module inscription newsletter haut de page forum mobile

Rejeter la notice

logo repaire

100 licences d'essai Edius X valables jusqu'au 30 Juin gratuites pour les Repairenautes !

TESTBOX Blackmagic Pocket 6K

Nous avons passé la BMPCC 6K de Blackmagic à la Testbox : définition, sensibilité, dynamique, science couleur

Publié par Repaire le 11 Avril 2021 dans Tests
► Commentaires 0
    Recos : 0
    Vues : 1 417
  1. Repaire
    Nous avons profité du prêt de la Pocket 6K Pro par Blackmagic pour la passer à la Testbox.

    La qualité d’image n’a pas changé par rapport à la Pocket 6K Pro “classique” (même capteur, même processeur), mais nous ne l’avions pas encore passé au banc de test, c’était donc l’occasion de voir ce que cette caméra a dans le ventre !

    Si vous souhaitez savoir ce que nous avons pensé de la caméra en terme d’ergonomie et de fonctionnalités, lisez notre test complet ici : https://www.repaire.net/forums/articles/blackmagic-pocket-6k-pro-le-test-du-repaire.1147/

    Nous avons choisi de comparer la Pocket 6K Pro avec 3 caméras / appareils photo qui se situent dans une gamme de prix et des performances proches, même si leurs tailles de capteur différent :
    • Le Panasonic S1H (capteur FF)
    • Le Sony Alpha 7S III (capteur FF)
    • La Canon C70 (capteur Super 35)
    Nous avons utilisé des rushes en format compressé en Log UHD pour les 4 caméras (ProRes / Film sur la Pocket, XF-AVC / C-Log2 pour la C70, AVCHD All-I / VLog pour le S1H, XAVC-SI / SLog3 pour l’A7S III).

    Définition


    La Blackmagic Pocket 6K bénéficie d’une excellente définition grâce à son capteur 6K et ses 21 millions de pixels.

    Cette capture des “tissus” de la Testbox (rushes UHD restitués en 1:1 sur une timeline FullHD) permet de voir que les détails et les textures sont extrèmement bien restituées par la Blackmagic (voir par exemple le détail de la texture du faux cuir noir).

    6K PRO tissus comp PF_4.9.1.jpg

    Sur les mires, on voit cependant des aberrations apparaître, qui semblent liées à de l’aliasing ou des erreurs de dématriçage apparaître (présents aussi bien en ProRes qu’en RAW) :

    6K PRO mires comp RAW_4.2.1.jpg

    Dans la vraie vie sauf certaines situations spécifiques, cela ne devrait pas présenter de réels problèmes.

    En conditions de faible luminosité, le niveau de détail reste très bon, comme on peut le voir sur cette capture issue de la scène “Low Light” de la Testbox :

    6K PRO ombre portee comp LL_4.12.1.jpg

    Nouvelle “Science couleur GEN5”


    Blackmagic a tout récemment mis à jour sa “science couleur”, passant de la “Gen4” à la “Gen5”. La Pocket 6K Pro est sortie directement dotée de cette nouvelle science couleur.

    Qu’entend-on par science couleur ? On parle ici de la “recette” du fabricant pour passer du Log (le gamma Film) au REC709, donc à la fois la transformation des niveaux de luminance et de la colorimétrie, pour faire entrer le signal capturé en Blackmagic Wide Gamut dans le BT709, et donc produire un signal vidéo diffusable en télévision (ainsi que sur YT, etc).

    Cette conversion est utilisée dans des workflow de travail rapide, pour passer du Log au REC709, que ce soit en ProRes ou en RAW debayerisé en gamma “Film”.
    D’autres méthodes de travail existent pour développer le RAW ou étalonner le Log, en manuel ou via ACES par exemple, pour lesquelles cette nouvelle science couleur n’aura aucun impact. Il faut cependant bien savoir ce que l’on fait, les Lut de conversion des fabricants étant normalement calibrées pour exploiter au mieux le signal des caméras.

    Voici une vue des deux courbes Lut de la GEN4 et GEN5, appliquées sur un dégradé du noir (à gauche) vers le blanc (à droite), permettant de visualiser ainsi la formule de transformation de la luminance :

    GEN4vsGEN5.jpg

    On voit que la courbe de la Lut de conversion GEN5 est désormais une très belle courbe en S, avec un pied de courbe qui monte très graduellement, une partie linéaire qui occupe désormais une partie beaucoup plus importante, et une épaule de courbe des hautes lumières bien arrondie. Ce qui veut dire dans des termes plus concrets que les informations dans les hautes et basses lumières sont moins compressées dans le signal.

