module inscription newsletter haut de page forum mobile

Comment indexer et retrouver ses vidéos ?

Où sont mes images de tante Adèle? Merci à Beru pour ce précieux partage de son expérience en matière d'indexation des vidéos.

Publié par Beru le 20 Mai 2010 dans Autres articles
► Commentaires 0
    Recos : 0
    Vues : 12 475
  1. Beru
    Où sont mes images de tante Adèle?
    Merci à Beru pour ce précieux partage de son expérience en matière d'indexation des vidéos. La plupart d'entre nous n'abordons la question qu'au bout de 3 ou 4 recherches infructueuses dans nos disques durs. Voici la manière de s'y retrouver définitivement.
    Michel


    L'indexation des vidéos


    Au delà de 30 heures d'image, compter sur sa mémoire ou sur une chronologie pour retrouver rapidement un thème particulier, - et ce sans oublier aucune référence -, devient une gageure.
    Il est donc précieux et malin d'indexer avec méthode et régularité. Voici des pistes pour entamer cette aventure de l'indexation et dans le cadre d'une videothèque "familiale"

     
    Si la musique ne s'en sort pas trop mal avec son format mp3 qui peut contenir des métadonnées*, si la photo se débrouille avec son format JPG qui contient lui aussi des métadonnées utilisables, nos formats vidéos "amateurs" (avi, mpeg et AVCHD) n'ont pas encore cette chance en 2010.

    Ils ont pourtant des métadonnées mais encore faut-il posséder le logiciel capable de les exploiter, offrant la possibilité d'en ajouter d'autres dans le fichier lui-même et enfin assurant la portabilité de ces saisies.
    En attendant, le (ou les ) format (s) de l'avenir qui permettra cela, il faut donc imaginer une indexation distincte des fichiers,  afin d'espérer retrouver ses images archivées.

    Avec le temps...
     
    Avant de parler des solutions, il faut réfléchir au temps à passer. Indexer immédiatement un reportage que l'on vient de tourner ne demande pas beaucoup de temps. A condition que l'on ait au préalable organisé la chose. En revanche, indexer 200 sujets par exemple en partant de zéro demande un "certain" temps!
    Il est donc primordial, dès le début, de se poser la question de la pérennité de la saisie que l'on s'apprête à faire. Pour les photothèques, ils existent de nombreux outils afin de permettre aux amateurs de  
    saisir ses métadonnées. Mais si vous quittez le logiciel pour un autre, pourrez-vous espérer revoir vos saisies?  A ma connaissance, Picasa, pour la photo amateur, est un des rares exemples qui
    intègre réellement la plupart des métadonnées que vous avez saisi dans le logiciel, dans le fichier Jpeg lui-même.

    La vidéo présente les mêmes contraintes: il faut s'assurer que vos saisies puissent voyager dans le temps, - et aussi dans l'espace pour les partager par exemple.
    Aujourd'hui, la seule solution: saisir les données dans une base de données au format indiscutable.
    Sans entrer trop dans le vaste sujet des bases de données, disons qu'il existe une norme afin que les bases de données puissent échanger entre elles.
    Si vous souhaitez utiliser un logiciel propriétaire pour saisir vos métadonnées, il vous faut donc vérifier impérativement qu'il possède une fonction "export". Et ensuite, il faut vérifier que le fichier obtenu puisse s'ouvrir dans un logiciel de type Excel et autres tableurs.
     
     

    La bonne question

     
    Que vous utilisiez un outil sur lequel vous avez toute latitude ou un logiciel dédié, il faut dès le départ se poser les bonnes questions et d'abord la première: Mon indexation porte-t-elle sur le plan ou le sujet?
    • Le plan: Chaque plan fait l'objet de métadonnées spécifiques.
      Avantage: l'indexation est très précise.
      Inconvénient: l'indexation devient très vite fastidieuse et surtout l'archivage devient plus complexe.
    • Le sujet: Un sujet est un ensemble de plans qui ont en commun leur date de tournage ou leur sujet.
      Ex: Marché de Wazemmes ou Vacances 2004 dans les Alpes.
      Avantage: l'indexation est plus rapide.
      Inconvénient (léger): il faudra balayer pour retrouver dans le sujet le mot clé concerné. On verra plus bas  qu'il existe des solutions.
    On pourrait rapprocher cette problématique de celle des livres et des pages.
    Si l'on choisit cette solution d'indexer les sujets,  il faudra impérativement  réunir les plans (fichiers) d'un même sujet dans un seul fichier.

     

    Les métadonnées

     

    • Les champs incontournables

    - La date
    - Le titre
    - Le support
    - Le time code de début
    - La durée
    - Les mots clés.

    • Les très utiles

    - Le format (de conservation): avi 4/3, dv 4/3, HDV, mpg, etc...
    - Le type (rush, montage, dub)
    - Les précisions
    - L'auteur
    - Le lien vers les images.
     
    • Les  champs utiles

    Exploitation (qui permet de noter si le sujet a déjà fait l'objet d'une diffusion ou d'une exploitation sur DVD par ex). Projet: C'est l'équivalent du panier lorsque vous faites vos courses sur Internet; il s'agit de
    marquer les sujets qui vont faire l'objet de votre prochain montage, afin de pouvoir en sortir la liste.

     

    A propos du champ "Support".


    Il s'agit là encore de mener sa réflexion en prenant en compte le passé, le présent et l'avenir. Ce champ renseigne sur la localisation du support des images.
    Par exemple, pour les rush tournés sur cassette, on entrera le numéro de celle-ci. Associé au TimeCode, on sera ainsi retrouver le sujet. Ex:  47-002025 désignera un sujet se trouvant sur la cassette 47 à 20'25 du début de celle ci.
    Pour les rushes n'existant que sur fichier, on pourra rentrer dans la colonne "Support": AVI pour les rush conservé en dv, ou HDV pour ceux conservé dans ce format. Pour retrouver le sujet, on lui associera la date de tournage ou de montage. Ex: avi_19620510 désignera un sujet tourné le 10 mai 1962, tourné sans doute en super 8, mais dont on ne possède plus la pellicule.
     
    Si l'ensemble de vos sujets se trouvent sur un seul disque dur, pas besoin de précision supplémentaire. En revanche, si il y a plusieurs disques durs ou plusieurs cartes, il faudra ajouter le numéro de ceux-ci.
    A vous d'inventer la codification, en ajoutant par exemple une lettre au numéro. k72 pour la cassette 72, C45 pour la carte 45 ou encore d5 pour le disque dur 5.
    A notre niveau d'archivage "familial", avec des disques durs externe de 2 To ou des cartes SDXC pouvant atteindre 2To d'ici 2014 ou 2015, nous ne devrions pas avoir à gérer une grande quantité de support physique.
    En 2010, on trouve des Disques durs externes de 4 to pour 400 Euros, ce qui représente quand même 300 heures de rush en dv ou hdv.  Sans oublier le même support pour la sauvegarde.

     

    Sur le champ "Date".


    Pour les reportages, la question est vite résolue: la date sera celle du jour du tournage pour un sujet sur un jour, ou le premier jour de tournage pour un sujet d'une semaine. Mais votre vidéothèque peut contenir également des montages.
    Il vous faudra donc déterminer quelle est la date retenue: celle du montage ou celle du reportage monté. Il y a encore le cas fréquent dans lequel le montage fait appel à plusieurs rush.

     

    Les outils

     
    • Un "bête" fichier Excel. Avantages: vous avez toute latitude pour créer vos champs; le format est très répandu et codé comme une base données. Inconvénients: Ce n'est pas une base de données et donc vous n'en avez pas la souplesse, notamment pour la recherche et les croisements de critères.
    • Un logiciel dédié gratuit ou non. Bien vérifier sa portabilité. Il en existe de nombreux surtout orientés DVD. A signaler l'outil de Paul Glagla (lien:http://paul.glagla.free.fr/cassettedv.htm), CassetteDV.
    • Utiliser un cms (Content management system) afin de créer une base de données avec une interface de site internet. Avantages: Très grande souplesse et puissance. Inconvénients: Il faut mettre les mains dans le cambouis.

     

    Conseils d'indexation


    Attention à la gestion des mots clés: ni trop ni trop peu. En effet leur pertinence dépend de leur nombre. Si ils sont communs et en sous-nombre, les résultats risquent d'être trop importants. Si ils sont trop rares, les résultats risquent d'être anecdotiques.
    Prenons des exemples:
    • Si vous ne filmez pas du sport en abondance, le mot clé sera "sport", plutôt que "Tennis" ou "karaté". Dans un champ "notes", vous pourrez toujours préciser par exemple:  " Sport: Badminton à 12'10".
    • Dans le même ordre d'idée, le mot clé sera "pays". Et l'on précisera: "Pays: Ireland". En revanche, on créera "Allemagne" si plus de 10 sujets s'y passent.
    • Vous pouvez retenir un prénom s'il concerne un proche très souvent filmé. Sinon, on choisira un nom de famille. Et dans le champ "notes" on pourra préciser les prénoms des présents.
    • Enfin, on pourra mettre "repas", "anniversaire" ou "chorale" par ex, dans l'idée d'un éventuel montage thématique à venir. Là il faut faire preuve d'imagination et de prospective!
    On le voit, cette gestion des mots clés dépend fortement de votre usage et des images. Et bien sur, vous pourrez toujours utiliser, - en fonction du choix de votre outil bien sur - , la recherche sur tous les champs pour retrouver des mots clés rares.
     
     
     
    Mon exemple de CMS
     
    accueil-videotheque.gif
     
    J'ai commencé au début des années 90, à indexer les sujets familials tournés en vidéo et les anciens films aussi (à partir de 1937).
    Pour cela j'ai créé une base de type dbf (le format référence alors) et réalisé une interface sous Dbase pour faciliter la saisie.
    J'ai pu le conserver jusqu'en 2006. De part sa nature informatique (tournant sous dos), il a franchi toutes les étapes d'évolution.
     
    Après 15 années, il était temps de migrer ma base vers un autre format afin de gagner en confort d'utilisation notamment. J'ai choisi une base de type xml car elle fonctionne très bien avec le système spip de publication de site .
    Ainsi je pourrais avoir ma vidéothèque sous la forme d'un site (intranet).
     
    Il n'était pas question de refaire  15 ans de saisie. J'ai donc utilisé Excel pour transformer l'ancienne base dbf en une nouvelle base xml. Et parallèlement, j'ai créé le site spip pour mettre en place les fonctions qui m'intéressaient: recherche par mot clé, classement par cassette, par date, par sujet, liste des montages...
    La migration de l'ancienne base vers la nouvelle, a aussi été l'occasion d'ajouter des champs très utiles. Aujourd'hui c'est un outil très puissant pour préparer des montages thématiques et exploiter au mieux  chaque sujet.
    Enfin, il est bien sur possible de visualiser le sujet trouvé immédiatement; en basse résolution pour l'instant en raison de considération informatique (volume des données).
     
    * Métadonnées: Désigne des informations intégrées dans un fichier audio, ou photographique par exemple.

     
    A lire sur le Repaire

     
    - Bob a fait une approche sur le sujet en 2008
    - Une expérience avec Vincent
    - Sébastien Gaillard présente le logiciel Bridge qui permet la gestion des métadonnées. Gérer ses Médias avec Bridge et Premiere Pro 2.0

    Si vous souhaitez échanger autour de vos méthodes d'indexation et les outils qui vont avec, rendez-vous sur le forum

Partager cette page

Dernières évaluations

  1. Visiteurs
    Visiteurs
    5/5,
    Evaluation importée de l'ancien système
  2. Visiteurs
    Visiteurs
    5/5,
    Evaluation importée de l'ancien système
► Commentaires 0

Vous ne souhaitez rien louper du Repaire ?

Dernières occasions

 
Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous