Users online now

  1. arnuche
Nous sommes en ce moment 324 sur Le Repaire : 5 Repairenautes connectés, 301 visiteurs, 18 robots

Sony NX80, l'autofocus qui devient intelligent

Quelques impressions sur ce que cette nouvelle ligne de caméras Sony amène de nouveau.

Publié par Michel, le 6 Novembre 2017
  1. Michel
    Voir la fiche produit complète:
    Sony HXR-NX80 | Cameras Appareils Photo/Video
    J'ai pu passer un peu de temps avec la HXR-NX80 de Sony dont la sortie est imminente voici quelles impressions j'en ai retirées.
    Parmi les 3 nouvelles caméras que lance Sony (Z90, NX80 et AX700) elle est plus proche de l'AX700 en réalité puisque c'est la même pratiquement mais sans la poignée.
    La Z90, quant à elle possède quelques caractéristiques un peu supérieures (codec "pro" XAVC-L, 4:2:2 10 bit en HD,
    connectivité réseau plus performante, sortie 3G-SDI etc.)

    Voir la news sur cette gamme:
    Sony PXW-Z90, HXR-NX80 et FDR-AX700 : 4K 25p HDR, capteur 1 pouce et auto-focus amélioré | Le Repaire

    nx80.png

    Ergonomie
    Ceux qui ont pratiqué l'AX100 ou la X70 ne seront pas dépaysés. C'est le même esprit.
    Sur le plan compacité je suppose qu'il est difficile de faire plus compact sauf à perdre tout contrôle manuel possible. Déjà là je trouve qu'il faudrait encore plus de boutons assignables (il y en a 6) vu toutes les fonctions qu'on aurait naturellement envie d'avoir au bout des doigts.

    Le mini-joystick disponible sous le pouce est un vrai bonheur pour manipuler le menu nx80-arr.jpg

    L'écran est de très bonne qualité et heureusement car c'est quand même bien la visée sur cet écran qui est privilégiée (seul un soleil de plomb oblige à recourir au viseur à hauteur d'oeil qui est lui-même du reste très bien défini cela dit (2,36 Mpix).
    Le côté tactile ajoute aussi aux modes d'action que l'utilisateur a à sa disposition pour interagir avec la cam. Ce sera utile notamment pour indiquer à la caméra un changement de point nécessaire.

    Le poids est sérieux mais reste en rapport avec la taille et la solidité apparente de l'engin. 1Kg au minimum sans la poignée.

    Le menu est suffisamment intuitif pour qu'on s'y retrouve rapidement. Clair et logique.

    La poignée est dispensable et amovible si on n'utilise pas les prises XLR pour le son (enregistrement sur un Zoom par exemple). On gagne ainsi un peu en poids mais on perd en maniabilité de poing. Ceux qui n'ont pas l'usage de la poignée ni des prises XLR peuvent gagner quelques centaines d'euros en choisissant le modèle AX700 sans autre inconvénient.

    Les commandes sont toutes à leur place, normal le constructeur a de l'expérience dans le domaine.
    Pas grand chose à redire sur l'ergonomie donc.
    On arrive à un compromis taille - poids - qualité et performances qui est très cohérent. Imaginons qu'on veuille la même mais avec un plus grand capteur, eh bien tout de suite on se retrouverait avec un encombrement, un poids et un prix nettement plus élevé.

    La fonction stabilisation m'a semblé en progrès aussi, le mode "actif" est tout à fait utile et fait la différence en gommant un tas de mouvements parasites. On n'en est pas encore au niveau de stabilité où se situent les systèmes qui équipent les caméscopes à petits capteurs mais ça vient.
    Cet aspect stabilisation fait aussi partie de ce qui est perdu avec l'abandon global du "form factor" type caméscope d'épaule à l'ancienne. Cet automatisme est lui-aussi un enjeu important pour que cette perte devienne acceptable.

    J'ai tourné quelques images, pendant un week end, sans emmener exprès ni pied ni monopode. Essentiellement pour pratiquer l'autofocus et justement la stabilisation.


    Performances

    On est sur un modèle orienté reportage 4K avec des possibilités créatrices avancées. On peut regretter l'absence de 4:2:2 10 bits ou du 50P en 4K mais c'est en rapport avec les possibilités actuelles des processeurs.
    Et puis au final est-il logique qu'on ait une marge de manoeuvre plus grande pour l'étalonnage en HD qu'en 4K ? Que tout soit en 4:2:0 8 bits est finalement assez cohérent.

    Le rolling shutter (amélioré par le processeur dernière génération) est très contenu comme en témoigne ce plan



    Les possibilités de ralentis sont importantes mais impliquent comme toujours un certain sacrifice en résolution. Rien que de normal. C'est en rapport avec ce que le processeur, les mémoires et la vitesse d'écriture du support peuvent encaisser.

    Un détail au passage: je ne comprends pas vraiment ce qui fait dire à la caméra que ma carte Sandisk donnée pour écrire 90 MB/s pourrait rater des images et ne pas convenir comme le signale d'entrée de jeu la caméra losqu'on insert cette carte. Le plus haut débit possible sur cette caméra est limité à 100 Mb/s max. On a donc du mal à comprendre cet avertissement mal à propos.

    Sur ce modèle on n'a pas la version "pro" MXF du codec Sony XAVC mais la qualité des images obtenues n'en souffre pas.

    >> Vous trouverez avec le lien ci-après 2 petits rushes natifs de la NX80 à télécharger pour ceux qui veulent essayer ce format sur leur ordi. Il s'agit donc de rushes AVC-S (.MP4) accompagnés de leur petit fichier xml de metadata

    Sony NX80 | Le Repaire

    nx80-av.jpg

    Le capteur 1 pouce allié avec l'optique zoom fixe spéciale dédiée ouverte à 2.8 en grand angle (mais qui se retrouve rapidement à 4 dès qu'on zoome un peu) permet d'une part une bonne tenue en lumière faiblissante et d'accéder au premier niveau de jeu sur la profondeur de champ si l'on prend soin de garder le diaph au plus ouvert possible.

    Sony a inclus toute sa série de profils pré programmés (mais ajustables) y compris le Slog 2 et 3, le standard élargi (800%, les nouveaux profils gamma hybrides HLG qui ouvre le nouveau monde du HDR (High Dynamic Range). Il faudra la pratique et l'expérimentation la plus poussée pour évaluer chacune de ces possibilités.
    Notons que la caméra incorpore les "luts" adéquats qui permettent de tourner dans ces modes d'une manière intuitive, en gardant un contrôle visuel proche de la normale sur le moniteur. Cela ne supprime pas la nécessité de savoir à l'avance ce que vont donner ces modes. Là aussi cela demandera un peu de savoir faire et de pratique.
    Sony fournit un pré-réglage pour chacun des PP (Picture Profile) mais il est intégralement modifiable et sert donc de base à l'expérimentation. On peut jouer sur tous les paramètres et ils sont extrêmement nombreux. Des heures en perspective à passer pour les friands de personnalisation de leur image ;-)

    2017-11-08_080000.png

    Note
    Nous aborderons dans très peu de temps sur le Repaire ce qu'il en est des LOGs avec Forest pour fixer les esprits sur ce "raw du pauvre" qui a tant à offrir au vidéaste exigeant s'il s'y intéresse. Retenons pour l'instant que le log c'est la porte ouverte à une gestion créative de la dynamique de l'image et non plus la gestion "par défaut" de la pauvreté dynamique du standard télévision REC 709.

    Le HDR représente probablement l'évolution la plus prometteuse actuellement de l'image filmée et nous n'en sommes qu'au début. S'y intéresser maintenant pour éviter d'avoir honte dans 10 ans des images qu'on tourne aujourd'hui n'est pas complètement idiot. Mais il s'écoulera encore du temps avant que les téléviseurs ne soient tous à la norme nouvelle...

    Revenons sur ce qui représente le pas en avant de ces nouveaux modèles de Sony : l'autofocus amélioré

    L'autofocus, la détresse de l'automatisme

    Le cadre général du problème
    Avec la compacité la possibilité de faire le point manuellement dans les situations mouvantes et rapides devient un casse tête, d'autant plus que le contrôle sur un petit écran, devenu la règle, rend l'évaluation précise de la netteté un peu problématique. (Heureusement il y a quand même des aides à cette évaluation, qui peuvent faire apparaître les zones nettes en les surlignant dans une couleur choisie)

    Et pourtant, avec la généralisation de la résolution 4K diffusable sur écran géant où le moindre flou non désiré nous pète à la figure, la moindre tolérance pour un flou non désiré devient en même temps encore plus inacceptable...

    Ce qui restait dans l'ordre du tolérable du fait de la petitesse des capteurs grâce à la très grande profondeur de champ qui allait avec, devient complètement critique à mesure que les capteurs grandissent. L'approximation encore concevable avec des capteurs 1/4 de pouce, 1/2 pouce et même 2/3 de pouce des caméras broadcast d'antant l'est de moins en moins avec les capteurs 1 pouce et au dessus, sans même parler du full frame où faire le point en vidéo dans une scène mouvante relève à pleine ouverture quasiment de l'exploit, générant simplement des rushes où le flou n'est plus maîtrisé du tout.
    Avec l'agrément de "commencer à pouvoir jouer avec les effets de flou d'arrière plan" que permet le capteur 1 pouce, vient donc le risque simultanément augmenté du flou non désiré.

    Difficultés
    La difficulté vient du fait que plus la taille du capteur et le nombre de photosites sont élevés plus la masse d'informations à traiter en temps réel est énorme. C'est vrai pour l'autofocus, c'est vrai aussi notamment pour la partie numérique de la stabilisation de l'image (c'est un autre sujet intéressant, on y reviendra)
    Cela explique pourquoi les progrès dans cette direction sont relativement lents. Il faut faire avec les processeurs et la vitesse des mémoires d'aujourd'hui.
    En plus il ne suffit pas seulement d'avoir des processeurs puissants il faut en plus des algorithmes sacrément malins pour imiter l'adaptation rapide du jugement du caméraman.

    L'intelligence du point
    Le point doit-il être fait sur le sujet qui est au centre de l'image ? ou celui qui arrive sur le bord ? Comment dire à la machine qu'on veut que le point reste sur ce sujet plutôt que tel autre ?
    Doit-on limiter le champ d'action de l'autofocus à une zone particulière de l'image ?
    Les pièges sont nombreux, les difficultés considérables. Comment la machine sait elle qu'on ne veut pas la vitre et ses poussières nettes (ou encore le grillage) mais ce qui est derrière ?

    En plus des difficultés objectives évidentes (par exemple en faible lumière ou bien par la masse d'informations à traiter en temps réel) les options et les choix à opérer sont si nombreux qu'on est un peu forcés de rester indulgents si les systèmes actuels conservent des insuffisances.

    2 technologies éprouvées complémentaires
    En terme de réactivité sur des capteurs de grande dimension, Canon a pris une longueur d'avance avec son système "dual pixel" à corrélation de phase qui permet une plus grande réactivité du système.
    Sony fait donc aujourd'hui à son tour cette avancée significative en renouvelant son autofocus sur cette gamme de caméra 1 pouce.
    L'avancée ne tient pas toute entière dans le fait d'amener un double système d'analyse, elle réside aussi dans les paramètres qu'on peut mettre en oeuvre pour dire à la machine ce qu'on veut, soit toute la partie logicielle.

    "Système AF hybride rapide" nous dit le marketing

    Hybride parce qu'il associe les 2 différentes techniques autofocus éprouvées depuis longtemps pour gagner en efficacité et en rapidité : détection de contraste et corrélation de phase sont de la partie.
    Au service de l'analyse corrélation de phase (système qui sur le principe s'apparente au centre de la pastille télémétrique à l'oeuvre sur nos reflex d'autrefois) Sony fourbit un grand nombre de collimateurs (273 points AF disent-ils) qui couvrent la plus grande partie du capteur.

    Les paramètres de l'auto-focus
    Aux systèmes de détection viennent s'ajouter de quoi utiliser finement ces informations sous la forme de paramètres que l'utilisateur peut ajouter pour gagner en pertinence, en justesse de la mise au point

    On peut ainsi par différentes actions indiquer à la machine ce qu'elle doit faire plus précisément.
    Le viseur affiche des points verts par défaut là où la machine "a envie" de faire le point. On va pouvoir lui indiquer si nécessaire un autre objet digne d'être net.
    Par exemple on pose le doigt sur un élément de l'image qu'on désire "tracker" ou encore on peut passer d'un visage à l'autre avec le joystick dans le cadre de la détection des visages

    Passons, pour compléter, rapidement en revue les paramètres de ce nouvel autofocus de chez Sony

    -- menu12.jpg Focus Area, la taille de la zone au sein de laquelle l'autofocus travaille. Cela signifie concrètement qu'on peut lui dire "ne regarde pas en dehors de ça" Par défaut on est sur "wide" soit la totalité de la scène. Si l'action intéressante se déroule dans une partie fixe de l'image on peut donc la délimiter à l'avance.

    -- AF Drive Speed : la rapidité d'execution de la mise au point . Selon le mode choisi on va d'une réactivité quasi instantanée assez brutale jusqu'à un mode beaucoup plus lent.

    parmi les moins intuitifs mais néanmoins intéressants:

    -- menu04.png "AF Subj Track Set " soit : réglage de suivi du sujet. AF tracking depth" ou "AF tracking range" Il s'agit de choisir si le sujet intéressant est susceptible de grandir dans l'image jusqu'à devenir très gros : "Wide" (typiquement un train qui arrive de loin vers la caméra) ou bien s'il restera relativement petit dans l'image ("Narrow", typiquement le papillon voletant de fleur en fleur...)

    -- AF Subj switch sens (pour AF subject switching sensitivity ou "Slow and Quick" selon les versions) soit la sensibilité pour le changement de sujet, de "responsive" (typiquement passer d'une voiture à une autre dans une course de formule1) à "locked on" censé se verrouiller sur un seul et même sujet en passant par "normal . L'automatisme devrait donc en principe choisir de coller à un sujet (locked on) ou bien se laisser happer par les changements de sujet dans l'image (responsive). Entre les deux ce serait "normal" donc les changements de point se feraient de manière "changeante mais pas trop" ? >> pas très facile de s'y retrouver il faut bien le reconnaître. Seule une certaine habitude permettra ici de profiter au mieux de ces possibilités.

    -- Lock On AF le blocage du focus sur un sujet identifié (en touchant l'écran) l'ordinateur reconnait une forme et tente de maintenair le point sur ce sujet.

    -- menu07.jpg Face detection, reconnaissance des visages (active ou non) l'appareil s'intéresse aux visages et les privilégie.
    Le mini joystick doit permettre la bascule d'un visage vers un autre. C'est un choix dans le menu mais qu'on pourrait assigner sur un bouton s'il y en a assez...
    En tout cas ergonomie très intéressante et pleine d'avenir.


    Est-ce que le système de paramètres de l'autofocus est parfait ? Certes pas puisque son manque d'intuitivité ne nous a pas permis de le maîtriser par nous mêmes en 2 heures de temps malgré nos efforts et malgré l'habitude d'Emmanuel de ce genre de caméra .
    Mais cela va dans une bonne direction et avec un peu d'habitude on pourra en tirer le meilleur parti à condition bien sûr de s'y intéresser de près
    Il nous a semblé du coup qu'il faudrait encore plus de boutons assignables qu'il n'y en a pour pouvoir maîtriser cet ensemble nouveau de paramètres

    Torture test de l'autofocus avec Emmanuel



    Disons pour résumer qu'on peut bien sûr toujours le prendre en défaut dans certains types de mouvements ou dans certaines situations spécifiques mais que l'amélioration de cet autofocus par rapport aux modèles précédents est manifeste.

    Le point de vue d'Emmanuel, vidéaste connaisseur habitué de la X70 pour des prises de vues de sport (Tennis)
    Sujets abordés, l'autofocus, le capteur 1 pouce, les autres nouveautés de la caméra :




    Conclusion
    Au final cette caméra conviendra à tous les tordus d'image léchée qui ne veulent pas s'encombrer d'une caméra plus grosse et plus chère avec un plus gros capteur. Ils auront pour un bon moment du grain à moudre avec toutes les possibilités de réglages à l'eur disposition dans les "PP"
    Ce type de caméra 1 pouce pourrait bien devenir une sorte de nouvelle norme d'équipement y compris pour des magazines tournés léger.

    Les plus

    -- Capteur 1 pouce bon compromis entre grand et petit capteur
    -- Ergonomie éprouvée et efficace
    -- Autofocus réactif et qui devient intelligent
    -- Présence des logs et autres gammas "hybrides" HLG
    -- LUTS permettant de visualiser ces modes de façon précorrigée
    -- stabilisation correcte

    Les moins

    -- Encore pas assez de boutons assignables...
    -- paramétrage autofocus peu intuitif
    -- pas de 10 bits 4:2:2 ni de 50p

    Michel
    guy-jacques, bcauchy, ricery et 1 autre Repairenaute ont recommandé ce message.

Partager cette page