagnent l’écran avec un bouton “HOME” vous seront familiers si vous avez utilisé une caméra de cinéma ces quatorze dernières années mais contrairement à la roulette présente sur les Alexa Mini, ici Sony nous a kitté un petit joystick. En vrai c’est probablement mieux puisque l’on peut naviguer horizontalement et verticalement dans les menus mais je dois avouer que mes doigts sont sacrément habitués à la roulette et je me suis retrouvé à préférer la roulette présente sur le corps caméra.

    Burano-ecran.jpg

    Le tout est robuste comme je le disais plus haut mais reste sur le principe fondamental que c’est un viseur LCD avec une loupe qu’on peut superposer dessus pour viser. Le design est différent de ce qu’il y a sur les FX6/9, l’écran est sur le côté et la loupe comporte un miroir optique à 45 degrés et la charnière est propre et solide mais il faudra toujours soulever la loupe pour accéder aux fonctions tactiles et à l'interface 6 boutons.


    Des nouveaux Looks
    Comme toute bonne caméra de cinéma, la Burano permet d’appliquer des LUT sur ses sorties viseur et vidéo. On peut travailler en amont des LUT pour n’importe quel espace de couleur standard mais évidemment pour les productions qui ne sont pas passées par cette étape de pré-production, il y a la LUT intégrée du fabricant dans la caméra.

    Ce qui est nouveau sur la Burano c’est qu’en plus de la s709 qui nous vient de la Venice et de la vieille Rec709_800% qui vient de la F55, ils nous ont concocté quatre looks supplémentaires pour permettre aux chef opérateurs de donner un début de look de post-production. Au menu un look CHAUD, un FROID, un VINTAGE et un TEAL AND ORANGE si prisé en fiction (surtout chez nos amis les américains).

    Les looks ne sont pas particulièrement subtils, je dirais même qu’ils sont plutôt francs mais c’est pas plus mal. La prévisualisation sur le plateau c’est pour implémenter des intentions. Les LUT seront écrites en métadonnées sur les cartes et serviront probablement plus de moyen de communication avec la post-production que comme point de départ à l’étalonnage.

    Audio

    Il n’y a que deux entrées audio XLR en analogique uniquement. Pas de 4 pistes AES comme sur la Venice, mais la poignée supérieure de la FX9 est annoncée comme accessoire optionnel compatible avec la caméra pour ceux qui désirent avoir accès à l’interface MI-Shoe, ce qui permet de rajouter deux pistes audio sans fil via les émetteurs récepteurs Sony.


    Capteur

    Bien qu’il produise la même image que la Venice dans la plupart des modes, le capteur n’est pas exactement le même. D’une part il intègre toute cette histoire d’autofocus et de stabilisation capteur ce qui fait que forcément ce n’est pas la même puce, mais il y a aussi des différences qui méritent qu’on s’arrête dessus.

    Burano-capteur.jpg

    Bien qu’il soit physiquement au rapport 3:2 Full Frame, seule la zone 16:9 est calibrée et opérationnelle, il n’y a pas de mode Open Gate 3:2 et donc pas d’anamorphose FF 1.8x disponible. Du reste, il n’y a pas vraiment de mode capteur anamorphique 6:5 ou 4:3. La caméra peut certes désanamorphoser dans le viseur et les sorties vidéo mais il faudra néanmoins enregistrer toute la zone 17:9, au moins jusqu’à ce qu’une alternative soit ajoutée via une mise à jour du firmware.

    Un mode qui a attiré mon attention avec beaucoup d’intérêt c’est le mode FFcrop 6K. Il n’y a jamais vraiment eu quelque chose d’équivalent dans les caméras de cinéma. Vous vous souvenez peut être qu’avec la Venice 2 ou peut choisir entre deux capteurs : un 8K et un 6K. Les deux sont Full Frame, ils ont donc une taille physique équivalente mais évidemment l’un génère deux fois plus de data que l’autre. Sur la Burano il n’y a qu’une seule option de capteur physique, le modèle 8K, mais Sony semble avoir brillamment réussi à proposer un mode 6K Full Frame en software. L’algorithme utilisé est secret mais dans les faits on se retrouve avec un 6K RAW Bayer physiquement prélevé sur quasiment toute la surface du capteur. En vrai c’est un poil moins grand que le mode 8.6 K mais le crop est presque indiscernable à l'œil nu, en tout cas il n’a rien à voir avec un crop classique 8K vers 6K

    image4.png

    Pour le fabricant c’est une manière de proposer un mode Full Frame qui supporte le 60 images mais pour nous c’est aussi une manière de travailler en générant moins de data.


    Autofocus

    Le système sous-jacent à l’auto-focus est le même que celui qu’on trouve sur les séries FX mais son implémentation en software a été améliorée : En plus de détecter les yeux et les visages comme le faisaient les précédents modèles, la caméra est capable de détecter le squelette de l’humain qui porte ce visage via du machine learning ce qui permet donc à l’autofocus de rester verrouillé sur une personne même quand elle tourne la tête.

    Burano-gauche.jpeg

    IBIS : Stabilisation mécanique du capteur

    Une des plus grandes nouveautés de la Burano c’est l’apparition d’un système de stabilisation intégré au corps caméra. Il dispose deux déclinaisons :
    • Stabilisation 5 axes pour les optiques en monture E avec les modes Normal et Active, ce dernier ajoutant du crop pour encore renforcer la stabilisation
    • PL stabilisation mode pour les optiques en monture PL
    Filtre ND variable.

    Physiquement c’est le même filtre que sur les FX6/9 mais il y a des petites améliorations software que j’apprécie tout particulièrement.

    Premièrement, exit la nomenclature en lumière linéaire : 1/4 à 1/128, bienvenue à la nomenclature utilisée dans le cinéma : ND .6 à ND 2.1 Je sais que c’est du chipotage cosmétique, ça ne change rien à la fonctionnalité mais dès fois les petites choses vous savez…

    Plus important en ce qui me concerne, si le mode variable existe toujours, le mode PRESET a été supprimé au profit du mode STEP qui est le mode de la Venice où chaque appui sur un boutons ND + ou - passe un diaph entier bien rond.

    Burano-droit.jpeg


    Une nouvelle poignée grip

    Bien qu’elle ne fasse pas partie du kit, Sony vend en option une nouvelle poignée de contrôle : la GP-VR100. Elle fait beaucoup penser à la poignée de la FX9 mais elle ajoute un levier de déverrouillage rapide ce qui évitera de devoir dévisser la poignée pour poser la caméra sur une table ou dans un sac. Le protocole de contrôle passe par une prise mini jack 3.5, ainsi si vous avez une FX6 avec la semelle VCT-FSA5, cette poignée est aussi compatible.

    27_SELC1635G-Mid_s.jpg

    Pour les autres systèmes de contrôles, une prise LANC 2.5 est disponible ce qui va probablement se montrer très utile cf. le point suivant.


    Pas de prise énergie 12/24V

    Contrairement à la Venice 2, il n’y a pas de prises d'énergie sur la caméra, ni en 24V, ni en 12V. Pas de Hirose 4, pas de Lemo 2, pas de Fisher RS3, pas de D-TAP, rien. Il faudra donc probablement accessoiriser la caméra d’un système de distribution d’énergie depuis la batterie. En soi ça se fait bien on a l’habitude, mais pour lancer le moteur il faudra bricoler une interface avec la prise LANC ou avec la prise RJ45 parce que sans prise RS3 ou Hirose 4, la commande de point n’aura pas d’autre moyen de lancer l’enregistrement. Il faudra probablement que les loueurs fournissent un câble spécial Burano mais comme c’est pareil avec la FX6 il se peut que des solutions existent déjà.

    Burano-connectiquies.jpg

    Cartes et Codecs

    J’en ai parlé plus haut, elle fait du raw mais uniquement dans sa variante XOCN-LT. Il faudra donc rester sur une Venice si vous voulez travailler en ST ou en XT. Si par contre vous préférez travailler en Vidéo, alors cette caméra a une surprise de taille : elle peut enregistrer un signal XAVC-H 8K en 422 10 bits.

    C’est une déclinaison HEVC (H.265) qui permet des débits réduits de moitié par rapport à l’AVC (H.264) et des résolutions supérieures allant donc jusqu'à 8K. Elle fera aussi de l’XAVC-I classique en 4K 422 10 bits mais elle ne propose pas d’Apple ProRes.

    Tous les formats d’enregistrement se font en natif sur les cartes mémoires internes au format CF-Express type B. Si vous ne les connaissez pas, c’est le standard qui succède aux cartes XQD et elles peuvent d’ailleurs être lues avec un lecteur XQD. Bien qu’elles aient le même facteur de forme, les CF-Express type B sont beaucoup plus rapides que les anciennes XQD, tellement que Sony a avalisé leur utilisation pour enregistrer du RAW en interne ce qui est une heureuse première.

    Par voie de conséquence peut-être, il n’y a pas de sortie raw sur SDI ou HDMI, vous serez obligé d’avoir du raw 16 bits linéaires qui rentre natif sans conversion dans DaVinci Resolve, désolé ! (si vous n’avez pas compris cette blague c’est que vous n’avez pas encore essayé d’enregistrer du raw avec une FX6 et un enregistreur Atomos pour découvrir que non seulement le ProRes raw est dégradé en 12 bits, mais qu’en plus il faut le reconvertir encore en post production pour le rentrer dans DaVinci !)


    Conclusion
    On n’a pas encore pu la passer au laboratoire donc je vais réserver mon avis sur ce qui est qualité d’image et tout ça mais mon instinct me dit que normalement, sauf si on découvre un loup très malheureux, ça devrait le faire. Tout ce que j’ai vu semblait identique à la Venice côté image.

    Les chef-ops qui voulaient une mini Venice, vous l’avez ! Faudra peut-être trouver un deuxième viseur pour que votre assistant puisse s'arroger l’écran tactile de son côté mais c’est très faisable.

    Et vous les filmmakers qui voulez monter sur du haut de gamme sans changer votre façon de tourner en run and gun, pareil, il y a moyen de se faire plaisir en 8.6K raw stabilisé et autofocus avec le ND automatique et tout. Mettez moi ça sur des drones et dans des configs de ouf ! pas de BNC vers un enregistreur externe, pas de multiples batteries et de bras magiques qui se pètent la gueule, vous l’avez votre machine de rêve !

    Bon un petit détail dont on a pas vraiment parlé encore… le prix. Il se peut, si mes renseignements sont exacts, on parle d’une caméra qui sera au moins au lancement dans les 25 000 balles.

    Moi j’ai quelques frustrations côté sorties vidéo au niveau de la flexibilité des LUT et des frame lines et tout ça mais il faut aussi que je me rappelle que ce n’est pas une Venice avec ses 4 sorties 12G SDI qu’on peut configurer comme on veut, c’est la petite Burano, elle est là pour se glisser justement là où on ne voudra pas brancher de câbles !

    EDIT : Le prix définitif a été annoncé à 25 000€ HT, premières livraisons au printemps 2024.


    caraibe, GRG, bcauchy et 1 autre Repairenaute ont recommandé ce message.

Partager cette page

► Commentaires 1

Vous ne souhaitez rien louper du Repaire ?

Dernières occasions

 
Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous