module inscription newsletter haut de page forum mobile

Rejeter la notice

atelier etalonnage avanc 7 au 9 juin

Atelier Resolve - Etalonnage Avancé avec Forest Finbow - 7 au 9 juin
2 jours de pratique pour explorer en profondeur le travail artistique et le développement du look ! 

Canon XF305 le test

Alice et Forest n'ont pu tester la nouvelle caméra Canon XF300/305 que pendant 2 jours mais ils en ont déjà tiré un maximum pour vous permettre d'apprécier au p

Publié par barraalice le 3 Mai 2010 dans Tests
► Commentaires 0
    Recos : 0
    Vues : 57 497
  1. barraalice
    Alice et Forest n'ont pu tester la nouvelle caméra Canon XF300/305 que pendant 2 jours mais ils en ont déjà tiré un maximum pour vous permettre d'apprécier au plus vite et au plus près cette petite bombe que Canon lance sur le marché. (20/06 Mise à jour sur la sensibilité, en complément ici ).
    Michel


    Prise en main de la Canon XF-305

    xf300_side.1080.jpg



    Préambule

    test.jpgtest2.png
    Ci-dessus: au centre Forest  à droite Alice, à gauche Arthur de Prado Productions

    D'après ce que j'ai compris, à l'heure où nous écrivons ces lignes Canon ne dispose que d'un seul et unique modèle de démonstration afin de faire la promotion de ces dernières Canon XF-300 et XF-305. Nous avons eu la primeur de cette prise en main, mais pour cette même raison nous avons dû nous contenter d'une période très courte de test qui n'a pu durer que 2 jours. Pas de place pour des retakes,ce que je regrette d'ailleurs malheureusement, ni de possibilité de l'essayer en production faute de tournage planifié sur cette très courte période.
    Afin de la comparer avec d'autres modèles, nous avons fait appel à des amis de Prado Productions qui sont équipés d'une Sony EX3 ainsi que d'un Canon 7D pour regarder ce que ça donne par rapport à des outils connus. Ajoutez à ça une EX350 et mon fidèle 5DmkII, ça donne déjà une bonne idée comme vous pourrez le découvrir dans ce test.

    Premières impressions

    La première chose qu'il faut absolument dire à propos de ces caméras c'est qu'elles ont vraiment de la gueule. L'objectif est moulé dans la coque mais il est remarquablement imposant.

    obj.png
    Canon étant également fabricant de verre, je pense qu'on était nombreux à l'attendre sur ce point. Je détaillerais plus loin ces éléments mais dès le déballage ça en jette un maximum.
    Ajouté à ça un excellent équilibrage en main, une panoplie complète de contrôles manuels directs et des caractéristiques de base très prometteurs nous étions impatients de rentrer dans le test.

    Traditionnellement Canon a toujours lancé ses modèles après la concurrence, cette politique permet de laisser maturer le marché un peu et d'arriver avec un outil plus moderne et de meilleure qualité au moment où les utilisateurs sont plus avertis et à la demande de modèles souffrant moins des défauts de jeunesse d'un format. De manière générale a première vue en tout cas c'est réussi.
    En effet rappelons rapidement qu'une des caractéristiques clés de ce caméscope est la possibilité de pouvoir enregistrer nativement en 4:2:2 dans un format très reconnu par l'industrie : le MPEG2 HD 4:2:2 à 50 Mb/s.

    Autre point remarquable, le support d'enregistrement n'est pas un média couteux genre P2 ou SxS mais les plus modestes cartes Compact Flash ce qui a plusieurs avantages. Premièrement on les trouve beaucoup plus facilement dans le commerce et leur faible coût invite à en posséder un plus grand nombre ce qui dispense de les décharger durant la journée de tournage. Deuxièmement les vitesses de lecture/écriture de certaines CF peuvent très bien quasiment égaler celles des SxS, nous  y reviendrons...

    Ergonomiestrap.jpg

    Je le disais en préambule, Le caméscope est fort bien équilibré, Si on le tient par la poignée supérieure, on peut la mettre en équilibre sur un doigt elle ne perd pas l'horizon.

    J'ai regretté de ne pas voir un strap mieux ajustable sur la poignée latérale  pour s'adapter au petites mains (les miennes) comme aux grandes mains (celles de Forest). Sous ce rapport c'est aussi mauvais que sur l'EX1 ;-)

    Malgré cela les réglages tombent bien sous la main, ils sont clairement indiqués et présents là où on les attend.
    Chaque fonction essentielle a un bouton dédié (shutter, gain, balance des blancs, auto-iris, auto-focus) et très confortablement des fonctions fort sympathiques sont également directement accessibles comme
    • thumb_xf300reglages_.jpgle gain auto (AGC), 
    • la balances des blancs auto (ATW),
    • le peaking,
    • le stabilisateur optique (IS),
    • le zébra
    • ou même un excellent oscilloscope (WFM), bien meilleur que tout ce que j'ai jamais vu embarqué sur un caméscope.
    La plupart de ces boutons sont d'ailleurs des boutons ré-assignables et devinez quoi, il n'y en a pas moins de 13 ! En effet même les boutons du magnétoscope (play, pause etc...) sont assignables !
    Un point toutefois a été un peu chagrinant au début : la roulette qui permet de se promener dans les menus n'est pas cliquable, à la place il faut appuyer un second bouton SET juste à côté, mais ça, naturellement, c'est juste un coup à prendre.



    Uxf305_sortiessdi.jpgne roue porte filtres 4 positions comportant 3 valeurs de densité neutre (1/4, 1/16, 1/64) a été intégrée pour réduire l'éclairement ce qui est notoirement mieux que la route 2 valeurs de neutre (1/8 et 1/64) présents sur les petites EX.3

    Les entrées sorties sont placées à l'arrière un peu sur le côté de l'appareil, afin de laisser la place libre pour le cadreur qui garde un accès impeccable à la batterie. Le modèle testé était la XF-305, la plus équipée sur ce point puisqu'en plus des sorties SD/HD analogiques et HDMI elle comporte une sortie HD-SDI.
    Les sorties numériques (HD-SDI et HDMI) sont en 8 bits (source Canon Europe), pour une capture non compressée avec un débit plus important ou, plus vraisemblablement, pour une exploitation live puisque le format enregistré est typiquement suffisant en termes de rapport poids/qualité pour la majeure partie des productions, y compris en fiction.


    Affichage

    L'affichage que procurent ces caméras est tout simplement somptueux et en réalité inédit.

    LCD
    L'écran principal est un LCD haut contraste detrès larges dimensions : 4 pouces soit 10,1 cm de diagonale.
    Qui plus est, c'est aussi l'écran de cette catégorie le plus défini du marché : 1.23 Millions de points, soit vraisemblablement 480 LTV à pixels carrés (3x854x480). Les écrans des autres caméscopes concurrents sont généralement au maximum de 640x480 (0,9 Mpoints sur EX1 ou HPX-301), voire souvent bien en dessous (0,2 Mpoints pour la HPX-171 / HVX-200).
    XF300 BSR LCD300..jpg
    Enfin, cerise sur le gâteau, si vous aviez probablement deviné d'après les photos qu'il s'escamotait sous la poignée supérieure, apprenez qu'il est capable de sortir des deux côtés du caméscope, c'est à dire aussi bien sur la gauche du caméscope comme on en l'habitude que sur la droite, afin de permettre un monitoring efficace dans des circonstances très variées.
    Ce qui a le plus séduit Forest c'était la possibilité de se servir de cet écran ainsi déplié comme viseur pour opérer le caméscope sur un stabilisateur type steadicam économique qui ne serait pas doté d'un écran lcd dédié.
    Si l'affichage se renverse automatiquement en fonction de l'orientation que l'on donne au panneau LCD, un bouton miroir permet de renverser l'image afin de l'utiliser avec un adaptateur 35mm ou en steadycam lowmode. On peut noter rapidement à ce propos que la lecture du capteur peut être fait en mode inverse ce qui permet de faire un peu la même chose mais en enregistrant la dite transformation, ce qui peut être utile pour la prise de vue en relief ou pour l'adjonction d'un accessoire type "mini35"

    Viseur
    Le viseur est encore plus extraordinaire. En effet si on avait déjà vu 480LTV 1.2 Millions de points sur celui de la Z7 ou l'HPX-301 (0.45") ou celui de l'EX1R (0.54") par exemple, ce viseur est, là encore, inédit dans cette gamme : 0.52" (1.3 cm) dotés de 1.55 millions de points, soit le même nombre que l'on trouve sur le célèbre viseur HDVF-C35W de Sony (3x960x540), considéré comme une référence dans le monde de la fiction.
    L'image est nette, vraiment nette.  Pour avoir déjà travaillé avec le C35W, je dois tout de même préciser que la taille du LCD fait une grosse différence en termes de fatigue visuelle qui est bien moindre avec de grands panneaux (3,5 " pour le gros viseur Sony). Ceci dit, comme il doit y avoir 8000 euros de différence peut-on réellement comparer ?  :-)Plus réalistiquement, si on le compare aux autres viseurs LCD du marché, (à l'exception de celui de l'EX3) il est de la même taille (1/2"environs) et il est au dessus en termes de résolution.

    Parmi les affichages VF, on peut citer 

    -le peaking que l'on connaissait déjà (coloré, j'adore le mettre en rouge), très utile
    - tous les réglages de base du caméscope (diaph, shutter, gain etc...)
    - le posemètre indiquant l'écart entre l'exposition manuelle actuelle et ce que l'exposition automatique aurait mesuré, écart compris entre -2 et +2 diaphs
    - le zebra, 2 niveaux sont affichables indépendamment ou en même temps et SURPRISE, ils sont également affichés sur les sorties HD-SDI et HDMI (vraiment rare ça et super utile pour les assistants)
    - Les marqueurs (safe action, croix centrale, aspect 4/3 14/9 16/9 etc...)
    -un SUPER wave form monitor / vecteur scope. Il est vraiment précis, c'est un mini astro embarqué c'est vraiment impressionnant. On peut vraiment l'utiliser pour monitorer le signal, faire sa mise au point à la forme d'onde comme on le ferait à l'astro, c'est assez exaltant. Le vecteurscope est également très précis, malheureusement puisqu'il partage l'écran avec les menus c'est pas vraiment une solution pour caler le matrix sur une chroma du monde mais on peut tout de même monitorer pour travailler le blanc et les niveauxde la couleur.

    lcd-1.jpglcd2.jpg
    lcd3.jpglcd_oscillo_point.jpg
    photos Canon

    Objectif

    "...ça m'a vraiment déstabilisée sur cette différence de taille de capteurs..."

    Côté ergonomie de l'optique, les Canon XF sont dans l'air du temps. S'il reste un objectiffixe, son utilisation est cohérente avec trois bagues dédiées Focus, Zoom et Iris. Rendons à ce propos à César ce qui appartient à César, Canon était probablement le premier à doter ses caméscopes prosumers de ces 3 bagues, l'iris étant trop souvent relégué à une commande douteuse comme sur la Z1 ou les Panasonic de poing.
    Côté Focus, Canon a opté pour la même ergonomie double positions que les caméscopes Sony, à savoir une position Full MF, totalement manuelle avec la bague à butées et pas de macro, et une position AF/MF, bague tournant à l'infini compatible avec la macro (20mm) et l'autofocus si on les active.
    En mode full MF, bien que dans sa manipulation il se comporte comme un zoom mécanique, avec les butées et la lecture de la distance focale dans une fenêtre, la totalité de l'optique reste entraînée par l'électronique de l'objectif. A l'utilisation ça se traduit par une petite latence entre ce que vous demandez à votre objectif et le moment où il le fera. Ce n'est pas rédhibitoire en soit, mais c'est vrai que ce petit mou à l'utilisation se sent, tout particulièrement si vous faites des mouvements rapides.
    Si les deux autres bagues Zoom et Focus sont à butées (commutable rappelons-le pour le focus), la bague de diaph n'a par contre pas de butée, à l'instar des objectifs trouvés sur les HDV chez Sony.

    Résolution, contrsate, aberrations chromatiques = excellent
    Caractérisé sur une mire, l'objectif montre une excellente transmission du contraste : 1000 LTV à F/5.6 et entre 900 et 1000 LTV à pleine ouverture(du centre au bord). A titre de comparaison, l'objectif de l'EX1/3, s'il a la même résolution à F/5.6, il tombe entre et 800 et 900 LTV à pleine ouverture.
    Mais c'est surtout le traitement des aberrations chromatiques qui est remarquable. Je ne sais pas si le traitement est électronique (genre CAC/ALAC) ou si Canon a apporté des traitements de surface spécifiques aux éléments de l'objectif mais que ce soit une mireà 100 000 lux ou un grillage à contre jour, la Canon est largement au dessus.
    Les pollutions de contours sont quasiment inexistants à F/5.6 alors qu'elles sont notables au même diaph sur l'EX3. Si l'on pousse les deux optiques à pleine ouverture, un fossé se creuse, les pollutions demeurant peu visibles sur la Canon alors qu'elles deviennent très perturbantes sur l'EX.

    Toutes les mesures qu'on a faites sur l'objectif : contraste, résolution et aberrations chromatiques procurent un véritable avantage à la Canon et pour tout dire on était vraiment surpris de ce constat. En effet plus le capteur est petit, plus il est difficile théoriquement de former une image piquée sur sa surface. On pourrait donc logiquement imaginer que les EX en 1/2" auraient clairement le dessus sur ce point, l'objectif ayant la tâche plus facile de former une image de même résolution sur une surface plus large. En pratique ici on observe le contraire, on peut vraiment saluer Canon pour ce magnifique caillou, ça m'a vraiment déstabilisée sur cette différence de taille de capteurs.

    Sa focale variable couvrant 18 fois un équivalent de 30mm, c'est vraiment un transstandard qui couvrira la majorité de ce qu'elle est supposée couvrir. Des compléments optiques existent en 82mm, filetage commun aux Panasonic et aux autres Canon.

    Autofocus
    , super sauf en mouvement
    L'objectif est doté de la fonction Instant Focus de Canon, fonction exclusive à ma connaissance qui ajoute à l'autofocus traditionnel un télémètre laser pour l'assister dans sa recherche de point. Comme si ça ne suffisait pas, Canon a également rajouté la fonction détection de visages que l'on trouve également sur le 5DmkII. On a joué beaucoup avec l'autofocus caron voulait vraiment voir ses performances.
    Le résultat est en fait mitigé. Dès qu'on arrête de bouger le cadre, l'autofocus est diablement rapide : il file directement au point, sans jamais pomper. Clairement le télémètre joue ici et l'autofocus n'a pas de recherche de point à faire, il "sait" quelle est sa distance focale et il y va directement. Le problème c'est qu'en mouvement il est beaucoup moins bon. Dès que ça bouge vraiment en avant ou en arrière dans le cadre, il perd le point etne le retrouve pas. On a procédé a des tests de déplacement dans l'image en longue focale, cadre fixe et cadre en mouvement. Aucun des trois caméscopes testés n'a été capable de suivre le point. La Canon nous paraissait pourtant vraiment au dessus puisqu'elle détecte effectivement très bien les visages dans l'image en les encadrant de blanc. Ce cadre suit à merveille le visage dans l'image tout au long de son déplacement, mais malheureusement c'est un visage flou qu'il suit, et qu'on active ou pas l'Instant Focus, rien n'y a fait.

    Image,bruit et sensibilité

    Malgré une ouverture relative de l'objectif plus large, la XF-305 s'est montrée nettement moins sensible que l'EX3. Il y a un bon demi diaph entre les deux voire un peu plus quand on est vraiment dans les basses lumières.
    Ceci étant, à 0db, la Canon est particulièrement peu bruyante, ce qui lui donne une belle image et permet d'ajouter un peu de gain pour compenser l'écart.

    Cet aspect du test fait l'objet d'une mise à jour complète à voir ici

    Enregistrement



    Format

    Chez Canon jusqu'à présent les caméscope professionnels étaient tous basés sur l'enregistrement sur bandes au format HDV. La très bonne nouvelle de cette gamme c'est qu'avec le passage au sans bande, Canon a opté pour un des formats les plus utilisés dans le monde professionnel : le MPEG2 en 4:2:2 à 50 Mb/s.
    A titre de comparaison, sachez que ce même format a remplacé récemment le HDCAM chez Sony en termes de positionnement de gamme avec la sortie des PDW-700 et PDW-F800 qui sont en concurrence directe avec la HDW-F900R, inférieure en presque tous les points.
    Si je fais cohabiter ces références haut de gamme chez Sony avec les nouveaux modèles de poing de Canon ce n'est pas pour rien. Sony restreint encore la qualité d'enregistrement sur ses modèles de poing (et même certains d'épaule) pour des raisons purement de séparation de gammes.
    Nous sommestous parfaitement ravi que Canon ait décidé d'opter pour ce format, du reste il est parfaitement possible d'enregistrer dans des qualités moindres, comprenant l'équivalent de ce qu'on trouve sur les Sony EX et JVC GY-HM (35 Mb/s VBR) et le HDV (25 Mb/s CBR). D'une certaine manière je me plais à imaginer que ce lancement de Canon puisse bousculer un peuce petit monde et qu'on verra peut être prochainement des caméscopes Sony ou JVC apparaître avec ce même enregistrement MPEGHD422.

    Ceci étant, rappelons que ce n'est pas le premier caméscope de poing à pouvoir prétendre enregistrer en 4:2:2 puisque évidemment les caméscopes Panasonic des séries HVX et HPX enregistrent en DVCPRO HD 4:2:2 depuis la très populaire HVX-200, mais ces derniers n'exploitaient pas pleinement les possibilités de leur format d'enregistrement puisqu'ils étaient basés sur des capteurs trop lourdement sous échantillonnés. De plus, de nosjours le DVCPROHD accuse pas mal son âge : comme le HDV ou le HDCAM c'est un format qui sous échantillonne horizontalement le signal (1440x1080 en mode compatible PAL, 1280x1080 en mode compatible NTSC).
    Sur ces Canon ce sont 3 capteurs CMOS comportant chacun 1920x1080 photosites actifs qui servent de source et cette résolution reste entière tout au long du processus d'enregistrement, ça fait une différence.

    On a testé l'enregistrement sur des sujets divers comprenant une mire, plusieurs extérieurs ensoleillé (c'est Montpellier quoi ;-), une scène en clair obscur et des tests basse lumière. De ce que j'ai pu voir il y a de gros avantages à choisir le mode 50 Mb/s (4:2:2) sur le mode 35 Mb/s (4:2:0) :
    1.   L'image est moins compressée. Je ne parle pas de chiffres, je parle d'artefacts de compression. La compression est moins visible, que ce soit sur des scènes statiques comme dynamiques.
    2.   En tournage entrelacé (1080i50) le chroma reste impeccable là où des lignes apparaissent toujours dans le chroma dans les images produites en 4:2:0, même sur une image parfaitement statique.
    3.   Même en tournage progressif, la chroma est plus fine (théoriquement elle est deux fois plus défini : 960x1080 au lieu de 960x540). C'est pas forcément aussi flagrant sur des images de la vraie vie car cela ne concerne que les détails verticaux d'1 pixel maximum, mais ça reste un avantage si la scène est bien piquée et si elle contient des contrastes colorés importants.

    Support

    Le support primaire d'enregistrement est basé sur deux slots Compact Flash. Ceci est à mon sens un excellent choix, tant en termes de coûts, manifestement, mais aussi en termes de qualité. Les cartes SDHC qui sontle plus gros concurrent actuel des cartes Compact Flash sont limitées à l'heure actuelle à 32 Go et à une vitesse maximale de 30 Mo/s pour les plus rapides. Les Compact Flash pour leur part plafonnent à 137 Go (128 Go dans le commerce) et à 90 Mo/s.

    Attention toutefois, n'espérez pas valoriser votre collection de vielles cartes qui accompagne votre appareil photo, le caméscope snobe purement et simplement les cartes présentant une vitesse trop lente (inférieure à 133x d'après ce qu'on a pu voir) ce qui déclasse par exemple les Sandisk Extreme III, malheureusement très courantes. En effet, 50 Mb/s de vidéo, deux pistes son non compressés et tout le wrapping et les métas, ça demande du débit, surtout lors des ralentis. 
    Par chance, comme je le disais à l'instant, les Compact Flash du moment sont capables de soutenir d'extraordinaires débits. Les plus rapides annoncent fièrement 90 Mo/s, soit quasiment la vitesse des cartes SxS qui annoncent 100 Mo/s.

    La documentation ne dit pas si le caméscope supporte les Compact Flash 48 bits (potentiellement d'une capacité maximale de 144 000 giga octets) mais elle mentionne les cartes UDMA, ce qui devrait normalement permettre l'utilisation des cartes 64 go que l'on trouve dans le commerce et de laprochaine 128 Go annoncée en début d'année.

    Entre les modèles supportés les plus économiques (Elite pro 133X, moins de 80 € les 32 Go) et les modèles les plus rapides (SanDisk Extreme Pro Compact Flash 32 Go 600x, 300 euros les 32Go), l'utilisateur a véritablement le choix entre médias rapides ou peu couteux sans devoir faire appel à la vilaine solution de l'adaptateur SDHC ou Memory Stick comme on est obligé de le faire sur les EX.
    De plus, on pourra noter que ces dernières cartes Extreme Pro débitent 90 Mo/s ce qui est quasiment aussi rapides que les SxS (100 Mo/s) pour la moitié du prix d'une SxS-1. Ceci dit, il reste encore pour ça à trouver un lecteur de cartes Compact Flash capable de véritablement débiter 720 Mb/s mais c'est un autre sujet.

    Fonctions du caméscope

    Standards de fonctionnement

    La tête de caméra et l'enregistrement derrière est compatible avec les signaux HD régionalisés uniquement. Il n'y a pas de mode SD et si vous tenez un modèle 50 Hz (PAL) dans les mains, vous ne pourrez pas enregistrer de signaux 60 Hz. Elle fait par contre les deux standards 1080 en 25p/50i et 720 en 25p et50p et les sorties SDI sont commutables SD donc il reste possible de faire de la SD, moyennant l'utilisation d'un enregistreur externe.
    Notez bien que ce sont là bien des flux standards et en tout point HD. Il n'y a plus de mode 25F comme sur les modèles HDV, mode qui, je vous le rappelle, était plus ou moins dégradé par rapport au signal entrelacé.
    Il n'existe pas à ma connaissance de modèle multi-standards mais il y a fort à parier que la mise à jour monde pourra se faire en option via un retour SAV comme c'est déjà le cas sur les XH-A1.

    Menus et réglages de prises de vue

    Là aussi on retrouve un caméscope bien dans l'air du temps : doté de fonctions avancées de prises de vue avec notamment l'enregistrement de ralentis/accélérés, l'enregistrement par intervalles, le pré-enregistrement en cache, le shutter cumulatif, plusieurs courbes gamma pour la télévision et pour le cinéma, un double correcteur colorimétrique, la correction de la saturation sélective (au knee et dans les ombres), la netteté ou le skin tone detail, bref, le menu Custom Picture n'a pas grand chose à envier au menu PAINT/Picture Profile des CineAltas ou des Varicams.
    Les réglages sont du même genre que ce que l'on peut trouver sur une EX1 , quoique toujours un poil moins poussés. Les ralentis accélérés par exemple fonctionnent à lafois en 1080 et en 720, contrairement aux Panasonic qui limitent ce mode au 720p, mais le caméscope est restreint à la liste suivante de cadences : 
    720p : 12, 15, 18, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 30, 32,34, 37, 42, 45, 48, 50 ips
    1080p : 12, 15, 18, 20, 21, 22, 23, 24, 25 ips

    Cette liste sera heureusement fort suffisante pour la plupart des situations, mais il manque tout de même de quoi accélérer au delà de x2. Les EX par exemple peuvent accélérer x25 en descendant à 1 images par seconde ce qui permet de faire des timelapses avec une sensation parfaite de fluidité et un niveau de bruit très très faible, très différente de la même accélération faite avec l'intervalomètre.
    je dois avouer que j'aime bien la possibilité de monter à 30 images par seconde en 1080 sur les EX, ça permet de faire des images amorties, pleines de tension et à pleine résolution, mais il faut aussi dire qu'on ne s'en sert pas si souvent que ça. Ce caméscope n'étant pas multi-zones, les fréquences NTSC lui sont inaccessibles.
    Le pré-enregistrement est limité lui à 3 secondes, comme c'est le cas sur la HPX-171, mais là encore, ça conviendra à la plupart des situations puisque 3 secondes c'est à peu près le temps qu'il faut pour se rendre compte d'un événements et de déclencher l'enregistrement en ayant capturé les 3 fameuses secondes précédant le déclenchement. Sur l'EX1R c'est réglable jusqu'à 15 secondes mais est-ce vraiment un avantage clé, je ne pense pas, ça donne juste un peu plus de place à l'inattention, il faudra demander leur avis aux documentaristes animaliers. Notons que l'EX1 et l'EX3 sont purement et simplement dépossédés de la fonction de pré-enregistrement.
    Pour le reste les réglages sont très fins : 100 niveaux par réglage (-50 à +50) il y a de quoi peaufiner l'image avec précision, ça fait plaisir.

    Le shutter peut être réglé jusqu'au 1/2000 mais, en mode Clear Scan (réglage fin), il ne peut aller que jusqu'au 1/250. Il peut être également assigné en mode Angle afin de maintenir une sensation de fluidité constante quelque soit la vitesse de prise de vue choisie en mode ralentis/accélérés. Enfin il peut aussi être utilisé en mode cumulatif (SLS) de 2 à 8 images accumulées soit du 1/12 au 1/3.

    Conclusion

    Onn'a pas pu l'avoir longtemps en main mais elle nous a surpris a plusieurs occasions.

    L'optique premièrement, longue et avec de très bonne qualités optiques pour son prix, elle reclasse carrément le caméscope au dessus des EX1/3 en termes de pouvoir de résolution et d'aberrations chromatiques. Associée à un bon rapport signal bruit et un format d'enregistrement de première qualité, on peut compter sur elle pour produire des images prodigieuses.
    Ses très nombreuses fonctions de prises de vue lui permettent de faire des prises très créatives et la finesse de ses réglages lui permettront un paramétrage précis en essais caméras.
    Comme les autres caméscopes de cette gamme de prix, elle s'adresse à de nombreux utilisateurs différents. Certains sont dans le monde du cinéma, d'autres dans l'événementiel, d'autres encore en reportage ou dans le documentaire.
    Son seul point faible concerne sa sensibilité nominale légèrement en deçà des Sony EX.


    Alice (et Forest) 3mai 2010

    Tous nos remerciements à nos amis de Prado Productions pour leur concours

    L'article s'augmentera dans très peu de temps d'autres comparaisons avec les 5D et 7D,  dès qu'ils seront disponibles (eh oui, ils travaillent !!) Michel

    Pour discuter de ce test sur le forum c'est ici !!

    Pour les caractéristiques techniques et la news sur la caméra

    Pour donner votre opinion détaillée sur cette caméra quand vous l'avez sérieusement expérimentée



    {include_content_item 1564}

Partager cette page

► Commentaires 0

Vous ne souhaitez rien louper du Repaire ?

Vous souhaitez annoncer sur le Repaire ? Contactez-nous