    Nous avons tenté de comparer la Gen5 à la Gen4. Pour cela, nous avons utilisé nos rushes de test en RAW, en sélectionnant alternativement les deux “sciences couleur” pour le développement des rushes dans le module Camera RAW de Resolve, puis en appliquant la Lut de conversion correspondante.

    Voici une vue comparée de “Carole” (le petit nom du mannequin de la Testbox), issue de l’écran Plein Feux (pas de panique, c’est normal si Carole est légèrement floue, le point est réalisé sur le décor de la Testbox) :

    6K PRO gen4 vs gen 5 skintones PF_4.4.1.jpg

    L’évolution entre les deux sciences couleur est très marquée, avec un traitement beaucoup plus doux des hautes lumières (très net sur le front de Carole, qui est légèrement sur-exposé sur notre scène de test), on a plus de matière disponible pour les tons chairs, une image globalement moins contrastée, une dynamique plus étendue.

    Science couleur - comparatif


    Pour poursuivre sur les tons chairs, voici une comparaison de la Pocket 6K Pro (captures issues de la scène “Plein Feux”), avec les autres fabricants :

    comparaison-skin-tones-PF.jpg

    On note une teinte des tons chairs légèrement “jaune” sur la 6K Pro, assez proche du rendu de l’A7S III (moins saturé cependant) alors que la C70 ou le S1H vont plutôt vers le magenta.

    Une vue comparée de la ColorChecker :

    6K PRO color comp PF_4.3.1.jpg

    On retrouve ces différences de teinte, la C70 et la S1H tirant légèrement plus vers le rose, la 6K Pro et la C70 offrant un traitement des couleurs également plus saturé.

    En conditions de faible luminosité, on note une dérive magenta de la 6K Pro :

    6K PRO color comp LL_4.13.1.jpg

    Sensibilité


    Pour évaluer la sensibilité et le niveau de bruit des caméras, nous utilisons deux scènes de test :
    • la scène “Low Light” avec le décor de la Testbox exposée à 20% sur le gris moyen
    • la scène “Ultra Low Light” (les petits bonhommes).
    Sur la scène Low Light nous réalisons ensuite une montée en ISO compensée (on monte en ISO, et on reste à la même expo grâce au shutter et aux ND, ce qui permet de conserver une image visuellement comparable).

    Sur la scène de référence Low Light, le niveau de bruit des 4 caméras est contenu. On retrouve la dérive magenta de la 6K Pro :

    6K PRO tissus comp ref LL_1.17.1_4.21.1.jpg

    A +2 diaphs, les 4 caméras encaissent bien, la montée de bruit est présente mais reste rattrapable. On note l’arrivée de légères aberrations chromatiques pour toutes les caméras.

    Un léger moins pour l’A7S III dont la montée de bruit est supérieure. Le niveau de détail reste un peu en retrait pour la C70.

    6K PRO tissus 2 comp LL_4.23.1.jpg

    A +4 diaphs, l’A7S III tire son épingle du jeu au niveau du bruit, grâce à son circuit d’optimisation qui se déclenche à partir de 12800 ISO (au détriment des détails). Vient ensuite le S1H, qui offre moins de bruit, moins d’aberrations chromatiques, un meilleur niveau de détail que la C70, et ensuite la 6K PRO.

    6K PRO tissus 4 comp LL_4.24.1.jpg
    Voici la comparatif des caméras (hors S1H - tests non disponibles pour cette scène), en Log, sur la scène “Ultra Low Light” de la Testbox, qui ont été posées de manière à atteindre un niveau d’exposition similaire sur le premier “petit bonhomme” (caméras en preset 3200°K) :

    ULL REF_4.27.2.jpg

    Il est intéressant de noter les différences de niveaux d’ISO nécessaire pour atteindre l’exposition cible (à pleine ouverture) : 1250 ISO pour la C70, ISO 2500 pour la 6K Pro, ISO 3200 pour l’A7S III, avec des performance en terme de bruit dans le même ordre.

    L’image moins contrastée que la Pocket permet de voir plus de détails dans les zone d’ombre, l’image est également mieux définie que celle de la C70.

    Dynamique


    Blackmagic annonce 13 diaphs de dynamique pour la Pocket 6K / 6K Pro, voyons ce que nous trouvons en dynamique “utile” !

    Voici le waveform de notre test de dynamique en Blackmagic RAW (6K / 3:1), à l’ISO natif 400, on en compte 12+, le 13ème diaph étant perceptible, mais partiellement masqué dans le seuil de bruit :

    DYN RAW 3.1 LOW.JPG

    A l’ISO “haut” (3200 ISO), le bruit est plus important, le 13ème diaph n’est plus perceptible :

    DYN RAW 3.1 High.JPG


    Un coup de denoising dans Resolve (Neat Video) et on le voit apparaître :

    capture_dynamique_BMPCC6Kpro_denoise.png

    La suppression du bruit dévoile des soucis de calibration des noirs, un mauvais équilibre des couleurs dans les tons sombres. (pas de fonction de black shading sur la caméra).


    Ici un comparatif avec la Komodo :

    En RAW :

    RED_Komodo_R3D_HQ_vs_BMPCC6Kpro_BRAW.png


    En RAW après denoising :

    RED_Komodo_R3D_HQ_vs_BMPCC6Kpro_BRAW_Denoise.png

    On peut noter que la Komodo ne propose “que” un diaph de plus de dynamique, que ce soit avant ou après denoising. La Pocket 6K Pro propose une répartition plus linéaire de la dynamique dans les hautes lumières, avec par contre un signal qui “clippe” plus tôt que celui de la Komodo, qui clippe déjà assez bas.



    A noter, l’option "Highlight Recovery” proposée dans le module Camera RAW de DaVinci Resolve pour le Blackmagic RAW, qui permet d’aller chercher un petit diaph supplémentaire dans les très haute lumières, particulièrement visible sur le test de dynamique, où on voit apparaître au-dessus de 768 sur le waveform la toute première marche de notre charte de test que l’on vient systématiquement clipper pour notre test :

    DYN RAW 3.1 LOW - HL RECOV.JPG

    En ProRes, toujours à l’ISO natif 400, le bruit est légèrement supérieur qu’en RAW (tiens tiens !), avec en conséquence une dynamique “utile” qui se limitera à 12 diaphs :

    DYN Prores HQ FILM LOW.JPG

    En Extended Video et en Video (toujours ISO 400), on compte une dynamique de 11+, très logiquement inférieure au gamma Film :

    DYN Prores HQ EXT VIDEO LOW.JPG
    Extended Video

    DYN Prores HQ VIDEO LOW.JPG
    Video

    On remarque que la différence entre les deux gammas joue surtout sur les hautes lumières, qui sont beaucoup plus tassées dans le gamma Video.


    En synthèse



    Définition : très bonne définition grâce à sa résolution 6K (4K sur-échantillonnée en ProRes), avec des détails et textures très bien restituées, même en basse lumière.

    Science couleur : nouvelle science couleur “GEN5” permettant de mieux exploiter le signal de la caméra. Traitement plus doux des hautes lumières, plus de matière dans les tons chairs. Au niveau colorimétrie, teinte légèrement jaune des tons chairs. Dérive magenta en low light.

    Sensibilité : performances tout à fait correctes en low light, à ISO 1250, avec un niveau de bruit contenu et assez comparable aux autres caméras. En Ultra Low Light, à ISO 2500, la C70 présente moins de bruit, mais la Pocket dispose d’un meilleur niveau de détail.

    Dynamique : nous avons mesuré une dynamique de 12+ à ISO400 en RAW, et 12 en ProRes ainsi qu’en RAW à ISO3200 (13 diaphs après denoising). A ISO400, on note plus de bruit en ProRes qu’en RAW. A ISO 3200, on note un déséquilibre des canaux RGB dans les basses lumières.


    Ces comparatifs ont été réalisés sur la toute nouvelle station de travail Resolve du Repaire, dopée avec l'arrivée d'une carte RTX3090, prêt de long terme de Nvidia au Repaire, pour soutenir notre activité de test.

    Un article viendra très bientôt pour rendre compte des performances de cette carte graphique plutôt exceptionnelle.
    On peut déjà dire qu'elle offre une capacité de calcul très importante, particulièrement adaptée aux travaux sur DaVinci Resolve.

    Remerciements très chaleureux à Nvidia France, qu'on accueille donc parmi les sponsors de la Testbox du Repaire !

Partager cette page

► Commentaires 0

Vous ne souhaitez rien louper du Repaire ?

Dernières Occasions

 
Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous