Users online now

  1. AQW333
  2. xhonnor
  3. giroudf
  4. AskTrue
  5. PatrickPapyrazzi
  6. papido
  7. Linus
Nous sommes en ce moment 447 sur Le Repaire : 14 Repairenautes connectés, 425 visiteurs, 8 robots

Gear Slider Camera - Test

Test du slider motorisé Gear Slider Camera.

Publié par Laurent B, le 7 Septembre 2015
  1. Laurent B
    Test du slider motorisé Gear Slider Camera.

    Conçu et fabriqué en France, le Slider motorisé GSC permet de réaliser des travellings en temps réel ou timelapse.

    (A noter qu’entre le début du test et sa publication, le slider s’est vu doté en plus d’une fonction stop-motion, le modèle testé n’en disposant pas, aucun test n’a été effectué dans ce mode.)

    Sans titre-1.jpg

    * Slider testé avec un Canon 7D (Toutes les longueurs de focal en mm sont à multiplier par 1,6 pour avoir un équivalent 24x36).

    Première impression
    Entièrement noir, en aluminium anodisé, le GSC est de très bonne facture. Ce que je remarque dès la première prise en main c’est sa légèreté. Pour une longueur totale de 105cm (course de la caméra 87cm), l’ensemble (slider + pieds + moteur…) pèse moins de 2 kilos, ce qui est bien placé par rapport aux sliders concurrents de même taille.

    Grand plus, le slider est fourni avec une housse de transport, pouvant contenir le slider avec pieds et une petite rotule montée. Très bon point, lors du transport, il ne sera pas nécessaire de tout démonter.
    Attention toutefois ! La housse est susceptible de changer avec la nouvelle version du slider.

    _MG_1112+-1.jpg

    Sur un sol plat, le slider est stable, les pieds sont positionnables à différents endroits du rail et leur hauteur est réglable en les vissant / dévissant.
    Cependant, côté moteur les pieds doivent être réglés à la hauteur maximale, sinon le moteur touchera le sol, ce qui donne au final une amplitude de réglage nulle !
    De plus, les pieds bloquent le chariot coulissant sur le rail et limitent la course de travelling s’ils ne sont pas fixés aux extrémités.

    2_MG_1119+-12.jpg

    Travelling manuel
    Lors d’un travelling à la main (moteur éteint) la courroie entraine le moteur (qui n’est pas prévu pour être démonté rapidement), et donc le coulissement n’est pas totalement libre.
    A l’usage c’est assez agréable, le moteur créant une force qui durcit le travelling, un peu comme un frein (bien pour un travelling lent, mais impossible de faire un mouvement très rapide).

    _MG_1118+-10.jpg
    Attention lors de l’utilisation manuelle, le moteur même éteint, émet un bruit lorsqu’il tourne.

    Travelling motorisé (en temps réel)

    Avec son boitier de commandes, pour effectuer un travelling il suffit d’appuyer sur le bouton Start (le travelling s’arrête dès que l'on relâche le bouton).
    Le potentiomètre sert à régler la puissance et donc la vitesse du travelling.
    L’interrupteur Changement de sens gauche/droite permet de choisir le sens.
    boitier commandes.jpg

    Bon point, l’écran rétro-éclairé est lisible même en plein soleil.

    Dans la pratique le début et la fin des travellings sont trop brusques à mon goût (sauf aux plus basses vitesses).
    Du coup j’ai utilisé les commandes différemment pour avoir les départs et les arrêts plus doux.
    Lorsque le potentiomètre est réglé au minimum, la caméra trop lourde ne bouge pas.
    En restant appuyé sur le bouton Start, je tourne le potentiomètre pour augmenter progressivement la puissance dans le moteur. Ainsi le travelling commence doucement pour accélérer jusqu’à la vitesse maximale désirée. Et inversement pour la fin du travelling.
    Avec cette méthode on contrôle vraiment le mouvement avec la phase d’accélération et de décélération, c’est très intuitif.

    Dans l’ensemble, la motorisation du slider s’en sort très bien du 17mm jusqu’au 200mm. J’ai cependant rencontré quelques problèmes, lors de plongée ou contre plongée avec le 70-200mm, l’ensemble n’étant pas équilibré, ça force sur le chariot (chariot sans roulement) et donc augmente fortement les frottements, ce qui peut créer des vibrations parasites voire même bloquer le travelling.


    200 mm sans stabilisation, c’est un peu limite !
    200mm.jpg


    Pour des travellings en montée (slider incliné), avec un Canon 7D +70-200mm ça passe jusqu’à environ 45°. Mais il faudra une configuration plus légère pour faire un travelling motorisé à la verticale en montée.
    Bien sûr pour les travellings en descente plus aucun problème, la gravité faisant tout le travail !

    P1180402-2.jpg

    Concernant les vitesses de travelling, à la vitesse minimale, l’ensemble Canon 7D + 70-200 monté sur une rotule à mis environ 1 minute pour parcourir l’ensemble du rail (slider à plat). Et environ 5 secondes à vitesse maximale (la vitesse varie en fonction du poids de l’appareil).
    L’amplitude de réglage de la vitesse est donc largement suffisante pour la majorité des cas (seulement pour de la vraie macro, la vitesse minimale peut être encore trop élevée).

    Le moteur naturellement émet un bruit lorsqu’il tourne (ce même bruit est audible lors de l’utilisation manuelle). Pas si discret que ça à vitesse maximale, il sera cependant quasi inaudible à vitesse minimale.

    Quant à l’autonomie, c’est excellent !
    Lors des tests
    (2 journées pour le mode temps réel + plus de 10 heures de timelapse), les piles (situées dans le boitier de commande) ne se sont jamais déchargées.




    Timelapse

    Toujours avec le même boitier de commandes, pour effectuer un timelapse, après avoir sélectionné le bon mode, on règle la puissance nécessaire suivant le poids de l’appareil et l’inclinaison du rail et on choisit la durée (entre 3min et 9h59).

    GSC.jpg

    Le réglage de la puissance est un peu délicat.
    En pratique pour être sûr d’avoir le bon réglage et surtout pour éviter de s’apercevoir après une heure de timelapse que le mouvement est trop rapide ou trop lent, j’ai pris l’habitude de lancer un timelapse de 3 minutes afin de vérifier que le réglage est bon ou sinon pour le modifier en conséquence.
    Une fois cette vérification effectuée, on est sûr que la puissance est bonne. Il n’y a plus qu’à modifier la durée pour celle du vrai timelapse.

    Lors d’un timelapse, le Slider GSC n’effectue pas un mouvement continu, mais une succession de petits à-coups. Le mouvement n’est donc pas, dans l’absolu, fluide. Cependant, avec un timelapse dont le résultat dure 15 secondes, je n’ai vu aucune saccade.

    (Un résultat de 18 secondes semble être la durée maximale pour un résultat lisse.)

    De plus, les à-coups du moteur lors d’un timelapse peuvent créer des secousses aux vitesses les plus rapides. Pour un timelapse avec une durée de prise de vues entre 3 et 6min, mieux vaut donc compter sur deux trépieds à chaque extrémité, qu’un seul au centre, afin de réduire le phénomène.



    Les prix
    Le Gear Slider Camera est disponible au prix de 590€.


    Conclusion

    Avec sa solution tout en un, Gear Slider Camera propose une véritable alternative par rapport aux marques habituelles, son slider motorisé se démarquant même par sa légèreté et son autonomie record. S’il s’en sort très bien avec de petits appareils type DSLR, il sera parfois limite avec plus gros. Quand à son tarif, il est plutôt bien placé, comparé aux solutions concurrentes de Varavon, Konova, Cinevate…


    Ce que j’aime
    · La légèreté
    · La facilité d’utilisation
    · La qualité de fabrication
    · Le design
    · L’autonomie

    Ce que j’aime moins
    · La garde au sol trop juste côté moteur
    · Les pieds qui bloquent le chariot lorsqu’ils ne sont pas aux extrémités du rail
    · Le réglage hasardeux de la puissance en timelapse
    · L’impossibilité de retirer rapidement le moteur pour faire un travelling manuel complètement libre.

    Remerciements à Nicolas Villeneuve (p
    ropriétaire de Gear Slider Camera) pour le prêt du matériel testé.

Dernières évaluations

  1. Marcelo
    Marcelo
    5/5,
    Test qui sert de base très intéressante pour comprendre l'utilité d'un slider au delà des spécificités du modèle présentés.