module inscription newsletter haut de page forum mobile

Rejeter la notice

Atelier Caméras RED // DMSC2 & DMSC3 Komodo
Enfin le retour de cet atelier ultra pratique pour se préparer à tourner en RED, les 15 & 16 décembre à Paris. DERNIERES PLACES
>> Toutes les infos <<

Sony Alpha 7 Mark IV : 4K/30p en FF, 4K/60p en Super35, innovations en AF

Sony vient d'annoncer la nouvelle version de l'Alpha 7 Mark IV, boîtier très polyvalent, avec des performances solides en photo comme en vidéo

Publié par Marina le 21 Octobre 2021 dans News
► Commentaires 9
    Recos : 0
    Vues : 1 140
  1. Marina
    Sony vient tout juste de dévoiler les caractéristiques de la nouvelle version de l’Alpha 7, Mark IV.

    Les attentes étaient importantes, l’Alpha 7 III ayant connu un succès très important tant auprès des photographes que des vidéastes. Son autofocus performant, une très bonne dynamique, de la FullHD/120p, et sa stabilisation 5 axes en ont fait un boîtier très polyvalent et accessible (prix de lancement 2300€).

    Alors non, l’Alpha 7 IV n’enregistrera pas en très hautes vitesses en 4K, et cela en décevra probablement plus d’un.

    Mais Sony propose avec ce nouveau boîtier une solution toujours très polyvalente, avec des performances très solides, que ce soit en photo ou en vidéo. De nouvelles fonctionnalités d’aide au focus, une ergonomie et une connectivité améliorées, pour un tarif toujours relativement accessible.

    A7markIV.jpg


    Nouveau capteur et capacités de calcul augmentées


    Sony a placé dans l’Alpha 7 IV un tout nouveau capteur CMOS full frame rétro-éclairé (structure de capteur permettant une meilleure capture de la lumière), de 33 millions de pixels, contre 24.2 sur son prédécesseur.

    Avec ses 33 millions de pixels, l’Alpha 7 IV se situe à nouveau dans un compromis entre la résolution et la sensibilité, entre les 60MP de l’Alpha 7R IV et les 12MP de l’Alpha 7S III.

    Le fabricant annonce une dynamique de 15+ diaphs (en S-Log3), contre 13 diaphs pour l’A7III, et une amélioration des performances en low light et de gestion du bruit.

    La plage ISO s’étend jusqu’à 51200, extensible à 204800 en photos et 102 400 en vidéo.

    Le boîtier bénéficie du même système de processeur d’images que l’Alpha 1 et l’Alpha 7SIII, avec 2 Bionz XR. Sony annonce une capacité de calcul 8 fois supérieure à celle de l’A7III.

    Le nombre de pixels apporte une amélioration de la résolution, l’image 4K étant sur-échantillonnée à partir d’un signal 7K.

    Avec l’amélioration des performances de calcul du boîtier, Sony annonce une meilleure gestion des couleurs dans le processus de compression.

    4K/30p en full frame, 4K/60p en Super35, 4:2:2 10 bit en interne


    C’est certainement le principal point de déception pour ceux qui espéraient pouvoir réaliser des ralentis importants avec ce nouveau boîtier : les fps sont limités à 60p en 4K. Il faudra descendre en FullHD pour atteindre de hautes vitesses avec le 120p.

    Les 60p sont atteints au prix d’un crop Super35 opéré sur le capteur. On peut anticiper cependant un léger impact sur la sensibilité, la surface de capteur recevant la lumière étant réduite.

    Filmer en FF et en Super35 pour ses plans en 60p ne représente pas forcément un point bloquant. On pourra, dans la mesure du possible, maintenir son cadre en se déplaçant et modifier l’ouverture pour conserver la même profondeur de champ.

    La présence de ce mode Super35, disparu de l’Alpha 7S sur le mark III est même une bonne nouvelle : il sera possible de filmer avec des optiques APS-C, plus compactes et légères, moins chères, avec plus facilement de grandes ouvertures, ou encore avec des optiques de cinéma pour des projets spécifiques, qui sont la plupart du temps Super35.

    On peut par contre regretter de ne pas avoir le choix du 60p en FF, d’autant que les grandes capacités de calcul du boîtier ne semblent pas en être le frein.

    Pas de sortie RAW non plus pour l’A7 IV, option réservée à l’A7S III et l’Alpha 1.

    Le boîtier dispose d’un grand nombre d’options d’enregistrement, avec désormais le 4:2:2 10 bit en interne (vs 4:2:0 8bit maximum sur l’A7 III), H.264 ou H.265, Long GOP ou All-Intra pour une qualité maximale et un débit allant jusqu’à 600Mbps (contre 100Mbps max sur l’A7III).

    A7markIV_2_800px.jpg

    S-Cinetone, S-Log3 et Creative Looks


    Le boîtier bénéficie de la nouvelle science couleur de Sony, le profil S-Cinetone, issue de la Lut de monitoring de la caméra de cinéma Sony Venice, qui propose un traitement plus doux des hautes lumières et des tons chairs, pour un rendu plus "cinématographique".

    Les “Creative Look” font également leur apparition, avec 10 profils d’images créatifs, disponibles en photo et en vidéo, à l’instar de l’A1 et l’A7S III. Chacun de ces looks sont paramétrables sur 8 critères (couleur, sharpness, brightness, etc).

    Le boîtier peut enregistrer en S-Log3 dans l’espace de couleur S-Gamut3.Cine, qui est le plus grand espace de couleur d’enregistrement de Sony, disponible également sur les caméras de la gamme “CineLine” (FX3 / FX6 / FX9 / Venice), ce qui permet d’envisager d’intégrer l’A7 IV en association avec l’une de ces caméras.

    Hautes performances en photo


    La prise de vue en rafale avec AF et Auto-exposure actifs est toujours de 10 images par seconde, mais désormais de façon continue, contrairement à l’Alpha 7 III, dont le processeur ne permettait pas de conserver cette cadence sur une durée prolongée.

    Le boîtier est maintenant en mesure d’enregistrer en continu jusqu’à 800 prises en RAW+Jpeg (contre 40 avec l’A7 III), et plus de 1000 en Jpeg ou RAW.

    Nouvel écran orientable et tactile, ergonomie légèrement améliorée


    L’A7 IV dispose désormais d’un écran orientable LCD tactile de 3 pouces de diagonale et d’une résolution de 1.03 millions de pixels.

    Le viseur a été amélioré, de technologie OLED QVGA et d’une résolution de 3,69 millions de pixels.

    Le corps caméra est très légèrement plus grand que celui de l’A7 III, (pour un poids similaire 658g) , il accueille notamment un grip plus épais pour une meilleure prise en main.

    Une nouvelle molette fait son apparition sous la molette de sélection du mode de prise de vues, permettant de reconfigurer entièrement l’appareil en passant du mode photo au mode vidéo ou encore au mode S&Q (slow & quick pour ralentis et accélérés).

    Un nouveau bouton dédié au REC est accessible sur le dessus du boîtier.

    Côté connectiques, l’A7 IV bénéficie désormais :
    • d’une sortie HDMI type A (le “gros” HDMI),
    • d’une connection USB-C permettant à la fois le transfert de fichiers ultra rapide (jusqu’à 10Gbps avec la norme USB 3.2 Gen2) et la connexion ethernet (via un adaptateur non fourni) pour les transferts FTP.
    Les médias peuvent être enregistrés sur le 1er slot sur cartes CFExpress type A et cartes SD UHS-II, et sur cartes SD uniquement sur le 2ème.

    Le boîtier hérite de la griffe porte-accessoires active, qui lui apporte notamment une interface audio digitale avec les accessoires Sony compatibles.

    Le boîtier est alimenté par les batteries Sony de série Z à haute capacité. L’autonomie annoncée est inférieure à celle de l’A7 III (610 prises vs 710 précédemment), avec donc une consommation d'énergie plus importante, expliquée par sa résolution mais aussi par son nouvel écran plus gourmand en énergie.

    A7markIV.png

    Nouvelles fonctions AF innovantes et stab légèrement améliorée


    L’Alpha 7 IV dispose déjà de ce que Sony fait de mieux en terme d’AF, avec :
    • détection des yeux humains, animaux et d’oiseaux
    • tracking en temps réel activable au toucher sur l’écran, avec une meilleure tenue lors des mouvements
    • options fines de réglages de la vitesse de transition et de la sensibilité de changement de sujet

    La zone couverte par l’auto-focus couvre maintenant 94% du capteur avec 759 points de collimation.

    L’Alpha 7 IV accueille également la fonction AF Assist disponible sur la caméra FX6 qui permet, en mode manual focus, de laisser la machine finir une mise au point.

    Le boîtier inaugure un système de compensation du “focus breathing” (pompage à l’image qui intervient lors d’un changement de plan focal). Ce système consiste à réaliser un crop dans l’image pour compenser le pompage.

    Il n’est cependant opérationnel qu’avec les optiques Sony compatibles, et n’est pas disponible sur les hautes vitesses.

    Enfin, Sony présente sur ce boîtier un système d’aide visuel à la mise au point manuelle, le “Focus Map” qui propose de mapper l’image avec des couleurs en transparence pour représenter leur position sur le plan focal et indiquer ainsi visuellement à l’utilisateur dans quelle direction il doit faire varier la mise au point pour rendre la zone nette.

    AF focus map.png

    La performance de la stabilisation capteur a été légèrement améliorée, passant de 5 à 5,5 stops (norme CIPA). On peut désormais y ajouter le mode “Optical Active Image stabilization”, pour une stabilisation encore renforcée, qui appliquera un léger recadrage de l‘image en mode “Actif” (non disponible en hautes vitesses).

    Streaming et contrôle à distance avec touch focus


    Sony a doté l’Alpha 7 Mark IV de nombreuses options de connectivité.

    L’application Imaging Edge permet la prise de contrôle à distance du boîtier et le back-up des médias avec son smartphone.

    Plusieurs améliorations :
    • simplification de la connexion en Bluetooth, qui une fois paramétrée, permettra le back-up automatique des médias.
    • l’application supporte maintenant la connexion en Wifi à 5Ghz, en plus du 2.4Ghz.
    • sélection facilitée des médias à transférer, avec notamment une fonction de filtres (photo/vidéos, groupes, note, déjà transféré oui/non, etc.)
    • transfert possible des photos au format RAW
    La fonctionnalité de contrôle de l’application permet de gérer l’AF en déclenchant le tracking via l’écran tactile du smartphone, comme on le ferait sur l’écran du boîtier lui-même. Pour info, cette fonctionnalité n’est pas encore disponible sur la gamme Cine de Sony, peut-être prochainement via une mise à jour firmware...

    Le boîtier est également en mesure de transférer les médias via FTP à de très hauts débits grâce à sa connexion ethernet via le port USB-C.

    La caméra peut-être enfin utilisée en tant que caméra de streaming, directement via sa connexion USB, sans avoir à utiliser de périphérique d’acquisition. Le flux vidéo peut être en 4K à 15 images par secondes ou jusqu’à 60 images par secondes en FullHD. Les looks créatifs restent disponibles, ainsi que l’audio en qualité numérique transmis via la griffe active.


    L’Alpha 7 Mark IV sera disponible en décembre au prix de 2800€ TTC auprès des revendeurs agréés Sony.

Partager cette page

► Commentaires 9

Vous ne souhaitez rien louper du Repaire ?

Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous