Users online now

  1. scipfr
  2. bcoiffard
  3. jicéhaime
Nous sommes en ce moment 277 sur Le Repaire : 6 Repairenautes connectés, 258 visiteurs, 13 robots

Calibrage d'un moniteur EIZO et utilisation de la sonde i1 Display PRO

Retour d'experience.

Publié par AQW333, le 11 Juillet 2016
Tags:
  1. AQW333
    Objet du document :

    Ce document présente le matériel et sa prise en main, en vu d’obtenir un outil fiable de référence dans la gestion des couleurs. Il associe un certain nombre de liens relatifs au calibrage et outils de calibrage utilisés pour une présentation plus exhaustive du sujet. Ils sont pour la plus part réunis en fin d’article.
    Je remercie particulièrement Jean Luc Hardyau (JLH37) qui m’a orienté pour rédiger ces lignes.

    Je ne m’étendrai pas sur la taille, le choix de la résolution du moniteur, etc., on en parle sur le forum comme dans ce sujet (notamment sur un retour d’expérience post 20 ) Ecran 34" montage video | Page 2 | Le Repaire

    Il existe aussi des tests proprement dit sur le net sur ce matériel assez connu du milieu.

    Ajouts : des ajouts au cours de l’expérience on été faits et ils sont notés en bleue pour éviter une relecture complète


    Matériel :

    1° J’ai utilisé un moniteur EIZ0 de type CX271 (2560 x 1440) à 1500€ environ, mais il existe des modèles plus et moins onéreux dans cette marque ( son Logiciel hardware est ColorNavigator)
    2° j’ai associé une sonde i1 Display Pro pour son rapport qualité-prix (200€ environ) (Logiciel i1 Profiler )


    Retenez bien : il y un moniteur, une sonde…mais 2 moyens logiciels d’étalonnage dont l’un appelé ColorNavigator, le logiciel propriétaire d’EIZO vendu avec le moniteur et l’autre i1 Profiler, le logiciel de la sonde de la marque X.rite. Rappelons que ColorNavigatoer de EIZO reconnaît un certain nombre de sondes (se renseigner plus précisément, les modèles de sonde évoluant).

    Attention ça se complique un peu : notons sur ce modèle d’écran la présence d’ « un capteur de correction intégré », logé à l’intérieur en haut du panneau. Il va « se substituer » partiellement à la sonde en assurant automatiquement une correction de l’écran entre 2 calibrages. Il remplace un re-calibrage total avec la sonde. Notez que ce capteur est protégé lors du transport par un adhésif à enlever : on ne doit donc pas y placer ses doigts dessus, bien sûr.

    On peut aussi se passer de ce "capteur de correction intégré" et refaire un étalonnage tous les 2 mois …Ce capteur est donc un confort supplémentaire qui maintient plus longtemps les valeurs obtenues… Bonne chose... probablement quand le moniteur vieilli ?


    La sonde i1 DISPLAY PRO de X-rite


    C’est le haut de gamme de la marque X-rite et la dernière version de l’update est la 1.6.1 d’aout 2015. i1Profiler (i1Publish) 1.6.3 : l’une des particularités revendiquée est d’avoir abandonné les filtres gélatines qui ne donnaient une fidélité que sur quelques années. Autre particularité, la technique et les logiciels ont également évolué, on ne teste plus par exemple le dE des écrans de la même façon ( dE = delta ou différence avec la cible de référence que l’on propose à la sonde pour réaliser le calibrage)

    La sonde i1 Display Pro est livrée avec son logiciel i1 Profiler : en plus d’être une référence abordable, elle peut s’utiliser sur tous moniteurs n’ayant pas de logiciel de gestion des couleurs associé, ce n’est pas le cas ici car l’écran EIZO intègre son propre logiciel d’étalonnage ColorNavigator...on a donc le choix.

    Elle est constituée d’un cache que l’on doit faire basculer en arrière pour découvrir la lentille en mode calibrage et que l’on replace pour analyser l’ambiance lumineuse (effet diffuseur de lumière). Le logiciel indique tout cela pendant le calibrage. C’est simple !

    Sur le cordon, un contre poids coulisse que l’on règle pour qu’il tombe en arrière de l’écran lorsque la sonde est placée exactement au centre de l’écran…il n’y a pas plus simple. Mais pour qu’elle s’applique et colle bien à l’écran, il faut mettre ce dernier en position inclinaison arrière.

    Sonde3.PNG
    Fig1 - Sonde /Contre poids/ Bascule du cache


    L’écran ColorEdge CX271

    EIZO ecran.PNG
    Fig2- L’écran EIZO

    C’est un moniteur type Art Graphique, c'est-à-dire qui privilégie le rendu des couleurs sur la fluidité, elle, plus adaptée à l’utilisation jeu /diffusion sport/ etc….bref le mouvement.

    C’est un écran LCD à retro éclairage LED de type LED verte et LED bleue, le rouge étant créé à partir de filtre : ainsi, ce moniteur couvre 99% de la gamme Adobe RVB.
    Attention, certains articles peuvent conseiller de choisir "Diode blanche" dans les 1er paramétrages si on utilise le logiciel de la sonde i1 Profiler..il semble donc que "GB Led" soit plus approprié ici (important car la dérive est alors significative).

    Ce modèle possède un capteur, à ne pas confondre avec des modèles plus élaborés qui eux possèdent une véritable sonde incorporée dans l’écran comme les modèles ( CG2420/CG247 par ex), et qui eux, seulement, ne nécessiteront donc aucune sonde supplémentaire à acquérir.

    Eizo spec.PNG
    Fig3- Spécifications de l’EIZO ColorEdge CX271

    L’Ecran CX271 est de belle taille et de bonne facture, livré d’une seule pièce, il a la particularité d’avoir un pied imposant, mais logeable, de 27 cm de diamètre au sol, « qui fait tout », c’est aussi un des intérêts de ce type de moniteur EIZO, c’est du solide :

    - il pivote aisément sur l’axe vertical

    - il descend bien bas par pression soutenue (43 cm hauteur maxi totale) ; il monte facilement (58 cm hauteur maxi totale)…Top !

    - Sa largeur est de 64,5 cm et sa profondeur (pour la butée arrière avec un mur), est de 24 cm si on veut le faire pivoter librement de 30 à 40° environ de chaque côté…à vos mesures chez vous !

    - Il bascule (regarde) vers le haut de 25° maxi : pratique ou « indispensable » pour l’utilisation d’une sonde (contact maximum sur la surface de l’écran grâce au poids de la sonde)

    - Il pivote également en position portrait ce qui est très pratique pour pouvoir accéder à la fosse de la connectique qui est située derrière l’écran et orientée en bas : on le monte, le fait pivoter verticalement vers le mode portrait, on le tourne au maximum vers le mur …et il est possible de voir ce qu’on fait sans tout déranger une fois installer…super pratique même s’il ne pèse qu’une dizaine de KG environ à déplacer !

    Notons qu’en veille il consomme très peu.


    Connectique arrière:

    EIZO connectique.PNG
    Fig4- Connectique de l’écran EIZO

    - Alim avec interrupteur général
    - 1 DVI-D / 1 HDMI / 1 DisplayPort / 2 port USB « amont » pour 2PC, ils alimentent le hub qui serait alors inactif /.un Hub USB « aval » (avec 2 sorties) pour périphériques ( la sonde par exemple).
    Attention donc, l’hub USB n’est pas utilisable si le « USB amont » n’est pas branché sur un PC avec le cordon propriétaire EIZO du moniteur…


    Façade :

    EIZO Facade.PNG
    Fig5-commandes façades de l’écran EIZO

    Une fois branché et mis l’interrupteur arrière sur « on », tout se passe devant sur 7 touches discrètes avec :

    - 1 capteur éclairage d’ambiance pour s’adapter aux conditions d’éclairages
    - 1 touche Signal : fait défiler les différents types de connectiques (si vous êtes sur HDMI ou DisplayPort et que le branchement PC est fait par le DVI, pas d’image, mais il peut retrouver la bonne si on le règle pour)
    - 1 Touche Mode : fait défiler sur plusieurs types «détalonnage » (Custom/Papier/RGB /SRGB/ Cal 1 …)
    Cela renvoi dans le menu à des réglages en cohérence par Ex :
    > Mode RGB retrouve des préréglages RGB un peu partout…ils néanmoins sont modifiables.
    > Mode sRGB idem
    > Mode Cal.1 : prévu pour l’étalonnage avec une sonde, il n’y a dans le menu couleur que « réinitialisation Couleur », pas de correction contraste/luminosité etc…Donc appliquer la réinitialisation avant tout réétalonnage avec la sonde. L’ensemble des modes autres que Cal 1 conserve exactement les mêmes réglages détaillés, mais attention suivant la connectique (DVI/HDMI/…) certaines fonctions seront inactives parfois
    (Ajout du 13 juill 2016)
    Il y a en fait 3 modes Cal et chacun est actif suivant la connexion utilisée : Cal 1 en DVI; Cal 2 en DP; Cal 3 en HDMI...mais ils correspondent tous les 3 à l'application dun seul et unique calibrage, celui effectué par ColorNavigator après application de l'ICC.

    Ainsi en connexion DP, seul Cal 2 est actif les 2 autres sont grisés, etc.
    .
    - 4 touches pour naviguer dans les menus
    - Un bouton arrêt/mise en veille


    Inconvénient: tous ces boutons sont esthétiques et discrets, donc on peut se tromper régulièrement, surtout au début en éteignant souvent l’écran au lieu d’entrer dans le menu (bouton juste à côté)…

    Solution : mettre des gommettes de couleurs sur 1 ou 2 boutons, moi j’ai mis un petit bout de scotch transparent sur le bouton éteindre…vous me remercierez quand, dans la fatigue des essais, vous éteindrez l’écran au lieu d’atteindre un menu..Grrr !

    Il existe un autre menu pour des fonctions spéciales qui nécessite d’éteindre le moniteur (bouton Marche) puis d’appuyer sur Mode + bouton Marche quelques secondes. On y retrouve une fonction importante pour l’étalonnage le réglage du DUE (égalisateur d’uniformité de l’ensemble de la dalle) que l’on teste en fin d’étalonnage…et aussi pour le DVI / Lar.bande sign. /option WIDE ou Normal et j’ai du choisir « Wide » car c’est le seul réglage qui permettait d’éviter un très léger tassement infime de l’image dans la largeur …les autres options sur la taille de l’image avec le DVI ne suffisait pas.


    Rappel Définition/Résolution:
    Avec Windows 7, il n’est pas possible d’adapter différemment l’affichage de 2 moniteurs à la fois (de taille et ou résolution différentes) pour « faire correspondre » en quelque sorte leur PPI pour une lecture des textes confortable et identique (voir ici pour le calcul facile DPI Calculator / PPI Calculator ) : le dpi donne la précision, la finesse ressenti d’une image et cela entraîne aussi une variation de la taille du texte ou des logos . Or si la plupart des logiciels/navigateurs/… permettent un réglage individuel, quand cela n’est pas possible, un 24’ n’affichera pas la même taille qu’un 27’, une résolution FHD ou 4K non plus…donc un dpi peu éloigner va, sous W7, diminuer ces inconvénients…sous W10 il semble que ce problème soit résolu grâce à un réglage individuel possible de la taille de chaque affichage d’écran.
    Bref, si j’ai un 27’ avec une résolution 2560 x 1440, le PPI = 108, 8 …mon affichage sera plus détaillé, mais un peu plus petit que sur un 24’ en 1920 x 180, PPI = 91,8.
    Pour la résolution aucun problème, chaque moniteur est bien géré différemment dans W7 (souvent il y a confusion avec la gestion de la taille et celle de la résolution, d’où ce rappel).
    Pour l’étalonnage aussi, chaque périphérique (écran, imprimante…), peut avoir un profile ICC (profile couleur) différent dans « Modifier l’apparence de votre affichage »…. « Gestion des couleurs » où chaque écran est géré séparément…


    Fourniture :
    Le moniteur EIZO est livré avec en plus du cordon d’alimentation, 1 Display Port (DP)/mini DP (utile pour Mac pas pour PC ..zut !), 1 DVI/DVI, 1 câble USB pour PC (« spécifique » EIZO) vers USB « amont » (alimenter le Hub etc)…et le CD (Mode d’emploi, logiciel) .


    Remarque :
    >
    EIZO vend séparément un cordon DP/DP et malgré mon mail par absence d’informations sur le site EIZO France, je n’ai pas eu la réponse précise sur le type (1.1 ; 1.2 ; 1.3 … ?). Négligence ?… A 30 € on peut espérer qu’il fasse au moins 1,5 m….Bref tout cela fait un peu désordre…dommage.
    > J’utiliserai le DVI, car celui-ci accepte la résolution maximale de l’écran 2560 x 1440 et je n’ai donc pas de cordon DP/DP… les possesseurs de PC apprécieront.
    > Un câble HDMI (absent dans les accessoires ) type 1,3 minimum assurerait aussi une bande passante suffisante en UHD 60 HZ (qui sait, un cordon peut servir plus tard au lieu d’en racheter un neuf à chaque fois…sans tomber dans l’excès, c’est utile parfois)
    > En l’absence de DisplayPort/DisplayPort ( DP/DP) type 1.2 pour cette résolution, on peut acheter un adaptateur mini DP femelle/DP mâle (et non l’inverse) pour utiliser le cordon Display Port/ mini Display Port de l'écran Eizo (les vendeurs sont souvent de mauvais conseils : ne vous tromper pas, c’est le modèle DP/mini DP mâle que l’on trouve le plus souvent…et ce n’est pas le bon, vous êtes prévenu !.)

    Dans cet univers trouble des cordons Ebay, Amazone, autres..par exemple s’en donnent à cœur joie. Un site fait acte de pédagogie (soigne ses clients potentiels ?), c’est le vendeur Cable Displayport, adaptateur displayport, convertisseur displayport qui propose des explications et des cordons HDMI High Speed à 12€ TTC en 2 m, des câbles DP/DP entre 15 et 30€ TTC en 1,50m avec ferrite et le fameux adaptateur « introuvable » pour le cordon Display Port fournit avec le moniteur (EIZO DP/ mini DP) à 9 €TTC…à essayer…ou voir ailleurs ?
    (Sept 2016)
    J'ai acheté aussi cet adaptateur après, pour voir, je m'en doutais un peu, il ne fonctionne pas... Probablement il ne fonctionne que dans un seul sens..et le vendeur à mis en vente un autre adaptateur depuis, désigné comme fonctionnant dans les 2 sens...je n'ai pas été jusqu'à le testé aussi...Un bon cordon c'est mieux !

    Dernière chose :
    Le 10 bits pour en tirer pleinement parti, il faudrait que toute la chaîne de production soit en 10 bits…
    Donc le caméscope bien sûr (vrai 10 bits, pas du 8 bits gonflé), l’OS (W7 gère le 10 bits), le logiciel (Adobe Ok), le moniteur EIZO ici Ok… et la carte graphique : seules les cartes série Quadro chez Nividia ou FirePro chez ATI gèrent le 10 bits vers un moniteur en 10 bits aussi (à ne pas confondre avec les LUT en 10, 12, 14 Bits …également présentes sur les écrans type Art Graphique)
    Ceci dit le fichier, lui, conserve son codage 10 bits natif, mais pas de recul sur son optimalisation avec une chaîne qui n’est pas totalement en 10 bits….

    Manuel du CX271 en PDF:
    http://www.eizoglobal.com/support/db/files/manuals/03V24790A1/Manual-FR.pdf


    1er étalonnage: sonde + son logiciel lié ( i1Profiler )


    J’ai suivi les liens disponibles en fin d’article (1°, 3°, 4°), le mode d’emploi livré avec la sonde est très succinct. En même temps, le logiciel nous guide pas à pas…sans toutefois pouvoir expliquer certains choix…

    Une fois chargé le logiciel d’étalonnage de la sonde, i1Profiler, j’ai branché la sonde directement sur le PC car je n’avais pas sous la main le cordon USB EIZO qui permet d’alimenter le hub USB du moniteur. Une fois ouvert i1 Profiler, la sonde n’est pas reconnue ?

    Je suis donc passé sur un PC portable pour vérifier la sonde avec son logiciel ...idem. J’ai fouillé dans périphérique, la sonde est bien là, dans Pilote on trouve en gros « pas besoins de pilote et/ou pas trouvé par l’OS. Tout est OK» ? Je fouille donc plus loin dans les sous-menus et arrive enfin à pilote/ rechercher/ désinstaller etc…je lance…c’est assez long…je vérifie (3 pilotes !?) … je branche la sonde et ré-ouvre le logiciel, « miracle »… je vais pouvoir continuer.

    Je refais la même chose sur le PC, là, plus de 5 mn pour trouver et installer ses pilotes !?!...Mais tout es OK.

    Attention : il faut mettre avant tout le moniteur sur mode CAL 1 (car comme expliqué plus haut j'utilise un cordon DVI/DVI )…et réinitialiser les couleurs par défaut avant de démarrer l’étalonnage (si ce n’est pas la 1ere fois), c’est recommandé partout pour ne pas fausser le résultat, comme le préchauffage de l’écran (7 mn seulement pour ce moniteur).

    J’ai suivi la procédure « avancée » de i1 Profiler en appliquant les conseils retrouvés dans les liens fournis plus loin et j’ai abouti à un profil ICC : il faut l’enregistrer et vérifier qu’il soit appliqué par défaut dans les « Paramètres de gestions des couleurs » de l’affichage Windows 7 : clic droit, bureau/ Affichage/Modifier les paramètres…/Paramètres avancés/ Gestions des couleurs…

    Rappel des points importants que l’on retrouve dans les liens :

    - laisser un temps de chauffe à l’écran, pour ce modèle, 7mm suffisent.
    - mettre sur mode Cali1 (réinitialiser les couleurs si ce n’est pas la 1ere fois)
    - brancher la sonde puis ouvrir le logiciel de calibrage choisi
    - choisir la technologie de retro-éclairage (Led ici)
    - régler la luminosité pour le réglage du point blanc 80 à 140 cd/m (100 à 140 pour la diffusion web )
    - régler le contraste pour le réglage du point noir (laisser en natif sauf pour l’impression)
    - régler le gamma (2.2) et la norme ICC (V2 au lieu de V4 qui sera trop sombre sur certains logiciels)
    - régler la température couleur ou point blanc (5000 à 6000 en tirage photo….6200 à 6500 K° en vidéo ? )
    - a priori, ne pas contrôler automatiquement la lumière ambiante, mais ayez un éclairage constant.
    - en amateur, 4 à 6 calibrages par an peuvent suffire.



    En vérifiant visuellement, il faut toujours le faire, j’obtiens un mode Cal1 (celui du calibrage effectué) un peu saturé ( ?)…je remarque comme Arnaud Frich, qu’en effet les icones sont un peu plus « flashis », car ces écrans Art Graphique ont un gamut plus étendu (99% Adobe RVB). Le mode RVB de l’écran EIZO l’est un peu moins et le mode sRVB encore moins…Gardez en tête que si le moniteur est « flashi » vous aurez tendance à diminuer la saturation au montage, de même, s’il est froid (bleue) vous pousserez l’image vers un aspect plus chaud (jaune) etc. …donc ce calibrage doit être le plus cohérent possible.

    Avec i1 Display Pro et son logiciel i1Profiler, si vous décidez d’activer le mode automatique de luminosité, il faudra choisir une fréquence de mesure (automatiquement ou avec avertissement) mais il vous faudra bien entendu laisser la sonde i1 Display Pro branché en USB et avec son cache diffuseur. C’est l’application i1Profiler Trail, installé automatiquement avec le logiciel qui gère cela et vient s’ajouter à chaque démarrage de Windows dans la barre des tâches. (Cela se manifeste par l’envoi de petits impulses de lumière toutes les 20 ‘’, à peine visible au niveau latérale de la sonde elle même)



    2ème étalonnage « hardware »: Sonde + ColorNavigator


    Il s’agit d’utiliser ColorNavigator , logiciel de EIZO, normalement en cohérence avec la table de LUT interne assurant à priori un meilleur ajustement.

    Bon, dès le début à l’ouverture de ColorNavigator, celui-ci refuse de reconnaître la sonde que j’ai cette fois-ci branchée sur le USB du moniteur, lui-même relié par le câble USB propriétaire EZIO. Il m’affiche « vérifier la connexion de la sonde et quitter i1Profiler et i1Profiler Trail » l’application de gestion d’ambiance qui s’ouvre au démarrage du PC pour travailler en arrière-plan. Il m’a fallu du temps pour trouver qu’il restait quand même un icône présent, i1 Profiler Trail dans la barre de tâche...j’ai fait « quitter »…et ok, la sonde est reconnue, le logiciel de la sonde entrant en conflit avec le logiciel de calibrage propre au moniteur EIZO.

    Le calibrage ColorNavigator propose 3 pré-configurations Photography/Printing/web design. J’ai utilisé « Web design » pour ce deuxième test (luminosité 80 cd/m2- 6500K- Gamma 2.2….), c’est simple rapide.

    Le mot « cible » (target), doit être compris ainsi : il définit à la fois une pré-configuration d’un environnement d’utilisation, puis des valeurs numériques à retrouver dans cet environnement : le bilan se fera par rapport à l’écart ou delta (dE) entre les résultats et cette fameuse cible chiffrée souhaitée (température, luminosité, Gamma…)..L’espace couleur (Rec 709,RVB, Rec 2020…), fait partie de ces choix « cibles » pour déterminer la cible finale à atteindre….pas si anodin que cela !

    L’enregistrement du résultat ICC fait, il est installé par défaut dans mes profils ICC de Windows 7.

    Attention, l’installation par défaut du nouveau ICC ne demande pas normalement de redémarrage, mais si vous voulez changer cet ICC par défaut…il faut redémarrer Windows 7 si vous voulez voir le changement appliqué : visuellement, le mode Cali1 est plus proche du mode sRVB cette fois ci, après utilisation comme dit plus haut du profil cible pré-paramétré, « Web désign ».


    On peut regarder ce lien, toujours en Anglais avec ColorNavigator, qui va servir pour le 3em essai de calibrage à partir d’une cible personnalisée plus affinée.



    3ème étalonnage « hardware »: Sonde + ColorNavigator
    ( cible personnalisée)


    ColorNavigator étant par nature assez simple d’utilisation qu’on en oublie toutes ses capacités, et quand on valide, créer une nouvelle cible ( « Create a new target »), on trouve un sous-menu :

    o Enter manually : choisir ses critères
    o Mesure target : mesurer l’ambiance et définir ainsi la base lumineuse où se fera la cible du blanc choisi (5500 K° 6500 K°… ?). Pour un écran, on le fait aussi pour le R, V, B pour définir le gamut cible
    o Load a profile : enregistre les valeurs d’un écran pour définir une cible
    o Use an existing target : pour indiquer une référence cible lorsque l’on veut étalonner d’autres moniteurs

    Après avoir suivi la procédure, vous obtenez un résultat détaillé que vous pouvez enregistrer pour suivre « la santé » de votre moniteur.

    Attention : penser à réinitialiser les valeurs usine couleur de votre moniteur en le mettant sur mode Cal 1 dans le cas de l’écran EZIO. La 1ere fois, je ne l’ai pas fait, j’ai donc eu des résultats corrects de luminosité et de niveau de noir par rapport à ma cible, mais les dE 2000 (différences ou écarts avec la cible) étaient trop grands donc mauvais.


    J’ai refait la procédure et j’obtiens un black Level de 0.11 cd/m2 un écart de -8°K (6500K cible) et une moyenne dE2000 très honorable de 0,32 : à part 2 valeurs de noir (0.0.0) et (16.16.16) à 1.29 et 1.06, aucune valeur delta des 30 autres patchs couleurs ne dépasse 0.55… « le sujet est donc en bonne santé ».

    Chek Cnavigator 1bis.PNG
    Fig6- Résultats du calibrage p1
    Check2 CNavigator.PNG
    Fig7- Résultats du calibrage p2



    4ème étalonnage « hardware »: Sonde + ColorNavigator
    ( cible personnalisée)

    Une ultime procedure de calibrage dans l'optique de conserver une cohérence entre mes fichiers sources (FHD- 420 8 bits - en YUV sans autres précisions), le moniteur et leur diffusion privilégiée, le web.
    Sans oublier les precautions déjà énumérées plus haut, en choisissant BT 709 cette fois-ci, j'obtiens des résultats plus probants encore avec 100% dans la cible en luminosité, -2 seulement pour le Kelvin, en terme de Delta, seul le noir (0,0,0) est à 1,36 et le (16,16,16) est à 1,06, la moyenne est à 0,26 .
    Visuellement le résultat me parait plus juste, je n'ai plus des icônes aussi "flashy" et le camescope à la base a été réglé sur les paramètres d'un JRI "exigeant" qui a testé chaque couleur, donc pas trop faux à priori...Je n'ai plus la légère dominante de rouge, notamment pour la peau et la terre battue...De manière subjective mes rushs semblent se rapprocher de "la réalité"...ce qui ne prouve rien .

    Result Clib BT709 du CX271.PNG

    Fig8- Résultats du calibrage p2
    Remarque: le logiciel ColorNavigator enregistré dans la barre de tâche permet par clic droit d’accéder, sans l'ouvrir, aux profils enregistrés et ils s'appliquent instantanément...beaucoup plus pratique que de passer par l'OS qui nécessite en plus le redémarrage (W7). On peut donc suivant sont flux de production changer rapidement de profile ICC établi après des calibrages enregistrés pour la photo papier, le Web etc ) ...très pratique.
    (Ajout du 21 juillet 2016)
    Cependant "de mauvaise surprises" sont possibles. En effet, ColorNavigator semble prendre la main sur le contrôle de la couleur. En faisant différents tests et vérifications avec l'OS et les lecteurs video, je note que le moniteur était repassé sur un ancien profile par défaut. j'ai vérifié, ColorNavigator, il avait effectivement le même ancien profil. Jai modifié (OS et ColorNavigator), redémarré pour vérifier que le même profil était appliqué partout par sécurité....Bref au début soyer curieux et vigilant !


    Evidemment si l’œil est adapté à un travail sur un moniteur non étalonné, il peut y avoir « des désagréments » au début. Cependant, une fois ce calibrage fait, on repart sur une nouvelle référence pour son travail en post prod., ou pour calibrer son caméscope…
    (Ajout du 23 juillet 2016)
    Pour diminuer les interprétations de changement d'espace couleur au sein de la chaîne de production, j'ai adopté la référence BT 709...
    Pour vérifier si vous travailler en 0-255 ou 16-235 (étendu des nuances de gris), et mieux maîtriser votre diffusion web, un sujet sur le repaire vous propose une approche avec l'utilisation d'une cible disponible sur le web.
    http://www.repaire.net/forums/discussions/difference-rendu-couleur-suivant-le-lecteur-video.274716/page-4#post-1970252513



    On n’a pas parlé de l’environnement lumineux de votre espace de travail, notamment pendant le calibrage, c’est aussi un facteur non négligeable pour une exigence professionnelle, et on ne conseille pas d’utiliser l’adaptation de luminosité qui risque de tenir compte parfois d’un éclairage lumière naturelle et/ou parfois d’une lumière type néon ou basse énergie qui n’est pas d’une grande stabilité….bref à priori à éviter car annoncé comme « désastreux »?


    Des liens pour l’Utilisation de la sonde pour compléter votre recherche :

    Test et tutoriel de la sonde i1Display Pro par Arnaud Frich

    http://www.haddok.fr/wp-content/uploads/2012/06/Etalonnage-décran.pdf

    Calibrer votre écran avec la sonde i1 display Pro de X-Rite



    Conclusion

    Remarquons qu’il existe donc 3 moniteurs EIZO en 27’et 2560 x 144O :

    > Le CG277 = Haut de gamme, on sélectionne les meilleurs écrans, on y ajoute une vrai sonde intégrée adaptée. Il peut émuler (simuler/reproduire) les normes TV et cinéma (Rec 709/EBU/SMPTE-C et DCI) et il assure le downscale 4K vers 2K. Il a une casquette

    >Le CX271 = absence ici d’une vrai sonde intégrée, remplacée par un capteur de correction, il faudra donc une sonde de calibrage externe. Ici pas de casquette, pas de 3D Lut, pas de 4K vers 2K. Néanmoins il possède aussi l’émulation norme sRGB IEC61966-2.1/ Rec 709/ Rec2020 / SMPEC/ EBU/ DCI.

    > Le CS270 = plus récent, c’est le grand frère du CS240 (24’).

    Il y a à chaque fois 450 € d’écart environ entre chaque écran, et la différence de prix se justifie aussi par une sélection des écrans en fonction de la gamme cible du fabricant, et un réglage plus pointu. Les meilleurs écrans, les plus finement réglés étant réservés au haut de gamme, car en effet une sonde intégrée devrait coûter moins cher que 300 à 400 €... !?! On comprend que le CS270 qui n’a ni capteur, ni sonde se trouve ainsi à un prix plus attractif à 1100 €...il n'y aurait pas qu'une histoire de sonde.


    Epilogue

    Au final un écran bien étalonné est indispensable pour essayer de parler de la même chose, de mieux maîtriser ses outils de production audiovisuels, d’effectuer un travail en équipe, de mieux contrôler les dérives possibles quand on utilise différents modes de diffusion….etc.

    Les projectionnistes sont les équivalents en vidéo des photographes avec leurs impressions papier. Ils sont confrontés en cours de post prod. au CMS (Color Management Système), qui assure le passage d’un espace colorimétrique à un autre, d’un clic (chaque logiciel le fait automatiquement !?) : du plus petit espace (sRVB) vers le plus grand (ACES) cela resterait "assez transparent", il n’y a qu’un changement de coordonnées…dans l’autre sens, c’est plus problématique.

    Choisir par défaut le plus grand espace par défaut est-il forcément une stratégie judicieuse, pas sûr ...il faut y penser ?

    Une suite numérique est sujette à de nombreux pièges rendant difficile une bonne continuité du flux de production conservant la fidélité des couleurs. Les changement d'espaces couleurs sont fréquents, les conversions ne se font pas sans petits dommages. Le moniteur étant à la fois le maillon référent et l’avant-dernier de la chaîne, le plus important pour les choix d'étalonnage, respecter la continuité de la chaîne pour qu’elle reste cohérente est souvent un aspect que l’on oublie.
    Suivant votre production, il pourra donc être nécessaire de prévoir plusieurs types de calibrage pour minimiser au mieux une dérive colorimétrique toujours possible et pas forcement totalement maîtrisable.

    Pour aller plus loin, une discussion ouverte sur le forum Le bon calibrage pour un moniteur vidéo ? | Le Repaire


    Emmanuel (AQW333)
    Avec les aimables conseils de Jean Luc Hardyau (JLH37).
    Juillet 2016
    Cadique, patflopineau, caraibe et 2 autres Repairenautes ont recommandé ce message.

Partager cette page

Dernières évaluations

  1. Cadique
    Cadique
    5/5,
    Très intéressant.